Fort d'une série de quatre victoires, l'Impact de Montréal a finalement commencé la semaine au-dessus de la ligne rouge, en position pour participer aux séries.

Alexis Bélanger-Champagne LA PRESSE CANADIENNE

La troupe de Rémi Garde se retrouve au sixième rang dans l'Association de l'Est, un point devant le Fire de Chicago. L'Impact (8-11-0) aura l'occasion de consolider sa position mercredi, quand il rendra visite au New York City FC (10-4-4).

Pendant ce temps, le Fire accueillera l'Union de Philadelphie, qui suit en huitième position, à trois points du Bleu-blanc-noir et avec un match de plus à disputer.

«Nous avons connu un très bon mois de juin et un bon début de juillet, a rappelé l'arrière Jukka Raitala, plus tôt cette semaine. Nous avons gagné cinq de nos six derniers matchs et nous sommes très heureux. Nous ne sommes toutefois pas encore satisfaits. Un gros match nous attend.»

Le New York City FC représente un défi de taille pour l'Impact. La formation du Bronx présente un dossier à domicile de 8-0-1 cette saison et a dominé ses rivaux 22-4 au chapitre des buts marqués.

«C'est une équipe qui travaille bien, a noté Ignacio Piatti. Ils ferment bien les espaces et ils ont beaucoup de joueurs qui peuvent faire la différence en attaque.»

Le NYCFC compte aussi sur un nouvel entraîneur-chef. L'ex-bras droit de Pep Guardiola, Domènec Torrent, a hérité de la direction de l'équipe le 11 juin en relève à Patrick Vieira, qui est rentré en France pour diriger l'OGC Nice.

«Patrick Vieira est parti en laissant une place très propre, un très bel héritage avec un fond de jeu clairement identifié, a souligné Garde, un ancien coéquipier de Vieira à Arsenal à la fin des années 1990. Je sais que Patrick aimait travailler avec des équipes autour de lui pour construire un effectif de qualité, assez jeune. Son successeur, je ne le connais pas très bien, mais je le respecte - j'ai vu son parcours. Je crois qu'il a de beaux outils entre les mains.

«Au minimum, nous devrons conserver les valeurs démontrées lors des derniers matchs. Peu importe les joueurs que nous alignons, c'est le pré-requis. Il faudra aussi s'adapter à ce petit terrain, qui favorise les duels.»

Ce «petit terrain» est celui du Yankee Stadium. Si Garde en sera à une première sur un terrain de baseball, il est confiant de voir sa troupe s'ajuster à cette réalité.

«Nous avons joué un match dans des conditions similaires à Las Vegas pendant le camp, a-t-il rappelé. S'il est vrai que le "staff" et moi n'avons jamais connu ça, la plupart des joueurs y ont déjà joué. Il n'y a pas d'excuses par rapport à ça.

«Il faudra s'adapter, ne pas refuser le duel, le contact. Il faudra aussi demeurer vigilant, car (le NYCFC) est une équipe qui peut varier son jeu. Elle peut jouer long pour des deuxièmes ballons, ce qui provoque des bagarres, ou encore jouer court, rapide, avec des passes. C'est un match compliqué qui nous attend.»

Il s'agira pour l'Impact du deuxième match d'une séquence de sept en 22 jours. Garde a donc ouvert la porte à une certaine rotation avec son personnel de joueurs. Il a d'ailleurs indiqué que le défenseur central Rudy Camacho (mollet) allait rater le duel dans le Bronx.

«Nous aurons certainement besoin de tout le monde, en espérant que cette rotation n'affecte pas le niveau d'investissement de chaque joueur, a mentionné Garde. C'est quelque chose sur lequel je serai très attentif. C'est le premier critère de jugement, au-delà du niveau technique et de réussite. Nous savons que dans n'importe quelle équipe de foot, et surtout dans cette ligue, si vous n'avez pas cet engagement pour l'équipe, si vous n'êtes pas au service de l'équipe et de vos coéquipiers, vous serez en difficulté.»

L'Impact poursuivra ensuite sa séquence en accueillant les Earthquakes de San Jose, samedi prochain, au stade Saputo.