Une centaine de meneuses de claque nord-coréennes ont multiplié chants, encouragements et applaudissements, agitant des drapeaux de l'unification coréenne, lors de la première session des épreuves olympiques en patinage de vitesse sur courte piste, sport très populaire en Corée du Sud, samedi à Gangneung.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Anoraks et pantalons rouges aux couleurs de la Corée du Nord, elles sont arrivées en cortège ordonné à la patinoire de Gangneung, ville côtière accueillant les sports de glace, à une trentaine de minutes des sites des disciplines de montagne.

Une fois en place, sous les ordres d'une chef de choeur, les meneuses de claque ont chanté, applaudi, encouragé sans répit, parfois en brandissant le drapeau de l'unification coréenne, silhouette bleu clair de la péninsule sur fond blanc, toujours en bougeant parfaitement en rythme et tout sourire. Elles ont même invité, avec succès, les spectateurs à faire la vague.

Selon des spectateurs installés en tribunes à proximité, le groupe de Nord-Coréennes a notamment scandé « La Corée du Nord et la Corée du Sud ne font qu'une », invitant le public à lui répondre, ce qu'ont fait certains.

Au cours de la session, sont ensuite arrivés le président sud-coréen Moon Jae-in et le vice-président américain Mike Pence.

Vendredi, les meneuses de claque envoyées par le Nord avaient assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques 2018, qui se veulent être les « Jeux de la paix » entre deux pays qui n'ont pas signé d'armistice après la guerre de Corée en 1953. Les délégations des deux Corées avaient défilé ensemble.