La question était sur toutes les lèvres au Sommet du hockey québécois, en mai 2011 : pourquoi le Québec ne développe-t-il plus autant de joueurs pour la LNH ?

Publié le 27 juin 2013
Mathias Brunet

Donald Audette, alors à la tête du Phénix du collègue Esther-Blondin dans la Ligue Midget AAA, tenait des propos divergents. À ses yeux, la situation était au contraire très positive depuis les changements de structure opérés par Hockey-Québec récemment.

« On vient de battre l'Ontario au Championnat canadien des moins de 16 ans, m'avait-il déclaré. Tu sauras me le dire au repêchage dans deux ans ! »

Audette, embauché depuis par le Canadien comme recruteur au Québec, savait de quoi il parlait.

À l'aube du repêchage 2013 de la LNH, une dizaine de Québécois pourraient être repêchés parmi les deux premières rondes, dont Jonathan Drouin, un top cinq assuré. Du jamais vu dans l'histoire récente !

« Tout a changé quand Hockey Québec a instauré les structures intégrées, c'est à dire regrouper les meilleurs joueurs ensembles et les placer dans 15 structures attachées à nos quinze équipes midget AAA, dit Audette. L'encadrement est meilleur. L'enseignement est meilleur. L'entraîneur hors-glace est meilleur. Le jeune qui domine dans sa ville réalise au contact des autres qu'il n'est plus seul. Auparavant, on se faisait toujours écraser quand on sortait du Québec et qu'on affrontait l'Ontario ou l'Ouest. Ce n'est plus le cas. »

Peut-on s'attendre à des résultats aussi éclatants lors des prochaines années ?

« On dit que la cuvée est moins prometteuse l'an prochain, mais j'attendrais un peu avant de me prononcer. Le Québec est la province qui a le mieux figuré au Championnat mondial des moins de 17 ans à Drummondville et Victoriaville. Il y avait là la Russie, la Suède, les Etats-Unis, bref, les gros pays, c'était la première compétition internationale pour ces jeunes et le Québec a terminé quatrième grâce à une victoire de 2-1 contre l'Ontario. »

Le portrait sera plus clair dans cinq ans.

Voici un court portrait des dix principaux espoirs :

1-Jonathan Drouin

Né le 27 mars 1995, Sainte-Agathe

Ailier, 5 pieds 11 pouces, 185 livres

105 points, dont 41 buts, en 49 matchs à Halifax (LHJMQ).

Le joueur de l'année au Canada. Vif, créatif, des mains très souples, un style qui rappelle celui de Patrick Kane. Drouin sera repêché parmi les trois premiers selon une majorité d'observateurs. Son ascension a été fulgurante cette saison avec les Mooseheads d'Halifax, au point de devancer Nathan MacKinnon dans l'esprit de certains.

2-Zachary Fucale

Né le 28 mai 1995, Rosemère

Gardien, 6 pieds 1 pouce, 181 livres

45-5-3, moyenne 2,35, taux d'arrêts .909 à Halifax (LHJMQ)

Ce jeune Québécois percera le top dix si un club se cherche un gardien d'avenir de premier plan. Plusieurs sont restés sur leur appétit parce qu'il était bien protégé par sa puissance équipe à Halifax, mais il a prouvé l'année précédente qu'il pouvait exceller quand il était bombardé. Sa technique et son positionnement sont impressionnants, de sorte que ses arrêts paraissent souvent faciles. Ses déplacements sont très rapides, ce qui lui permet de se distinguer lorsque l'adversaire tire bas. Il possède une très bonne force morale et se distingue lorsque les enjeux sont importants.

3-Samuel Morin

Né le 12 juillet 1995, Saint-Henri

Défenseur, 6 pieds 7 pouces, 200 livres

16 points, dont 4 buts, en 46 matchs à Rimouski (LHJMQ).

Les recruteurs portent toujours une attention particulière aux défenseurs de 6 pieds 7 pouces et plus. Morin a eu une production offensive limitée à Rimouski, mais il est plutôt mobile pour un joueur de son gabarit et sa première passe est généralement réussie. Il ne craint pas le jeu robuste, au contraire. Pas très créatif cependant et doit améliorer la qualité de ses pivots. Mais il a fortement impressionné au Championnat mondial des moins de 18 ans ce printemps. Son style s'apparente à celui de l'espoir du Canadien, Jarred Tinordi.

4-Anthony Mantha

Né le 16 septembre 1994, Longueuil

Ailier, 6 pieds 4 pouces, 190 livres

89 points, dont 50 buts, en 67 matchs à Val d'Or (LHJMQ).

Malgré le fait qu'il soit l'un des trois joueurs à avoir marqué 50 buts ou plus dans les rangs juniors, Mantha ne fait pas l'unanimité auprès des recruteurs. On lui reproche son manque de détermination et d'ardeur au travail. Autre point en sa défaveur, son âge. Il était en effet à une journée près d'être éligible au repêchage de 2012 et certains observateurs se demandent si ses statistiques impressionnantes ne sont pas un peu faussées par cet état de choses. Voilà néanmoins un choix intrigant qui pourrait faire mal paraître plusieurs recruteurs...

5-Frédérik Gauthier

Né le 26 avril 1995, Mascouche

Centre, 6 pieds 5 pouces, 210 livres

60 points, dont 22 buts, en 62 matchs à Rimouski (LHJMQ)

Gauthier est un colosse destiné à devenir un centre défensif au sein d'un troisième trio. Un choix sûr qui devrait évoluer éventuellement dans la LNH, mais un potentiel offensif limité. Son jeu défensif est cependant largement supérieur à la moyenne et il en fait sa marque de commerce. On aimerait cependant qu'il affiche plus de hargne. Les recruteurs ont été déçus par sa production de seulement deux aides en six matchs de séries éliminatoires.

6-William Carrier

Né le 20 décembre 1994

Ailier, 6 pieds, 196 livres

42 points, dont 16 buts, en 34 matchs à Cap-Breton (LHJMQ)

Carrier a été un joueur dominant au sein de son équipe cette année malgré son jeune âge, mais tellement mal entouré qu'il avait parfois tendance à jouer de façon trop individualiste. Il possède cependant un potentiel offensif très intéressant et il a produit en dépit d'une sévère blessure à la cheville qui lui a coûté une demi-saison. On doit aussi souligner qu'il a obtenu une production offensive intéressante en dépit du fait qu'il affrontait régulièrement les meilleurs éléments adverses étant donné le manque de talent au sein de son équipe.

7-Anthony Duclair

Né le 26 juillet 1995

Ailier, 5 pieds 11 pouces, 180 livres

50 points, dont 20 buts, en 55 matchs à Québec (LHJMQ)

Duclair est un cas bien complexe. Un talent fou, mais il manque de constance. Il était coté en première ronde l'an dernier, sauf qu'une saison plus difficile cet hiver, marquée par une blessure à la cheville, a fait baisser sa valeur. C'est néanmoins un attaquant explosif, l'un des bons patineurs de cette cuvée, qui pourrait faire mal paraître les recruteurs qui le bouderont. Si j'étais recruteur pour le Canadien, je ne prendrais pas la chance de l'ignorer avec cinq choix dans les deuxième et troisième rondes...

8-Émile Poirier

Né le 14 décembre 1994, Montréal

Ailier, 6 pieds, 168 livres

70 points, dont 32 buts, en 65 matchs à Gatineau (LHJMQ)

Poirier n'est pas le patineur le plus élégant, mais sa détermination et ses instincts compensent largement. Il a grimpé plusieurs rangs avec une solide fin de saison : 23 points à ses 20 derniers matchs et 10 points en autant de rencontres en séries. Il a amélioré sa vitesse, mais aussi son tir, ce qui en fait désormais plus qu'un simple fabricant de jeu. On ne parle pas d'une future vedette offensive, mais il a la détermination requise pour atteindre la LNH dans un rôle semblable à celui de Maxim Lapierre.

9-Marc-Olivier Roy

Né le 5 novembre 1994

Ailier, 6 pieds, 175 livres

67 points, dont 29 buts, en 65 matchs à Blainville-Boisbriand (LHJMQ)

Un attaquant fougueux, rapide et talentueux qui vient de connaître une saison intéressante, mais est-ce parce qu'il a déjà 18 ans depuis novembre ? Il possède une qualité importante : la rondelle n'est jamais très loin de lui. Il demeure cependant encore frêle et devra gagner du muscle pour être efficace dans les rangs professionnels. Joueur complet et constant qui a les outils pour réussir sa carrière professionnelle dans un rôle de soutien.

10-Laurent Dauphin

Né le 26 mars 1995

Centre, 6 pieds, 154 livres

57 points, dont 25 buts, en 62 matchs à Chicoutimi (LHJMQ)

Saison fort intéressante pour un jeune homme qui en était à sa première saison dans les rangs juniors cet hiver. Dauphin a aussi excellé au Championnat mondial des moins de 18 ans avec presque un point par match. Il a aussi fait sa marque lors du match des espoirs de la Ligue canadienne junior en étant nommé le joueur de la rencontre alors qu'il a été appelé à y prendre part au dernier instant. Il a joué un rôle prépondérant avec Chicoutimi malgré son inexpérience et s'en est tiré avec distinction. Sa performance au mondial des moins de 18 ans lui permettra peut-être de se faufiler en première ronde. Il n'est pas très gros, mais mesure déjà six pieds et peut prendre du coffre. Donald Audette, recruteur du Canadien au Québec, était son DG dans les rangs midget AAA. Une carte cachée ?

***Yan-Pavel Laplante

Né le 23 avril 1995

Ailier, 6 pieds, 170 livres

13 points, dont six buts, en 18 matchs à P.E.I. (LHJMQ)

Mention honorable à ce jeune homme qui a raté presque toute la raison à cause d'une blessure, mais qui possède un potentiel intéressant.

NOMBRE DE JOUEURS QUÉBÉCOIS PARMI LES DEUX PREMIÈRES RONDES DEPUIS DIX ANS

-2102 5 (dont deux issus du programme américain, Stefan Matteau et Mike Matheson)

-2011 3

-2010 0

-2009 7

-2008 5

-2007 5

-2006 5

-2005 8

-2004 1

-2003 8

-2002 3