Travail intéressant du collègue Guy Daoust, de Radio-Canada, cette semaine.

Mathias Brunet

À quelques jours de la date limite des échanges, il a mesuré la valeur des choix au repêchage en dénombrant le nombre de joueurs repêchés entre 2001 et 2010 qui ont atteint la LNH. Ainsi, 65% des choix de première ronde ont atteint la LNH, mais seulement 45% de ceux-ci ont fait carrière dans la Ligue nationale de hockey. Le pourcentage tombe à 14,5% en deuxième ronde et de 7,33% en troisième ronde.

Ainsi, Guy Daoust constate que les choix au repêchage sont moins payants qu'on pourrait le croire et qu'un choix de deuxième ronde ne vaut peut-être pas mieux qu'un coup de dés.

Je répondrais que tout dépend de l'équipe de recruteurs en place. Le Canadien, par exemple, a échangé Craig Rivet en 2007 pour un choix de première ronde et Andrei Kostitsyn en 2012 pour un choix de deuxième ronde. Ces deux joueurs qui ne figuraient plus dans les plans ont rapporté Max Pacioretty et Jacob De La Rose.

P.K. Subban, Alexei Emelin, Maxim Lapierre, Tomas Plekanec, Mike Ribeiro, François Beauchemin, José Théodore, Valeri Bure, Craig Rivet, Patrice Brisebois, John Leclair, Eric Desjardins, Mathieu Schneider, Benoit Brunet, Jyrki Lumme, Patrick Roy, Stéphane Richer et Claude Lemieux sont autant de choix de deuxième ou troisième tour.

Un club comme les Devils du New Jersey ont repêché de solides joueurs comme Damon Severson, Jon Merrill, Eric Gélinas, Adam Enrique, Paul Martin, Brian Gionta, Colin White, Patrik Elias, Sheldon Souray, Jay Pandolfo, Brendan Morrison, Sergei Brylin, Eric Weinrich et Sean Burke dans les deuxième ou troisième rondes.

On pourrait parler des Red Wings avec Tomas Tatar, Gustav Nyquist, Justin Abdelkader, Johan Franzen, Jimmy Howard, Jiri Hudler, Tomas Fleischmann, Valteri Filppula, Pavel Datsyuk (cinquième ronde), Henrik Zetterberg (sixième ronde), Nicklas Lidstrom et compagnie.

Par contre, des clubs comme les Oilers d'Edmonton ont beaucoup de difficulté à dénicher des joueurs d'impact après la première ronde. Idem pour les Thrashers d'Atlanta à l'époque, ou les Flames de Calgary et les Flames de Calgary (à quelques exceptions près).

En bref, tout dépend de qui repêche.