Le nombre de bagarres dans la LNH a diminué de presque 50% en cinq ans, rapporte la Presse Canadienne, qui s'appuie sur des statistiques du site hockeyfights.com. On avait répertorié 335 bagarres en date de mercredi. Il y en avait 546 en 2011-2012... et 734 en 2008-2009 !

Publié le 7 avr. 2016
Mathias Brunet

Shawn Thornton, des Panthers de la Floride, est l'un des derniers de son espèce à 38 ans. « Je n'ai aucun problème à ne plus analyser le style des meilleurs bagarreurs des équipes adverses et à mieux dormir à chaque nuit », a-t-il confié à PC. L'imposition de la visière et l'interdiction de retirer son casque lors d'une bagarre a contribué à cette diminution importante, de même que la culture de violence dans la LNH.

Parions que le nombre continuera de baisser avec les menaces de poursuites qui surplombent les bureaux de la Ligue nationale hockey à New York.

Il y a évidemment ceux qui implorent le maintien des bagarres pour réduire le nombre de coups salauds. Mais une étude récente vient bafouer leur théorie:

"Dans une étude menée en 2009 par un autre vice-président de la LNH, Gery Meagher concluait que 64,4 % des bagarres lors de la saison 2008-2009 étaient planifiés. Dans 34 % des cas, elles survenaient quand deux joueurs décidaient « d'y aller » de plein gré ; dans 21,6 % des cas, elles avaient lieu juste après la mise au jeu ; dans 8,8 % des cas, elles se déroulaient après une mêlée suivant un coup de sifflet. Seuls 20,4 % des bagarres avaient lieu quand un joueur « se tenait debout » pour un coéquipier ; et dans 15,2 % des cas quand des joueurs s'estimant victimes d'un coup vicieux jetaient les gants eux-mêmes."