L’attaquant Krystof Hrabik du Barracuda de San Jose, dans la Ligue américaine, est suspendu 30 matchs pour avoir posé des gestes racistes dirigés vers le Québécois Bokondji Imama, des Roadrunners de Tucson.

Mis à jour le 21 janvier
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Les gestes ont été posés le 12 janvier, pendant la rencontre entre les deux équipes remportée par les Roadrunners.

Dans son communiqué diffusé vendredi après-midi, la Ligue américaine se dit « engagée à bâtir une culture sécuritaire, inclusive et libre de toutes formes d’abus, de harcèlement et de comportements non éthiques ou d’inconduite ».

« La LAH soutient Boko Imama », mentionne le président et chef de la direction, Scott Howson.

C’est injuste qu’un joueur soit sujet à des commentaires ou des gestes sur la base de ses origines. Il devrait être jugé seulement sur son habileté à performer comme joueur sur la patinoire, comme coéquipier dans le vestiaire et comme membre de sa communauté.

Scott Howson, président et chef de la direction de la LAH, dans un communiqué communiqué

La Ligue mentionne également que « l’apprentissage par l’inclusion individuelle est un élément clé de l’amélioration de la culture » à l’échelle du circuit. Hrabik aura donc la possibilité de travailler avec le comité d’inclusion des joueurs de la LNH pour participer à « l’éducation et une formation sur le racisme et l’inclusion ».

Dans une déclaration publiée sur ses réseaux sociaux, le Barracuda de San Jose indique avoir été mis au courant des gestes de Hrabik le 13 janvier, au lendemain du match. Le Tchèque a « immédiatement été retiré des toutes les activités d’équipe pendant l’enquête de la LAH », relate-t-on.

L’organisation du Barracuda et des Sharks de San Jose dit avoir été « consternée d’apprendre cet incident » et offre ses « sincères excuses » au Québécois, aux partisans, aux Roadrunners ainsi qu’à toute la communauté de hockey.

Hrabik a déjà purgé trois matchs de suspension. Il lui en reste donc 27, ce qui l’amène au 3 avril. Il pourra cependant faire une demande de réduction de la suspension et de réintégration auprès de M. Howson à partir du 12 mars.

Une décision sera ensuite prise « sur la base d’une évaluation de ses progrès dans l’éducation et la formation nécessaires auprès du comité d’inclusion des joueurs », écrit-on.

Imama a par ailleurs publié un message poignant sur son compte Twitter, vendredi soir : « J’ai dû négocier avec des situations comme celle-la toute ma vie. En tant que personne de couleur pendant mon hockey mineur, mon parcours junior et maintenant pour une deuxième fois dans un circuit professionnel, ça continue encore et encore », peut-on lire au début du message.

Hrabik a lui aussi publié un message, s’excusant pour ses agissements : « J’ai honte des évènements d’aujourd’hui et je suis gêné par les actions qui ont conduit à ma suspension. Je veux que tout le monde sache que je suis vraiment désolé pour ce qui s’est passé et que j’assume l’entière responsabilité de mes actes. […] Boko est un joueur que je respecte et je suis vraiment désolé de lui avoir fait vivre cette situation. J’ai envoyé des excuses personnelles à Boko et j’espère sincèrement qu’il me pardonnera. Je tiens également à m’excuser auprès de la Ligue américaine de hockey, du Barracuda, des Roadrunners et de mes coéquipiers pour mes actions inacceptables. »

Cette situation survient alors que l’Alliance pour la diversité au hockey et l’entreprise Budweiser ont lancé il y a deux semaines la campagne #ÉradiquerLaHaine pour engager une conversation et un dialogue autour du racisme dans le monde du hockey.