Samuel Girard avait à peine eu le temps de défaire ses boîtes à Nashville qu’il était échangé à l’Avalanche, à l’automne 2017. Ça ne veut pas dire pour autant qu’il est habitué aux rumeurs et qu’il est prêt à refaire ses valises.

Publié le 2 déc. 2021
Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Le nom du défenseur québécois a circulé dans les rumeurs d’échange cet automne. En fait, le feuilleton Jack Eichel a eu pour effet d’alimenter la machine à rumeurs et Girard en a été victime.

« Veux, veux pas, je suis sur les réseaux sociaux, je le voyais un peu, a admis Girard, rencontré jeudi après-midi, quelques heures avant le duel Avalanche-Canadien au Centre Bell. Mais ce n’est pas ma job, ce n’est pas moi qui fais les transactions. Je suis au Colorado et je veux rester là. Ma job, c’est de bien jouer. »

En parallèle à ces rumeurs, Girard connaissait, comme son équipe, un départ couci-couça. Après sept matchs, le Jeannois ne comptait que deux points et montrait un différentiel de -6. De son côté, l’Avalanche montrait un dossier de 4-5-1 après 10 matchs, une fiche largement inférieure à ce qui était attendu de cette équipe vue par plusieurs comme aspirante à la Coupe Stanley.

Cela dit, on pourrait comprendre les Sabres de s’être informés de la disponibilité de Girard, si tel est le cas. Voici un défenseur de 23 ans, qui jouait l’an passé 23 minutes par match -21 cette saison-et qui comptera pour 5 millions de dollars sous le plafond salarial jusqu’en 2027.

Joe Sakic, le directeur général, a donc tenu à rassurer son défenseur afin de calmer le jeu. « J’ai eu des rencontres avec Joe, a raconté Girard. Il m’a dit : “ce qui se passe sur l’internet, c’est peut-être vrai, peut-être pas vrai, tu ne le sais pas.” Il a été clair avec moi qu’il n’avait pas de discussion, que mon nom n’a jamais été dans l’échange d’Eichel. Ce n’est pas ma job de penser à ces choses, ma job est de bien jouer. Je suis bien au Colorado et je veux rester ici. »

Eichel a finalement été échangé le 4 novembre. Une semaine plus tard, l’Avalanche amorçait une séquence de six victoires, et montre une fiche de 7-2-0 à ses neuf dernières sorties. Girard a amassé sept points au cours de cette séquence et montre un rendement de +6.

Byram encore blessé

PHOTO RON CHENOY, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Bowen Byram

Jeudi, Girard devra toutefois changer de partenaire. Mercredi, il formait un tandem avec le jeune Bowen Byram, mais ce dernier ratera le duel contre le Canadien en raison d’une blessure au haut du corps qui n’est « pas une commotion cérébrale », a assuré Jared Bednar, l’entraîneur-chef de l’Avalanche. Bednar a toutefois précisé que la blessure était « reliée » à la commotion, sans donne plus de détails.

La précision importait, car Byram vient tout juste de revenir au jeu après avoir subi une troisième commotion cérébrale diagnostiquée depuis mars dernier.

En l’absence du 4e choix au repêchage de 2019, Girard devrait donc former un duo avec Jack Johnson face au CH.

Devant le filet, Bednar reviendra avec Jonas Johansson. On vous disait que l’Avalanche avait retrouvé ses marques, mais l’équipe a tout de même subi une bastonnade de 8-3, mercredi, à Toronto. Johansson a accordé 8 buts sur 41 tirs et n’a pas été retiré du match.

Il était devant le filet parce que le gardien numéro 1 de l’équipe, Darcy Kuemper, est blessé au haut du corps. Son absence s’ajoute à celle de Pavel Francouz, lui aussi blessé, si bien que l’Avalanche s’en remet à ses gardiens 3 et 4 dans l’organisation. Johansson sera donc secondé, jeudi, par Justus Annunen, un Finlandais de 21 ans qui n’a jamais encore joué dans la LNH.