Après 72 heures « extrêmement difficiles » et d’« excellentes conversations » avec la LNH et l’Association des joueurs, le gardien des Golden Knights de Vegas Robin Lehner a indiqué que ses démarches pour apporter du changement au sein du circuit se feraient désormais de façon plus privée.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Le cerbère suédois s’est exprimé publiquement lors d’une conférence de presse, mardi après-midi, pour la première fois depuis sa série de tweets qui a secoué la planète hockey au cours des derniers jours.

« Les dernières 72 heures ont été extrêmement difficiles, mais ont aussi eu une incroyable valeur pour moi, pour ma carrière et mes objectifs de vie », a-t-il dit d’entrée de jeu, visiblement affecté par tout ce qui s’est passé depuis samedi.

Lehner a indiqué avoir eu des discussions positives avec l’Association des joueurs et la Ligue nationale, lesquelles lui donnent espoir de voir du changement dans les façons de faire de certaines équipes.

« Je suis enthousiasmé par le changement potentiel qui sera apporté pour protéger la jeune génération. C’est quelque chose que je défends depuis des années et je suis encouragé par l’approche qu’ils souhaitent adopter. »

Dans les gazouillis qui ont beaucoup fait jaser ces derniers jours, l’homme masqué a notamment dénoncé la distribution de médicaments sans prescription au sein de différentes équipes de la Ligue. Il s’en est également pris à l’entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie Alain Vigneault en le qualifiant de « dinosaure qui traite les gens comme des robots et non des humains ».

(Re)lisez « Attaque contre Alain Vigneault : Robin Lehner précise sa pensée »

Lehner a aussi défendu son ex-capitaine Jack Eichel, qui est en désaccord avec les Sabres de Buffalo quant au type de chirurgie qu’il doit recevoir pour traiter une hernie discale dans son cou.

« Je vais toujours défendre ce en quoi je crois, mais à l’avenir, je vais essayer d’aider de manière plus privée, a-t-il laissé savoir. Ce week-end était un appel à l’aide à cette ligue, que j’aime et qui m’a tant donné, mais j’essaie juste de protéger les jeunes joueurs. Mais la seule façon de provoquer le changement maintenant, dans ma tête, c’est en le faisant de manière non publique. »

« Je suis très encouragé par les discussions que j’ai eues et que nous aurons prochainement », a-t-il ajouté.

Le gardien a dit à plusieurs reprises qu’il ne souhaitait blesser personne dans ses démarches, mais seulement « faire partie de la conversation », partager ses histoires et celles d’autres joueurs qui souffrent ou ont souffert. « Je veux qu’on fasse en sorte que ça n’arrivera plus », a-t-il soutenu.

« C’est difficile de gérer une ligue, de tout savoir, a-t-il aussi mentionné. Je ne blâme personne spécifiquement. Il y a des changements que je peux mettre en lumière pour qu’on s’assure que les joueurs ne souffrent pas en silence. »

« Je veux du changement », a-t-il répété à maintes reprises.