Au cours des récentes saisons, les camps d’entraînement du Canadien ont souvent été plutôt tranquilles, mais cette fois, ça pourrait être bien différent… Voici donc cinq luttes à suivre de près.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

1– Jonathan Drouin contre lui-même

Seul Jonathan Drouin peut comprendre ce qui s’est passé avec lui en 2021, et de la même manière, il n’y a que lui, aussi, pour décider de ce qui va se passer lors de la prochaine saison. Sera-t-il capable de mettre 2021 derrière lui et de voir en 2021-2022 un tremplin vers un nouveau départ autrement plus positif ? Il le souhaite sûrement, comme la direction du Canadien, et à ce sujet, ses patrons devront eux aussi apporter leur contribution en le plaçant en position de succès. Un bon départ, à notre humble avis, serait de le faire patiner en compagnie de jeunes joueurs affamés qui pourront le tirer vers le haut. Vous avez dit Nick Suzuki et Cole Caufield ? Cela aurait tout plein de sens, et Drouin, qui a souvent éprouvé des ennuis de constance par le passé, même avant 2021, n’aurait d’autre choix que de jouer la pédale au plancher à bord d’un trio mené par ces deux jeunes. Et un Drouin la pédale au plancher peut mener à de bons résultats, comme on l’avait brièvement constaté en début de saison 2019, alors qu’il produisait pratiquement à un rythme d’un point par match.

2– Price contre la clinique médicale

Quelle histoire, tout de même. En l’espace de quelques semaines cet été, l’état de santé de Carey Price est passé de très incertain (on se demandait s’il allait jouer cet hiver, un stratagème qui a peut-être poussé le Kraken de Seattle à se demander la même chose) à très certain, de sorte que le gardien vedette du Canadien sera bel et bien à son poste à Brossard en même temps que tout le monde cette semaine. Voilà donc une excellente nouvelle, qui vient peut-être cacher une question toute simple : Price pourra-t-il disputer une saison sans devoir prendre des pauses ? On rappelle ici que ce n’est pas la première fois que le numéro 31 souffre de problèmes aux genoux, et puis à 34 ans, un gardien de but qui possède un tel historique de blessures ne peut pas prétendre à une carrière qui va s’étirer encore bien longtemps. Pour le Canadien, le futur est maintenant, plus que jamais. Parce que le gardien de but n’a plus vraiment de temps à perdre.

3– Jake Evans contre les autres centres

On s’entend, ce n’est pas comme si Evans allait batailler pour le poste de centre numéro un du club, ni même pour le poste de centre numéro deux. Par contre, selon nos savants calculs, il y a de la place à la position de centre en ce qui concerne les deux derniers trios. Dans le cas d’Evans, un poste de troisième centre représenterait une ascension fulgurante, car dans un monde idéal, pour emprunter à Marc Bergevin, Evans piloterait plutôt le quatrième trio. Mais le jeune homme a démontré de belles choses lors du printemps magique que l’on sait, et jusqu’à preuve du contraire, c’est lui qui part avec une longueur d’avance pour ce titre. En d’autres mots, c’est peut-être aussi son poste à perdre, comme on le dit dans le milieu.

4– Chris Wideman contre Mattias Norlinder contre Brett Kulak

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Brett Kulak

Le sort des deux premiers duos de défenseurs est scellé, fort probablement, ce qui ne peut signifier qu’une chose : c’est un peu moins scellé en ce qui concerne le troisième duo. On peut présumer qu’Alexander Romanov ira patiner sur cette unité, mais en compagnie de qui ? C’est là que le concept des portes tournantes, cher au Canadien si souvent ces dernières années, pourrait être introduit de nouveau. On a beau passer au peigne fin la liste des défenseurs qui sont invités au camp, on a bien du mal à en trouver un seul qui se démarque très clairement au moment d’écrire ceci en vue de la dernière place disponible chez les réguliers. Cela s’annonce donc comme une lutte à trois, entre les trois messieurs mentionnés ci-dessus. À moins que le Canadien nous fasse le plaisir d’une acquisition que l’on n’aurait pas vue venir… Au fait, quelqu’un a des nouvelles de Mark Streit ?

5– Dominique Ducharme contre le reste du monde

On place le nom de Ducharme dans cette liste de luttes non pas parce qu’il aura à gagner un poste, mais plutôt parce que le coach aura à lutter face aux attentes, peut-être trop élevées, qui vont le suivre à la suite du printemps magique. Le Canadien de Ducharme s’est retrouvé en grande finale, et l’entraîneur-chef n’aura pas le luxe du temps pour procéder à une réorganisation de sa formation ; on va plutôt s’attendre à des résultats immédiats. À cet effet, le camp d’entraînement permettra à Ducharme d’annoncer ses couleurs et de nous démontrer pourquoi il dirige cette équipe, et aussi pour quelles raisons. Par le passé, chez le Canadien, on se contentait souvent de viser une place en séries. Cette fois, peut-on simplement se contenter de ça, ou bien préférera-t-on viser les sommets ? On le saura bien assez vite.

APPEL À TOUS

On veut vos questions !

La saison de hockey est à nos portes et l’occasion est parfaite pour lancer avec vous une nouvelle rubrique, Le Club. Nous voulons vos questions, tout simplement, et nos experts essaieront de trouver les réponses. Pas seulement sur le hockey, sur ce que vous voulez dans le merveilleux monde du sport. Que ce soit pour demander l’avis de nos experts sur un sujet sportif en particulier, pour demander une précision, émettre des doutes, ou encore pour porter à notre attention un aspect que nous aurions pu oublier. Plusieurs fois par semaine, nos experts vous répondront, l’objectif étant évidemment d’établir un lien encore plus fort entre vos champs d’intérêts et préoccupations et notre couverture quotidienne. Donc, envoyez-nous vos questions au sports+leclub@lapresse.ca dès aujourd’hui, et venez nous rejoindre dans Le Club.