(Las Vegas) Éric Gélinas a un souvenir bien précis de sa première saison dans la Ligue nationale, au New Jersey. Les instructions de son entraîneur-chef de l’époque, Pete DeBoer, étaient claires. « Moi, j’avais le feu vert ! »

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Il importe de remettre ça en contexte. Les Devils de 2013-2014 n’étaient pas gâtés en termes de défenseurs offensifs. Marek Zidlicky en avait déjà été un bon, mais il avait 36 ans. Andy Greene avait alors connu une seule saison de plus de 30 points.

« J’avais été rappelé parce qu’on ne marquait pas beaucoup de buts et on manquait de défenseurs offensifs, raconte Gélinas, nouveau membre des Hurricanes de la Caroline, au bout du fil. Pete voulait que j’appuie l’attaque. » Le Québécois avait amassé 29 points en 60 matchs.

Gélinas n’est donc pas tombé en bas de sa chaise pendant le premier match de la série entre le Canadien et les Golden Knights, dirigés par son ancien coach.

PHOTO JOHN LOCHER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Peter DeBoer

« Je regardais le match, et tu vois qu’ils appuient l’attaque. Mais ils le font au bon moment. Alex Pietrangelo est capable de le faire, mais pas à tout bout de champ. Une des forces de Pete, c’est son système, c’est d’exploiter les forces de son équipe. Ils ont des défenseurs offensifs, mais ce ne sont pas des gars qui pensent seulement à attaquer. »

L’appui offensif des six arrières de Vegas sautait aux yeux dans cette victoire de 4-1 des Knights. Les défenseurs ont inscrit trois des quatre buts, et ont amassé six points.

Parmi l’élite

En visioconférence, mardi, Jesperi Kotkaniemi l’a admis : « On savait qu’ils allaient faire ça. »

Les défenseurs des Golden Knights font en effet partie de l’élite de la LNH pour la production offensive, et ce, depuis que DeBoer est arrivé derrière le banc, à la mi-janvier 2020.

Points par les défenseurs depuis le 15 janvier 2020

1 – Colorado (203)

2 – Floride (197)

3 – Vegas (195)

4 – Minnesota (181)

5 – Washington (174)

26 – Montréal (133)

31 – Detroit (113)

Évidemment, ces données ne disent pas tout, et peuvent simplement refléter le talent offensif général d’une équipe. Nous avons donc fait un ratio entre le nombre de points des défenseurs et le nombre de buts marqués par ces équipes. Par exemple, les Golden Knights ont marqué 266 buts, ce qui donne un ratio de 73,3 % (195/266).

PHOTO JOHN LOCHER, ASSOCIATED PRESS

Ben Chiarot, Jonathan Marchessault et Nick Holden

Et encore là, Vegas fait partie des meilleures équipes, tandis que le Canadien se retrouve en queue de peloton comme une Minardi en 1997.

1 – Floride (77,9 %)

2 – Vancouver (77,7 %)

3 – Columbus (75,8 %)

4 – Colorado (75,4 %)

5 – Arizona (74,4 %)

6 – Vegas (73,3 %)

30 – Montréal (59,6 %)

31 – Winnipeg (51,9 %)

DeBoer assure que c’était là un de ses objectifs.

« Quand j’ai accepté le poste, impliquer nos défenseurs offensivement était un de mes objectifs, a-t-il expliqué en point de presse, mardi. Ça commence en zone neutre, puis en zone offensive.

« C’est un travail en constante progression. On s’est améliorés l’an passé, puis dans la bulle. Cette année, avec une autre saison, et avec l’ajout de Pietrangelo, les joueurs connaissent mieux nos concepts. Et on s’attend à ce que ça vienne de tout le monde, pas seulement de Pietrangelo ou de [Shea] Theodore. On s’attend aussi à ça de [Nick] Holden ou de [Nicolas] Hague. »

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

Alex Pietrangelo

DeBoer a été gâté lundi, puisque Holden et Alec Martinez ont chacun marqué un but, justement en s’avançant au point des mises au jeu pour appuyer l’attaque. Brayden McNabb et Zach Whitecloud ont aussi obtenu une aide chacun, quoique dans leur cas, ça ait été simplement en redistribuant rapidement la rondelle après une mise au jeu gagnée.

Une solution ?

C’est donc toute une différence pour le Canadien. Il n’avait guère à se préoccuper de cet aspect lors de la dernière série, puisque les Jets de Winnipeg sont derniers dans la LNH dans notre tableau présenté plus haut. Neal Pionk était pratiquement leur seul arrière réellement offensif.

Alors, que faire pour corriger la situation ?

« Il faudra rester au-dessus de leurs défenseurs, ne pas les laisser nous dépasser, a estimé Tyler Toffoli. Ce qu’ils font ressemble un peu à ce que les défenseurs de Toronto faisaient [au premier tour]. À mesure que cette série avançait, on s’améliorait et on les neutralisait. »

Les défenseurs des Leafs, rappelons-le, avaient inscrit 5 des 18 buts dans la série contre le Canadien.

Et à l’inverse, si le Canadien souhaite dynamiser son attaque, la présence de Jeff Petry en santé ne nuira pas. Le numéro 26 est de loin l’arrière le plus doué offensivement de l’équipe. À l’entraînement de mardi, auquel ont pris part essentiellement les réservistes et les blessés, les caméras de RDS l’ont capté en train de prendre des tirs, signe qu’il va mieux.