Le congédiement du président John Davidson et du directeur général Jeff Gorton ne serait pas lié à « l’affaire Tom Wilson », jurent les Rangers de New York.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Pourquoi, alors, ne pas avoir attendu la fin de la saison, dans trois matchs, pour procéder ? Les Rangers, après tout, sont déjà exclus des séries éliminatoires.

Il n’y a rien de très clair dans cet immense coup de balai à New York. Davidson et Gorton se seraient dissociés de ce communiqué de presse assassin de l’organisation, dans lequel les Rangers réclamaient la démission du préfet de discipline de la LNH, George Parros, pour son inaction à l’endroit de Tom Wilson.

L’attaquant des Capitals de Washington a blessé sérieusement la star des Rangers, Artemi Panarin, plus tôt cette semaine, en l’empoignant par les cheveux et en le rabattant violemment tête première sur la patinoire. Panarin ne jouera pas du reste de la saison.

PHOTO BRUCE BENNETT, USA TODAY SPORTS

Tom Wilson et Artemi Panarin

Le match de mercredi entre les deux clubs a commencé avec trois bagarres dès la mise en jeu initiale. Édifiant. Mais revenons au congédiement de nos deux hommes. Officiellement, le patron, James Dolan, est insatisfait du rendement de l’équipe. Il le sous-entend dans le communiqué de presse émis mercredi après-midi. « Je tiens à remercier JD et Jeff pour leur apport à l’organisation. Ces deux grands professionnels du monde du hockey ont travaillé fort pour les Rangers, mais pour permettre au club de connaitre le succès que nos fans méritent, il fallait procéder à ces changements. »

Voilà où le raisonnement de James Dolan est difficile à comprendre. Les Rangers et leur DG Jeff Gorton ont entamé une reconstruction en profondeur en 2018. Ils possèdent le club le plus jeune de la LNH. John Davidson est arrivé un an plus tard, en mai 2019.

On ne devient pas une puissance de la Ligue nationale trois ans après une reconstruction. New York a pourtant présenté une excellente fiche de 37-28-5 l’an dernier, avant de perdre en ronde préliminaire aux mains des Hurricanes de la Caroline.

Les Rangers étaient à dix points d’une place en séries cette saison dans la puissante division Est, avec une fiche de 26-22-6. Pas une honte non plus.

Gorton a prouvé être un féroce négociateur. Son premier centre, Mika Zibanejad, 28 ans, a été obtenu en 2016, avec un choix de deuxième ronde, contre Derick Brassard. Le jeune homme a amassé 197 points à ses 193 matchs à New York.

Le deuxième centre, Ryan Strome, 27 ans, a été acquis pour Ryan Spooner en 2018. Strome a 47 points en 54 matchs cette saison. Spooner joue à Minsk, dans la KHL, depuis 2019.

Le défenseur Adam Fox, 23 ans, est un candidat au trophée Norris selon plusieurs observateurs. Il a 47 points en 54 matchs. Il a été obtenu des Hurricanes de la Caroline en 2019 pour deux choix de deuxième ronde…

PHOTO AL BELLO, USA TODAY SPORTS

Adam Fox

Sept joueurs repêchés depuis 2017 ont intégré la formation des Rangers ces dernières années. Ils ont donc tous 22 ans ou moins : Alexis Lafrenière, Kaapo Kakko, Vitali Kravtsov, K’Andre Miller, Filip Chytil, Morgan Barron et Zac Jones.

Jeff Gorton, il faut le souligner, a sagement conservé ses choix au repêchage afin de réussir sa reconstruction. New York a repêché huit fois en première ronde lors des quatre dernières cuvées et huit fois en deuxième et troisième rondes.

Que demander de plus dans un tel contexte ?

Chris Drury, 44 ans, assurera la relève de façon permanente à titre de président et directeur général. Il sera conseillé par le prédécesseur de Gorton, Glen Sather. Drury occupait le poste d’adjoint au directeur général des Rangers depuis 2016.

Cet ancien attaquant de l’Avalanche du Colorado, des Sabres de Buffalo et des Rangers vient de gagner à la loterie des DG. Il a les mains pleines grâce au travail de Gorton.

Quant à Jeff Gorton, les équipes en péril devraient s’empresser de lui loger un appel. C’est l’un des meilleurs de la profession…

À lire

1- Ryan Poehling sera opéré au poignet et sa saison est terminée. Il a fait bonne impression avec le Rocket de Laval avec 25 points en 28 matchs.

2- David Perron, de Sherbrooke, vient d’atteindre les marques de 900 matchs et 600 points. Notre collègue Sébastien Lajoie, de La Tribune, lui a parlé.

3- Très vilain match pour le Canadien mercredi soir. Notre analyse ici.