(Montréal) L’agent d’Alexander Romanov a le sens de la formule. Une entrevue avec Dan Milstein peut durer deux minutes, mais il aura trouvé le moyen de passer son message, dans des mots toujours bien choisis.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Il n’y a pas fait exception vendredi matin, en conférence téléphonique, à la suite de l’annonce d’une entente de principe entre Romanov et le Canadien.

La pandémie de COVID-19 complique bien des choses au hockey, dont l’arrivée de Romanov en Amérique du Nord. En conférence téléphonique, un collègue demandait si Romanov pouvait retourner dans la KHL dans l’éventualité où le hockey reprenait là-bas et pas ici. Et Milstein a sorti la clip.

« La LNH est sa priorité. On n’a pas discuté de cette option. Alexander viendra à Montréal dès qu’il le pourra. Il vient à Montréal avec un billet aller simple. »

Cet aller simple, c’est un contrat de trois ans, dont la date d’entrée en vigueur demeure inconnue en raison de l’incertitude actuelle. En gros, nous explique-t-on, l’équipe et le joueur se sont entendus sur deux scénarios, et les modalités de reprise des activités dans la LNH détermineront laquelle des deux versions sera officialisée.

– Si la saison 2019-2020 reprend ce printemps ou cet été, et que Romanov est admissible à jouer, l’entente couvrira les saisons 2019-2020, 2020-2021 et 2021-2022.

– Si le reste de la saison est annulé, ou si elle reprend et que la LNH ne permet pas à Romanov de jouer, l’entente couvrira les saisons 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023.

« On attend une réponse de la LNH », a indiqué Milstein.

Théoriquement, le contrat ne devrait pas s’appliquer à la saison 2019-2020, mais l’incertitude actuelle fait en sorte que beaucoup de facteurs pourraient changer. Selon le collègue de Sportsnet Chris Johnston, les espoirs Grigori Denisenko (Floride), Ian Mitchell (Chicago) et Scott Perunovich (St. Louis) sont dans une situation similaire à celle de Romanov.

Le clan Romanov a tout intérêt à ce que l’entente entre en vigueur dès cette saison, puisque cela lui permettrait d’en écouler la première année. Il pourrait donc négocier son prochain contrat – plus payant, si tout va bien – un an plus tôt. La possibilité de signer plus rapidement un contrat est toutefois une arme à deux tranchants : si Romanov devait "exploser" en 2022-2023, et que son deuxième contrat est déjà réglé, il devrait attendre avant de monnayer ses succès.

De plus, comme il ne pourrait pas jouer le minimum requis de 40 matchs cette saison, Romanov ne deviendrait pas admissible à l’autonomie complète plus rapidement.

Pour le CH, le principal avantage à le faire jouer dès ce printemps serait de lui éviter une trop longue période d’inactivité, sans savoir quand la prochaine campagne se mettra en branle.

Enthousiaste de traverser

Les équipes courent souvent un certain risque en repêchant des joueurs de la KHL, sans savoir quand (ou si) ils souhaiteront faire le saut en Amérique du Nord. Le Wild du Minnesota en sait quelque chose. L’équipe attend toujours Kirill Kaprizov, repêché au 5e tour en 2015, et qui est devenu entre-temps un des meilleurs attaquants du circuit russe. Le Wild a bon espoir que cette année soit la bonne.

Quant à Romanov, cependant, il a toujours semblé évident que le jeune homme souhaitait jouer en LNH le plus vite possible.

« C’était clair dès le repêchage de 2018 : il allait finir son contrat à Moscou et s’en venir ensuite, a indiqué à La Presse Milstein. Dès que la saison a pris fin, on savait qu’il s’en venait. Le Canadien veut compter sur Alexander, et Alexander veut se rendre à Montréal dès que les frontières rouvriront, pour s’acclimater à l’environnement et au site d’entraînement. »

En conférence téléphonique depuis son domicile de Moscou, Romanov a lui-même confirmé son enthousiasme. « C’est mon rêve de jouer dans la LNH et à Montréal. C’est mon plus grand rêve », a déclaré le défenseur russe de 20 ans.

Il sera ensuite intéressant de voir si Romanov devra passer par Laval la saison prochaine afin de s’acclimater au hockey nord-américain. « Je suis prêt à jouer n’importe où », a assuré le jeune homme.

Repêché au 38e rang en 2018, Romanov vient de terminer sa deuxième saison complète en KHL, les deux avec le CSKA de Moscou. En 43 matchs de saison, il a amassé 7 passes et a joué en moyenne 12 min 53 s par match. En séries, il a disputé les quatre matchs de son équipe, mais son temps d’utilisation a chuté à 4 : 56. Était-ce le signe d’une équipe qui s’attend à voir son joueur partir en Amérique du Nord ? C’est ce qu’on croit chez le Canadien.

« C’était la décision de l’entraîneur et il ne veut pas la contester. C’était ce que l’entraîneur voulait et il l’a fait », a répondu Milstein, traduisant ici la réponse en russe de Romanov.

L’attaquant Mikhail Grigorenko, qui s’est entendu ce printemps avec les Blue Jackets de Columbus, a évolué avec Romanov à Moscou lors des deux dernières saisons. L’ancien des Remparts avait grandement vanté son ancien coéquipier en entrevue avec La Presse.

« Il est assurément un des meilleurs, sinon le meilleur jeune défenseur russe dans la KHL, avait dit Grigorenko. Il joue depuis deux ans dans la KHL, ce qui est bon pour un joueur de son âge. Et il était très bon au mondial junior. Je pense qu’il sera important pour l’avenir du Canadien. Mais je ne prétends pas être un expert ! C’est un bon gars avec une bonne attitude et en plus, il parle bien anglais, ce qui l’aidera. »

Romanov a effectivement pu répondre à quelques questions sans la traduction de son agent au cours de la conférence téléphonique. Pour les questions plus compliquées, Milstein a agi comme interprète.

Alexander Romanov en bref

Repêchage de la LNH : sélectionné au 38e rang du repêchage de 2018,

KHL : Romanov a disputé 86 matchs dans la KHL au cours des deux dernières saisons. Il a récolté un but et ajouté 10 mentions d’aide. Il a également pris part à huit rencontres en séries éliminatoires en carrière, aidant son équipe à remporter la coupe Gagarine en 2018-2019.

Équipe nationale junior : membre de l’équipe nationale de Russie au Championnat du monde junior de 2019 (médaille de bronze) et de 2020 (médaille d’argent), étant nommé au sein de l’équipe d’étoiles lors des deux tournois. À sa première participation, Romanov a été proclamé le meilleur défenseur du tournoi, après avoir mené tous les joueurs pour les mentions d’aide (7) et un différentiel de + 12.

Équipe nationale -18 : membre de l’équipe nationale de Russie au Championnat du monde des moins de 18 ans en 2018.

Avec la Presse canadienne