Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Coyotes de l’Arizona.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Trouvez l’erreur. Les Coyotes de l’Arizona ont le profil d’un club en reconstruction. Pourtant, leur DG John Chayka pourrait avoir cédé deux choix dans le top dix du repêchage au cours des quatre dernières années. Il a aussi échangé sept des neuf joueurs choisis en première ronde par l’équipe entre 2011 et 2017…

Chayka est devenu, à 26 ans, le plus jeune directeur général de l’histoire de la Ligue nationale de hockey le 5 mai 2016. Le pari était audacieux puisque Chayka provenait du domaine des statistiques avancées. Il avait dû renoncer à ses activités au sein de l’entreprise qu’il avait fondé dans ce champ d’expertise pour se consacrer aux Coyotes. Puisque les statistiques font foi de tout, ou presque, à ses yeux, en voici une importante : son club était en voie de rater les séries pour une sixième année consécutive, la quatrième depuis son entrée en poste. Il compte aussi dans sa formation sept joueurs âgés de 30 ans ou plus, aucun compteur de plus de 45 points et un seul marqueur de 20 buts ou plus. Ils n’ont pas de choix de première ni de troisième ronde au prochain repêchage, cédés pour Taylor Hall et Carl Soderberg, deux joueurs autonomes sans compensation à compter du 1er juillet. Ils comptent beaucoup sur deux espoirs, le centre Barrett Hayton, 5e choix au total en 2018, et le défenseur Victor Soderstrom, 11e choix en 2019. Mais resteront-ils longtemps dans l’organisation ?

REPÊCHAGE (2009-2019)

Chayka a congédié son directeur du recrutement amateur, Tim Bernhardt, en 2018. Après une longue carrière avec les Stars de Dallas, Bernhardt –gardien pour une brève période avec les Flames et les Maple Leafs dans les années 80– s’est joint aux Coyotes en 2010 et a été élevé au rang de directeur du recrutement en 2014. À Dallas, on lui doit les choix de Loui Eriksson, James Neal, Matt Niskanen, John Klingberg et Jamie Benn, entre autres. Son équipe et lui ont frappé fort en 2016 avec Clayton Keller et Jakob Chychrun en première ronde, mais ses autres repêchages ont été lamentables. Le premier choix en 2015 (3e au total), Dylan Strome, commence à éclore, mais il a été repêché avant Mitch Marner et Mikko Rantanen. Le 12e choix total en 2014, Brendan Perlini, a constitué un flop total. Lindsay Hofford, un ancien de l’organisation des Knights de London et des Maple Leafs de Toronto, est le nouveau patron à bord. Lors des deux derniers repêchages, les Coyotes ont surpris avec des choix inattendus. Barrett Hayton a été choisi au cinquième rang en 2018 devant Quinn Hughes, Adam Boqvist et Noah Dobson, entre autres. Victor Soderstrom a été repêché 11e devant Cole Caufield, Alex Newhook et Peyton Krebs. L’avenir nous dira si Chayka et Hofford sont visionnaires ou incompétents.

Meilleur coup

Conor Garland, attaquant, cinquième ronde, 123e au total, 2015.

Cet ancien des Wildcats de Moncton a accédé à la LNH l’an dernier, à 23 ans. Il est le meilleur buteur de l’équipe cette saison avec 22 buts, en route vers une saison de 27 buts si la saison n’avait pas été interrompue.

Pire coup

Brendan Perlini, attaquant, première ronde, 12e au total, 2014.

Perlini est passé aux Blackhawks avec Dylan Strome dans l’échange pour Nick Schmaltz en novembre 2018. Les Hawks l’ont déjà échangé à Detroit. Perlini a quatre points en 39 matchs pour les Red Wings. Il a été repêché avant Jakub Vrana et Dylan Larkin, entre autres.

Meilleur espoir

Barrett Hayton a été le leader offensif de l’équipe canadienne junior au plus récent Championnat mondial avec 12 points en 7 matchs. C’est un peu plus difficile actuellement au niveau professionnel avec seulement quatre points, dont un but, en vingt matchs.

ÉCHANGES

Chayka est un autre exemple de directeur général pressé. En décembre, il a sacrifié un choix de première ronde en 2020, l’un de leurs meilleurs espoirs en défense, Kevin Bahl, repêché en deuxième ronde en 2018, et Nick Merkley, repêché en première ronde en 2015, pour Taylor Hall, un joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet. Cet été, il avait aussi cédé Alex Galchenyuk et un jeune défenseur repêché en première ronde en 2017, Pierre-Olivier Joseph, pour Phil Kessel.

Après la transaction pour Hall, les Coyotes ont maintenu une fiche de 14-17-4. Le club montrait une fiche de 19-12-4 avant son arrivée. Hall ne fait pas trop mal avec 27 points en 35 matchs, et une fiche de-3. Il est toujours à l’aile gauche du premier trio avec Christian Dvorak et Clayton Keller. Si le repêchage avait lieu aujourd’hui, les Devils du New Jersey repêcheraient au dixième rang avec le choix des Coyotes.

L’échange de Kessel n’est guère meilleur. Galchenyuk constitue un flop épouvantable à Pittsburgh, mais Kessel ne produit pas au rythme espéré. Il a 38 points, dont seulement 14 buts, en 70 matchs, et son manque d’efficacité en défense fait mal au club. Il a une fiche de-21, de loin la pire de son club. À l’avant-dernier rang, on retrouve Jordan Oesterle à -9.

Depuis son arrivée en 2016, Chayka, le plus jeune DG de l’histoire, a échangé sept joueurs repêchés en première ronde et deux choix de première ronde. Choix de première ronde en 2011, Connor Murphy, 26 ans, a été échangé pour Niklas Hjalmarsson en 2017. Hjalmarsson, 32 ans, est un défenseur de qualité, mais il a disputé seulement 11 matchs cette saison en raison de blessures. Murphy, 6 pieds 4 et 212 livres, est le défenseur le plus utilisé à Chicago après Duncan Keith. Max Domi est le choix de première ronde en 2013. Il est à Montréal, Galchenyuk est déjà parti. Kessel a aussi coûté Pierre-Olivier Joseph, premier choix de 2017. Obtenu pour Strome et Perlini, Nick Schmaltz ne fait pas mal avec 45 points en 70 matchs. Mais Strome a une meilleure moyenne de points par matchs à Chicago avec 38 points en 58 rencontres. Il a aussi un an de moins.

Chayka a aussi voulu boucher des trous en juin 2017 en cédant son choix de première ronde et le défenseur Tony DeAngelo pour Derek Stepan et le gardien Antti Raanta, mais la stratégie n’a pas été payante à long terme. Raanta est toujours blessé. Stepan, 30 ans cet été, est limité offensivement. Il a obtenu seulement 35 points l’an dernier et il en a 22 cette saison. DeAngelo est quatrième chez les défenseurs de la LNH au chapitre des points avec 53 en 68 matchs, derrière John Carlson, Roman Josi et Victor Hedman. Avec le choix de première ronde, les Coyotes auraient pu choisir parmi Nick Suzuki, Martin Necas, Erik Brannstrom, Robert Thomas et Gabriel Vilardi, entre autres.

Meilleur coup

Le gardien Darcy Kuemper a été obtenu pour une bouchée de pain des Kings de Los Angeles en 2018 : Tobias Rieder et Scott Wedgewood. Il est devenu le numéro un devant Antti Raanta. Wedgewood et Rieder ne sont déjà plus dans l’organisation des Kings.

Pire coup

Antti Raanta et Derek Stepan pour Tony DeAngelo et un choix de première ronde, septième au total. John Chayka a voulu gagner plus rapidement avec cette transaction. L’échange a au contraire fait reculer l’organisation…

JOUEURS AUTONOMES

John Chayka n’a pas seulement des défauts. Il est peu dépensier sur le marché des joueurs autonomes. Il a tout de même accordé 10 M$ pour trois ans à Michael Grabner le 1er juillet 2018 et 3,25 M$ pour un an à Radim Vrbata en 2017. Grabner est un désastre. Il a obtenu 16 points en 41 matchs l’an dernier et il en comptait 11 en 46 matchs cette année. Dans sa stratégie, Chayka accorde des contrats à long terme à ses jeunes joueurs avant qu’ils n’atteignent leur apogée, dans une tentative de réduire les coûts à long terme et éviter qu’ils n’explorent le marché des joueurs autonomes trop rapidement. Il l’a fait avec Nick Schmaltz (7 ans/40,9 M$), Christian Dvorak (6 ans/26.7 M$), Clayton Keller (8 ans/57,2 M$) et Jakob Chychrun (6 ans/27,6 M$).

Meilleur coup

Radim Vrbata a signé un contrat de seulement un an en 2017 et il a obtenu 55 points en 81 matchs.

Pire coup

Michael Grabner a signé pour trois ans, pas sept, et un salaire légèrement supérieur à trois millions ne met pas un club en banqueroute, mais il offre un rendement lamentable.

Dix saisons (deux rondes remportées, sept exclusions)

2010-2011 : 43-26-13, 6e Ouest, défaite première ronde.

2011-2012 : 42-27-13, 3e Ouest, finale d’Association.

2012-2013 : 21-18-9, 10e Ouest, OUT.

2013-2014 : 37-30-15, 9e Ouest, OUT.

2014-2015 : 24-50-8, 14e Ouest, OUT.

2015-2016 : 35-39-8, 10e Ouest, OUT.

2016-2017 : 30-42-10, 12e Ouest, OUT.

2017-2018 : 29-41-12, 15e Ouest, OUT.

2018-2019 : 39-35-8, 9e Ouest, OUT.

2019-2020 : 33-29-8, 11e Ouest, (à quatre points de la dernière place donnant accès aux séries, avec un match de moins à disputer).

(Demain : les Blue Jackets de Columbus)

À LIRE

Le plaqueur des Alouettes, Woody Baron, est une personnalité à découvrir. Le collègue Miguel Bujold nous présente cet homme curieux et avide de projets.