Le passage chaotique de Keith Kinkaid dans l’organisation a connu un dénouement approprié. Le gardien a été prêté par le Rocket de Laval aux Checkers de Charlotte, une équipe rivale dans la Ligue américaine.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Comme il s’agit d’un prêt, le Canadien conserve les droits sur Kinkaid, mais n’obtient rien en retour. Le Tricolore peut encore le rappeler cette saison et faire appel à ses services, mais Kinkaid ne pourra plus jouer pour le Rocket d’ici la fin de la saison, nous a-t-on expliqué. Le contrat de Kinkaid continuera aussi à compter sous le plafond salarial du Tricolore.

Kinkaid s’était amené à Montréal l’été dernier à titre de joueur autonome, en vertu d’un contrat d’un an, de 1,75 million de dollars.

L’Américain de 30 ans ne s’est finalement jamais avéré une solution comme adjoint de Carey Price. En six matchs, il a montré une fiche de 1-1-3, avec une moyenne de 4,24 et une efficacité de ,875. Par conséquent, le CH l’a soumis au ballottage, puis cédé au Rocket.

Ses statistiques à Laval n’ont été guère plus reluisantes : fiche de 3-7-3, moyenne de 3,44, efficacité de ,876.

Son départ mettra fin au ménage à trois parmi les hommes masqués du Rocket. Kinkaid, Cayden Primeau et Michael McNiven se partageaient le travail depuis le début février. McNiven a toutefois joué un seul match pendant cette période.

À Charlotte, il donnera un coup de pouce à l’organisation des Hurricanes, qui est dans le pétrin devant le filet. Samedi dernier, les deux gardiens de l’équipe (Petr Mrazek et James Reimer) se sont blessés dans le même match, forçant les Hurricanes à rappeler les deux gardiens de leur club-école.