(Washington) Alexander Ovechkin a été le premier choix du repêchage de 2004, mais ses coéquipiers des Capitals se demandaient s’il allait vraiment devenir le visage de la formation. Une décennie et demie plus tard, Ovechkin incarne la crème de la crème d’un marqueur dans la LNH.

Stephen Whyno
Associated Press

Le grand ailier gauche russe est sur le point de devenir le huitième joueur à marquer 700 buts grâce à sa combinaison de jeu physique, de puissance et d’un tir unique. Il n’est qu’à deux buts de l’objectif.

« Il peut marquer de partout, a déclaré le défenseur des Flames Mark Giordano. On pourrait penser que les équipes auraient trouvé une façon de le contrer, mais c’est impossible. »

À 34 ans, Ovechkin n’a jamais marqué moins de 32 buts en une saison. Il compte 11 saisons de 40 buts ou plus, ne se trouvant que derrière Wayne Gretzky à ce chapitre.

Il a marqué en moyenne 0,5 but par match en séries, se classant 10e de tous les temps à ce niveau.

Champion de la coupe Stanley en 2018, Ovechkin domine la Ligue nationale avec 5483 tirs depuis 2005-06. Aucun autre joueur n’en a 4000. Sa frappe a aussi la vigueur d’un athlète de six pieds trois et 235 livres.

« Son tir est un missile, a résumé le gardien Frederik Andersen des Maple Leafs, battu six fois par Ovechkin. Il dégaine de partout et son tir est lourd. »

Ovechkin tire aussi son gagne-pain-environ 113 m $ à ce jour, et un autre contrat devrait commencer en 2021-2022-en faisant la vie dure non seulement aux gardiens, mais aux défenseurs. Drew Doughty, un gagnant du trophée Norris, pense que le seul moyen de ralentir Ovechkin est de se mettre devant lui en zone neutre, avant qu’il puisse prendre de la vitesse.

« Il a gardé la capacité de vous battre à un contre un, a dit le défenseur de l’Avalanche Ian Cole qui, ancien joueur des Penguins, a souvent affronté Ovechkin à cette époque. Il peut vous battre de tellement de façons. »

La saison dernière, Ovechkin est devenu le joueur le plus âgé à mener la LNH pour les buts depuis Phil Esposito en 1974-1975. Il refuse toutefois de s’attarder à ses exploits dans l’immédiat.

« Je joue encore, a dit Ovechkin. Après ma carrière, oui, je suis pas mal sûr que j’en parlerai avec ma famille et des amis. Mais pour l’instant, je vais plutôt me concentrer sur le travail qu’il y a à faire. »

Les Capitals vont recevoir les Flyers et les Islanders samedi et lundi, après quoi Washington entamera un voyage ayant comme trajet Denver, Glendale et Las Vegas.

Le 20 février, les Capitals vont rendre visite au Canadien de Montréal.