On fait bien des blagues avec les joueurs du Canadien qui prennent la ligne orange du métro quand ils sont renvoyés à Laval. S’il y en a un qui serait bien servi par la proximité entre l’équipe de la LNH et sa filiale, c’est Nicolas Roy.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

L’attaquant des Golden Knights de Vegas, en visite au Centre Bell samedi soir, a été rappelé des Wolves de Chicago mercredi. C’était son neuvième rappel de la saison.

Neuf rappels, ça veut bien sûr dire qu’il a été renvoyé… neuf fois ! Ça fait donc 18 trajets entre Chicago et Las Vegas (sauf les fois où il retrouve l’équipe sur la route), deux villes situées à quatre heures d’avion l’une de l’autre, avec deux heures de décalage horaire.

Et Roy nous confirme que ces rappels et renvois, même quand ce n’est que pour deux jours, sont bien réels et ne sont pas de simples transactions sur papier.

« Je faisais les vols !, racontait-il, après l’entraînement optionnel des Knights, samedi midi. Ce n’est pas évident, mais ça fait partie de la business. Mais chaque fois que je suis rappelé, je suis content.

« Il n’y a pas vraiment de truc. Je m’adapte, ça va bien. S’il y a un petit problème, ça pourrait être le sommeil, parce que je passe beaucoup de temps dans l’avion. Mais je dors bien en avion, donc ça ne pose pas trop problème. »

Prenez cette semaine. Mercredi soir, Roy et les Wolves étaient à Milwaukee pour un match de la Ligue américaine. Il a donc disputé ce match, et a été rappelé immédiatement après. Il a donc dû prendre un vol sur Ottawa et jeudi soir, il participait au duel Golden Knights-Sénateurs. Il a terminé la rencontre avec une fiche de +1 et a passé 11 minutes sur la patinoire.

« Ça doit être dur d’être rappelé, renvoyé, rappelé une semaine plus tard, répond le vétéran Ryan Reaves, compagnon de trio de Roy. C’est beaucoup de voyagement. Au dernier match, il avait joué la veille, n’avait pas eu une grosse nuit de sommeil, et était venu jouer avec nous. Il n’avait pas l’air fatigué. Il gère bien ça. »

PHOTO JOHN LOCHER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Ryan Reaves et Nicolas Hague célèbrent un but inscrit par Nicolas Roy contre les Blues de St. Louis, le 4 janvier.

Au fil de ces changements, Roy a disputé 24 matchs dans la Ligue américaine, et jouera son 13e de la saison dans la LNH samedi soir.

Un trio lourd

Acquis dans la transaction qui a envoyé Erik Haula en Caroline en juin dernier, Roy en est à une première saison dans l’organisation des Knights. Le joueur de 22 ans, choix de 4e tour en 2015, aimerait évidemment faire sa niche afin que cessent ces aller-retour.

Pour l’heure, il patine au centre d’un quatrième trio robuste et pesant, avec Reaves (6 pi 2, 225 lb) et William Carrier (6 pi 2, 218 lb). À 6 pi 4 et 200 lb, l’Abitibien est le « petit » du groupe. Ses deux ailiers sont respectivement 1er et 8e dans la LNH pour les mises en échec (205 pour Reaves, 149 pour Carrier). « J’adore ça, j’aime ça jouer robuste. On se complète bien », estime Roy.

L’ancien des Saguenéens aimerait toutefois s’établir à terme comme un centre de troisième trio. En Caroline, il a côtoyé Jordan Staal, « un grand centre bon dans les deux sens de la patinoire », et c’est de lui qu’il souhaite s’inspirer.

« Dans le junior, oui, je pensais au jeu défensif, mais je me voyais comme un joueur offensif. Dans la Ligue américaine, les gars sont meilleurs, donc tu dois être capable de faire un peu tout sur la patinoire. C’est pourquoi je me vois comme troisième centre. Je peux jouer en désavantage numérique, prendre des mises au jeu en zone défensive, mais je peux aussi amener de l’attaque. »

Il sera intéressant de voir ce qui lui arrivera dans les prochaines semaines, avec l’arrivée de Peter DeBoer comme entraîneur-chef. Ce dernier l’a vu jouer une seule fois jusqu’ici.

« Il a bien joué. J’aime beaucoup de choses. Il est gros, bouge bien, est intelligent et a un bon sens du hockey. Mais c’est difficile de s’établir dans cette ligue. S’il peut montrer un peu de constance, c’est lui qui dictera s’il restera ou pas. Ça a toujours été aux joueurs de décider s’ils restent ou pas, pas à l’entraîneur. »

Formation probable des Golden Knights samedi soir

Marchessault-Stephenson-Smith
Pacioretty-Stastny-Stone
Nosek-Eakin-Tuch
Carrier-Roy-Reaves

McNabb-Schmidt
Holden-Theodore
Hague-Engelland

Fleury