La province de l’Alberta a donné son accord à la Ligue nationale de hockey pour jouer des matchs dans les arénas de son territoire lors de la prochaine saison. Toutefois, au moins l’une de ses homologues dit travailler dans le but de donner à la LNH le même accès.

La Presse Canadienne

Dans une déclaration acheminée à La Presse Canadienne jeudi, le gouvernement de l’Alberta dit avoir autorisé la tenue de matchs à Edmonton et à Calgary le 25 décembre dernier.

Cette autorisation a fait suite à une révision des protocoles suggérés dans le plan de retour au jeu de la LNH, accompagné d’améliorations additionnelles.

Plus tard jeudi, un porte-parole du gouvernement du Manitoba a fait savoir que les discussions au sujet de la LNH et la présentation de matchs à Winnipeg se poursuivaient.

Le docteur Jazz Atwal, directeur provincial adjoint de la santé publique par intérim du Manitoba, a déclaré que la province faisait partie des cosignataires d’une lettre envoyée la semaine dernière à la Ligue nationale par les cinq juridictions canadiennes où sont établies des équipes.

Qualifiant le plan de la LNH de « solide » dans une perspective de santé publique, le docteur Atwal a précisé que le travail se poursuivait vers une reprise de la saison et qu’il restait quelques étapes à franchir.

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, a déclaré jeudi que sa province discutait toujours de la possibilité de présenter des matchs sur son territoire.

« Nous n’avons pas donné de réponse définitive, mais nous allons le faire bientôt », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Les responsables de la santé du Québec et de l’Ontario n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire concernant la présentation de matchs de la LNH sur leur territoire.

Le 24 décembre, Bill Daly, commissaire-adjoint de la LNH, avait déclaré que la ligue croit être capable de jouer des matchs dans les sept marchés canadiens.

Les sept équipes situées au nord du 49e parallèle évolueront au sein d’une nouvelle section-la section Nord – pendant la saison régulière et n’affronteront aucune équipe aux États-Unis avant les demi-finales des séries éliminatoires.

Les propos de Daly avaient fait suite à des informations publiées par TSN et Sportsnet selon lesquelles la directrice de la Santé publique de l’Alberta avait envoyé une note à la LNH, au nom des cinq provinces, demandant que soient menés plus de tests de dépistage ou un retour à un scénario où toutes les équipes seraient basées dans une zone sécuritaire dans une ville.

Par ailleurs, dans une déclaration distincte transmise à La Presse Canadienne jeudi, le gouvernement du Canada dit avoir accordé une exemption à la période de quarantaine obligatoire de 14 jours, « dans l’intérêt national », aux membres d’équipes et au personnel de la LNH afin qu’ils puissent reprendre les pratiques et les entraînements d’avant-saison.

« L’Agence de la santé publique du Canada a évalué le plan d’atténuation des risques 2020-21 de la Ligue nationale de hockey pour les pratiques et les entraînements d’avant-saison en fonction de critères de santé publique et a conclu que, une fois pleinement mis en œuvre, il offre des mesures solides pour atténuer le risque d’importation et de propagation de la COVID-19 au Canada.

« Toutes les provinces disposant d’équipes de la LNH ont apporté leur soutien écrit à ce plan », ajoute le porte-parole, tout en rappelant que toutes les équipes « doivent respecter les règles de leur juridiction provinciale pour les sports ou l

Les Sénateurs d’Ottawa sont l’une des sept équipes dans la LNH qui ont pu amorcer leur camp d’entraînement, jeudi, parce qu’elles n’ont pas participé au tournoi éliminatoire tenu à Toronto et à Edmonton cet été.

Les six autres équipes canadiennes doivent lancer leur camp d’entraînement dimanche ou lundi. Dans le cas du Canadien de Montréal, le camp doit se tenir du 3 au 12 janvier.