La perspective d’une division canadienne devient de plus en plus probable pour la prochaine saison de la LNH. Voyons où en sont les éventuels adversaires du Canadien depuis la fin des activités. Commençons aujourd'hui par l’équipe la plus à l’ouest, les Canucks de Vancouver.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Un seul club canadien a atteint le deuxième tour des séries éliminatoires cet été. Les Canucks de Vancouver le doivent à leurs vedettes montantes, Elias Pettersson, Quinn Hughes, Bo Horvat et le jeune gardien Thatcher Demko.

Les jumeaux Henrik et Daniel Sedin peuvent se reposer tranquilles. Après une transition houleuse, l’avenir des Canucks est assuré.

La relance de cette équipe a reposé sur les épaules d’un recruteur de génie, Judd Brackett. En deux repêchages seulement, en 2016 et 2017, il a déniché un centre numéro un au sixième rang, Pettersson, et un défenseur numéro un, Quinn Hughes, au septième rang.

Pettersson, 22 ans depuis jeudi, a amassé 66 points en 68 matchs en saison régulière et 18 points en 17 rencontres en séries éliminatoires. Hughes, 21 ans, a obtenu 16 points en 17 matchs en séries après une saison de 53 points en 68 parties.

Brackett constitue sans doute la plus grande perte des Canucks en 2020. Après des négociations difficiles, il a choisi de se joindre à l’organisation du Wild du Minnesota cet été. À son premier repêchage avec sa nouvelle équipe, Brackett a opté pour le centre Marco Rossi au neuvième rang.

Les Canucks miseront l’an prochain sur la progression de leurs jeunes. Déjà, le flambeau a été passé devant le filet. Une blessure à Jakob Markstrom a permis à Demko, 24 ans, de se signaler lors des éliminatoires. Lors des trois derniers matchs de la série contre Vegas, il a accordé seulement deux buts tout en ayant reçu 42, 48 et 34 tirs. Les Golden Knights ont éliminé les Canucks péniblement en sept matchs.

Markstrom a profité de son autonomie complète pour obtenir 36 millions pour six ans des Flames de Calgary. Le DG des Canucks, Jim Benning, l’a remplacé par l’ancien gardien des Capitals, Braden Holtby, à un salaire très raisonnable de 8,6 millions pour deux ans. Demko sera bien soutenu.

Vancouver a perdu un membre de son top 4 défensif, Chris Tanev, lui aussi à Calgary à titre de joueur autonome, mais il a été remplacé par un meilleur joueur: Nate Schmidt.

Celui-ci a été obtenu pour une bouchée de pain, un choix de troisième ronde en 2022, parce que les Golden Knights devaient alléger leur masse salariale afin d’accueillir Alex Pietrangelo.

Schmidt, 29 ans, a amassé 31 points en 59 matchs de saison régulière (43 points au prorata d’une saison complète) et il a été le joueur le plus utilisé de Vegas en séries éliminatoires, 23:03 en moyenne par match. Un quatuor constitué de Hughes, Schmidt, Alex Edler et Tyler Myers n’est pas piqué des vers.

On espère aussi voir le premier choix de l’équipe, cinquième au total en 2016, Olli Juolevi, se révéler après un hiver encourageant dans la Ligue américaine. Juolevi a même eu droit à un match de séries éliminatoires. Sinon, on se tournera vers un autre défenseur gaucher offensif, Jack Rathbone, 21 ans, 31 points en 28 matchs à Harvard dans la NCAA, l’hiver dernier.

Même si Tyler Toffoli a été obtenu en fin de saison seulement, son départ fait mal. On tentera de le remplacer sur le premier trio à la droite de Pettersson et J.T. Miller par Jake Virtanen. Celui-ci a marqué 18 buts en saison régulière, mais amassé trois maigres points en 16 matchs de séries.

Au centre du deuxième trio, Bo Horvat, 25 ans, continue de progresser. Il était en route vers une saison de 63 points, après en avoir obtenu 61 l’année précédente. Il a marqué 10 buts en 17 matchs de séries. Il devrait encore une fois être (bien) entouré par Brock Boeser et Tanner Pearson. Boeser, 23 ans, était en route vers une première saison de 65 points ou plus.

Adam Gaudette est un centre de qualité pour un troisième trio, entre Antoine Roussel et Brandon Sutter.

Mais d’autres jeunes cognent à la porte. Leur choix de deuxième ronde en 2019, l’ailier gauche Nils Hoglander, a signé son contrat ce printemps. Il a obtenu 11 points en sept matchs au Championnat mondial junior avec la Suède. En attendant la reprise des activités, il a été prêté au club Rogle, où il obtenu neuf points en 13 matchs.

Un autre espoir de premier plan, l’ailier droit Vasili Podkolzin, 10e choix au total en 2019, 19 ans, a été fumant la semaine dernière à la Coupe Karjala avec la formation russe, dont il était le capitaine malgré son jeune âge. Podkolzin, cinq points en trois matchs à ce Championnat, est encore sous contrat avec St. Petersburg, mais il pourrait rejoindre les Canucks une fois la saison de la KHL terminée, fin avril. La LNH en serait peut-être alors à la mi-saison.

Compte tenu des forces en place, des performances en séries, de la relève à venir, les Canucks pourraient bien constituer la meilleure équipe canadienne cet hiver.

À LIRE

En ces temps de pandémie, et les gymnases fermés, deux espoirs québécois du Canadien, Rafaël Harvey-Pinard et Joël Teasdale, s’entraînent avec les moyens du bord… dans la cour de Teasdale ! Guillaume Lefrançois raconte.