Les détracteurs de l’échange de Max Domi à Columbus ont eu une curieuse réaction. Ils ont invoqué la saison de 72 points de Domi il y a deux ans, mais souligné au crayon gras l’année difficile de Josh Anderson cet hiver tout en évitant de rappeler ses 27 buts en 2018-2019.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Par souci d’équité, notons ceci : Domi et Anderson ont connu la meilleure saison de leur carrière il y a deux ans. Mais ils ont tous deux été échangés pour une raison, soit leur année difficile cet hiver.

Josh Anderson, 26 ans, 6 pieds 2 pouces, 225 livres, droitier, était un intouchable à Columbus il n’y a pas si longtemps. Au repêchage de l’élargissement des cadres, en 2017, avant même sa saison de 27 buts, le DG Jarmo Kekalainen a offert un choix de première ronde et William Karlsson aux Golden Knights de Vegas pour s’assurer que ceux-ci ne le réclament pas. Ils en ont aussi profité pour se débarrasser du salaire de David Clarkson.

L’année suivante, il a marqué 19 buts en 63 matchs, une production de 24 buts sur une année complète. Il avait 23 ans. Puis il a explosé avec 27 buts.

Anderson frappait. Anderson marquait. Anderson se battait aussi. Il lui a même tenu tête au géant Zdeno Chara dans un furieux combat. On le comparait à Tom Wilson, le terrifiant attaquant de puissance des Capitals de Washington.

Josh Anderson a été un facteur important contre le Lightning de Tampa Bay lors de la première ronde l’an dernier. Il a marqué le but égalisateur en infériorité numérique (oui, Tortorella l’employait en infériorité numérique et en fin de match avec des avances à protéger) lors du premier match, pour permettre à Columbus de combler un déficit de 0-3. Les Jackets ont éliminé le Lightning en quatre matchs.

Anderson s’est blessé à l’épaule gauche lors du deuxième match de la série suivante, contre les Bruins de Boston. Il n’a pas quitté la formation. Malgré tout, il a joué 22 minutes dans le sixième et dernier match.

Les Blue Jackets ont encaissé des pertes à l’été 2019 avec les départs de Matt Duchene, Artemi Panarin et Ryan Dzingel. Son épaule l’embêtait encore au camp d’entraînement, mais une intervention chirurgicale aurait signifié une absence à long terme, peut-être pour le reste de la saison. Il a tenté de jouer en dépit de la douleur.

Anderson a disputé les deux premiers matchs, avant de prendre une pause de quelques semaines. Il est revenu au jeu à la fin octobre. Diminué. Il avait marqué un seul but en 26 matchs en décembre lorsque l’épaule a finalement cédé lors d’un combat contre Mark Borowiecki. On s’est finalement résolu à l’opérer début mars.

Il aurait été prêt à effectuer un retour au jeu en septembre lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires si les Blue Jackets avaient éliminé le Lightning, a confirmé Jarmo Kekalainen récemment.

Marc Bergevin a déclaré aux journalistes mardi avoir eu accès à tous les dossiers médicaux de Josh Anderson. Les médecins du CH ont donné le feu vert au DG.

Mais Anderson n’a pas été échangé en raison de sa blessure à l’épaule. Les négociations de contrat entre les Blue Jackets et son clan en 2017 ont laissé des traces. Anderson avait raté tout le camp d’entraînement avant de signer un contrat, au grand dam de l’entraîneur John Tortorella.

Lors des négociations avec une autre jeune vedette de l’équipe, Zach Werenski, en 2019, Tortorella avait dit souhaiter un dénouement rapide et rappelé avoir été « dégouté » par l’attitude de Josh Anderson en 2017.

L’attaquant de puissance des Blue Jackets a reçu une offre qualificative (d’une saison) récemment, mais la direction des Blue Jackets prévoyait des négociations difficiles. Kekalainen se demandait encore jusqu’à cette semaine si Anderson avait l’intention de signer une entente de plusieurs saisons ou attendre son autonomie complète dans un an.

Quoi qu’il en dise, Max Domi n’a pas été échangé en raison d’un froid avec son entraîneur. Domi a changé de camp parce qu’il ne jouait plus de la bonne façon. Sa manière égoïste de jouer ne plaisait pas, non seulement à l’entraîneur, mais à la direction. Domi prenait souvent de mauvaises décisions avec la rondelle. Il brimait toute chance de briller à ses ailiers en y allant de jeux individualistes. Il n’avait plus la hargne de sa première année à Montréal.

En séries éliminatoires, Domi a été relégué au centre. Du quatrième trio. Il acceptait mal de jouer à l’aile.

Mais la brouille entre Domi et le Canadien remonte à plus loin. Domi était sur le marché depuis plusieurs mois. Le Canadien a essuyé plusieurs refus. Sa valeur était moins importante qu’on ne pouvait le croire.

Le CH s’est enquis cet hiver de la disponibilité Josh Anderson, même s’il était toujours à l’écart du jeu. On était très gourmand.

Même si Jesperi Kotkaniemi était dans les mineures et Nick Suzuki sembait avoir frappé le mur, jamais Marc Bergevin n’aurait osé se départir de ses deux centres d’avenir dans une telle transaction.

Sept mois plus tard, Marc Bergevin doit se pincer pour s’assurer qu’il ne rêve pas. Mais les Blue Jackets se cherchaient un deuxième centre et le Canadien un ailier droit de puissance.

Si l’épaule de Josh Anderson a été réparée pour de bon, comme semble le croire la direction du Canadien, Marc Bergevin aura obtenu une pièce maitresse pour un joueur aux habiletés individuelles indéniables, mais qu’on ne savait où placer dans l’échiquier en prévision de la prochaine saison.

Le CH a été actif depuis la fin de la saison. Il a obtenu un gardien de qualité. Obtenu un défenseur numéro quatre, Joel Edmundson, de 6 pieds 4 pouces et 215 livres ; un ailier droit de 6 pieds 3 et 225 livres, Josh Anderson. Sans oublier Alexander Romanov qui, de ses 5 pieds 11 et 185 livres, pratique un style de jeu très robuste.

Soudainement, le Canadien a une nouvelle identité.

Revoyez les 27 buts de Josh Anderson en 2018-2019.

Un défenseur en première ronde

Le Canadien a préféré le défenseur de la Ligue junior de l’Ouest, Kaiden Guhle, aux Québécois Hendrix Lapierre et Mavrik Bourque, et à l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi Dawson Mercer.

J’aimais le talent de Lapierre. J’aurais souhaité que le Canadien prenne un tel risque avec un joueur aussi talentueux, ralenti par les blessures. À la Coupe Ivan-Hlinka des moins de 18 ans, Lapierre avait obtenu 11 points en cinq matchs, six de plus que Quinton Byfield, un de moins que Cole Perfetti.

Mais je ne crie pas au scandale non plus. Guhle a constitué le premier choix de la Ligue junior de l’Ouest il y a quelques années. Il mesure 6 pieds 2 pouces, possède beaucoup de vitesse, joue de façon robuste et n’est pas vilain offensivement. Il était le troisième défenseur disponible après Jake Sanderson et Jamie Drysdale selon plusieurs.

Marc Bergevin affectionne ce type de défenseur. Il a peut-être vu en lui un éventuel Jakob Chychrun, repêché au 16e rang par les Coyotes en 2016. Les deux ont un profil semblable. Chychrun jouait plus de 22 minutes par match cet hiver. Il a obtenu 26 points en 63 matchs. Il jouera encore davantage si Oliver Ekman-Larsson est échangé.

Le Canadien regorge de jeunes défenseurs gauchers. Mais Mattias Norlinder joue à droite et Alexander Romanov a souvent évolué de ce côté également.

Attendons donc un peu avant de crier au scandale.

À LIRE

Max Domi a lancé une flèche à l’entraîneur Claude Julien et évoqué un problème de communication entre les coachs et lui. Je crois pourtant avoir entendu Marc Bergevin relater de nombreuses réunions entre le personnel et son attaquant afin de revoir l’attaquant de 2018-2019. M’enfin…