Qu’ont en commun Mathew Barzal, Dylan Larkin, Tom Wilson et Vladimir Tarasenko ? Ils jouent tous au sein du premier trio de leur club respectif. Et ils ont aussi été choisis au 16e rang. Le Canadien, on le rappelle, repêchera à ce rang mardi.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Barzal et Larkin constituent les centres numéro un à Long Island et Detroit. Wilson est devenu l’un des bons attaquants de puissance de la ligue. Taransenko a déjà cinq saisons de plus de 30 buts en carrière.

Tarensenko a 65 buts de moins que le premier choix au total en 2010, Taylor Hall, mais il a disputé 234 matchs de moins. Avec le recul, les Panthers de la Floride l’auraient aisément choisi au troisième rang, avant le défenseur Erik Gudbranson.

Barzal s’approche du sommet de sa cuvée de 2015. Il a déjà une centaine de points de plus que le troisième choix au total, Dylan Strome.

Larkin est le meilleur joueur des Red Wings depuis quelques années. Il a obtenu 73 points il y a un an. Il est supérieur aux deux premiers choix de 2014, le défenseur Aaron Ekblad et l’ailier Sam Reinhart. Le troisième choix au total, Leon Draisaitl, est dur à battre.

Il est donc possible de trouver la perle rare entre les 16e et 20e rangs. Souvent des joueurs supérieurs à ceux repêchés parmi les trois premiers.

L’an dernier, Cole Caufield figurait avantageusement au sein du top 10 du Canadien sur sa liste d’espoirs. Il était encore disponible au 15e rang. Voyons comment le jeune homme poursuit sa progression.

S’il parvient à répondre aux attentes, Cole Caufield sera l’un des rares joueurs choisis par le Canadien entre les 15e et 20e rangs à se révéler.

L’organisation montréalaise a eu du succès dans le top 12, avec Carey Price, Ryan McDonagh, Mikhail Sergachev et probablement Jesperi Kotkaniemi, et aussi plus loin avec Max Pacioretty, P.K. Subban, Brendan Gallagher et Tomas Plekanec, mais curieusement, elle a eu très peu de succès avec les joueurs repêchés au milieu du premier tour ; non seulement Trevor Timmins, mais aussi de nombreuses administrations précédentes.

Louis Leblanc (18e), David Fischer (20e) et Kyle Chipchura (18e) n’ont jamais répondu aux attentes. Les résultats ont été encore plus catastrophiques dans les décennies précédentes avec Éric Chouinard (16e), Matt Higgins (18e), Brad Brown (18e), David Wilkie (20e), Brent Bilodeau (17e) et Éric Charron (20e).

Voici la liste des joueurs repêchés au 16e rang au cours des 10 dernières années (et les joueurs choisis lors des quatre rangs suivants).

2019
Alex Newhook (Peyton Krebs, Thomas Harley, Lassi Tomson, Ville Heinola)
Alex Newhook et Peyton Krebs, deux centres, s’offraient encore au Canadien au 15e rang. Montréal a opté pour Cole Caufield, le buteur. Newhook, repêché par l’Avalanche du Colorado au 16e rang, vient de connaître une saison monstrueuse avec 42 points en 34 matchs à Boston College. Krebs a été invité par les Golden Knights de Vegas dans la bulle d’Edmonton, mais il n’a pas disputé de match.

2018 Martin Kaut (Ty Smith, Liam Foudy, Jay O’Brien, Rasmus Kupari)
On a vu brièvement Martin Kaut, cet ailier de 6 pi 2 po, dans l’uniforme de l’Avalanche cet hiver. Il a même été évoqué dans les rumeurs de transaction avec le Canadien. Kaut a marqué deux buts en neuf matchs à Denver. Il est l’un des 19 joueurs de cette cuvée à avoir disputé des matchs dans la LNH.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER @AVALANCHE

Martin Kaut

2017
Juuso Valimaki (Timothy Liljegren, Urho Vaakanainen, Josh Norris, Robert Thomas)
Valimaki a joué dans la LNH en défense pour les Flames de Calgary à 20 ans, mais une blessure grave l’a tenu à l’écart toute la saison cet hiver. Robert Thomas était disponible au 16e rang. Il est devenu un joueur important avec les Blues de St. Louis. Josh Norris est un espoir sérieux pour les Sénateurs d’Ottawa.

2016
Jakob Chychrun (Dante Fabbro, Logan Stanley, Kieffer Bellows, Denis Cholowski)
Chychrun a joué presque 23 minutes par match cette saison. Il a obtenu 26 points en 63 matchs. Il fait déjà partie du top 3 défensif des Coyotes de l’Arizona.

2015 Mathew Barzal (Kyle Connor, Thomas Chabot, Evgeny Svechnikov, Joel Eriksson-Ek)
Les Islanders de New York peuvent remercier les Bruins de Boston d’avoir ignoré Barzal trois fois entre les 13e et 15e rangs. Le centre numéro un des Islanders depuis le départ de John Tavares a 207 points en 234 matchs depuis son entrée dans la LNH. Il a amassé 17 points en 22 matchs en séries.

2014
Dylan Larkin (Sonny Milano, Travis Sanheim, Alex Tuch, Tony DeAngelo)
Même s’il a été repêché 16e, Larkin vient au troisième rang des compteurs de sa cuvée, derrière Leon Draisaitl et David Pastrnak.

2013
Nikita Zadorov (Curtis Lazar, Mirco Mueller, Kerby Rychel, Anthony Mantha)
Le colosse Zadorov est passé des Sabres de Buffalo à l’Avalanche avec Mikhail Grigorenko et J.T. Compher dans le célèbre échange pour Ryan O’Reilly. Il n’est pas devenu une grande vedette, mais un défenseur du top 4 intimidant. Anthony Mantha est le meilleur du lot.

2012
Tom Wilson (Tomas Hertl, Teuvo Teravainen, Andrei Vasilevskiy, Scott Laughton)
Wilson n’est pas un compteur de 40 buts, mais il est capable d’en marquer une vingtaine et il intimide l’adversaire par ses mises en échec percutantes. Il a une grande valeur dans la LNH et joue au sein du premier trio des Capitals de Washington. Hertl, Teravainen et Vasilevskiy sont tous devenus des joueurs de premier plan. Nettement supérieurs aux quatre premiers espoirs repêchés, Nail Yakupov, Ryan Murray, Alex Galchenyuk et Griffin Reinhart…

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Tom Wilson

2011
Joel Armia (Nathan Beaulieu, Mark McNeill, Oscar Klefbom, Connor Murphy)
Armia est limité offensivement, mais il connaît une meilleure carrière que trois des six joueurs repêchés entre le dixième et le quinzième rang : Duncan Siemens, Ryan Murphy et Sven Baertschi.

2010
Vladimir Tarasenko (Joey Hishon, Auston Watson, Nick Bjugstad, Beau Bennett)
Tarasenko est l’un des meilleurs compteurs de sa cuvée. Jarmo Kekäläinen était alors recruteur en chef pour les Blues. Il avait offert son premier choix de l’année précédente, David Rundblad, aux Sénateurs, pour obtenir ce choix au 16e rang et repêcher Tarasenko.

LE CANADIEN

2011
Nathan Beaulieu, 17e
Pas le pire des choix, Beaulieu vient au 16e rang parmi les joueurs repêchés pour les matchs disputés dans la LNH, mais son manque de sérieux l’a empêché d’exploiter pleinement son potentiel.

2009
Louis Leblanc, 18e
Le Canadien a cédé à la pression populaire en le repêchant devant Chris Kreider. Seulement 50 matchs dans la LNH et une retraite prématurée.

2006
David Fischer, 20e
Le Canadien détenait le 16e rang cette année-là. Il a reçu un choix de deuxième tour des Sharks de San Jose pour accepter de reculer de quatre rangs. Dire que le Canadien a longuement hésité en Fischer et Claude Giroux… Fischer n’a jamais même atteint la Ligue américaine.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

David Fischer

2004
Kyle Chipchura, 18e
Il a tout de même disputé presque 500 matchs dans la LNH, mais n’est jamais devenu le centre espéré. Meilleur que sept joueurs repêchés avant lui. Mince consolation.

1998
Éric Chouinard, 16e
Les comparaisons avec Simon Gagné, repêché après lui par les Flyers de Philadelphie, ont longtemps hanté le Canadien. Seulement 13 matchs à Montréal. C’était l’époque de Pierre Mondou, cinq ans avant l’arrivée de Trevor Timmins.

1996
Matt Higgins, 18e
Seulement 57 matchs en carrière. Cuvée faible. Mais Daniel Brière a été repêché après lui au premier tour. Pierre Mondou était pourtant sensible à la réalité québécoise.

1994
Brad Brown, 18e
L’époque des « gros bœufs de l’Ouest » sous l’autorité du recruteur en chef André Boudrias. A tout de même disputé 300 matchs après son départ de Montréal.

1992
David Wilkie, 20e
Un certain potentiel offensif, trop de failles en défense. Après quelques années, il passait au Lightning de Tampa Bay avec Stéphane Richer pour Patrick Poulin et Igor Ulanov.

1991
Brent Bilodeau, 17e Colosse de 6 pi 4 po et 230 livres des Thunderbirds de Seattle, aucun match dans la LNH pour ce défenseur très lent.

1988
Éric Charron, 20e
Trois petits matchs avec le Canadien pour ce défenseur québécois, une centaine au total dans la LNH.

1987
Andrew Cassels, 17e Rare excellent choix à ce rang, échangé trop rapidement aux Whalers de Hartford pour un choix de deuxième tour. Il a obtenu 732 points en 1015 matchs en carrière.

1983
Alfie Turcotte, 17e
Le père du jeune Alex Turcotte, choix de premier tour des Kings de Los Angeles en 2019, a disputé seulement 112 matchs dans la LNH. Le choix de deuxième tour de l’équipe, Claude Lemieux, a eu une plus grande carrière…

1982
Alain Héroux, 19e
De belles saisons offensives à Chicoutimi, mais pas suffisant pour atteindre la LNH. Un certain Doug Gilmour a été repêché au septième tour cette année-là.