Joel Hanley a été le premier marqueur du premier match de la finale de la Coupe Stanley, et ce léger détail dit tout ce qu’il y a à dire.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Tout le monde se souvient de Joel Hanley, n’est-ce pas ? Défenseur embauché en 2016 par le Canadien, équipe pour laquelle il a disputé 17 matchs à vie. Hanley, 29 ans, n’a jamais été repêché, et dans toute sa carrière, il a joué 46 matchs dans la LNH. Et pourtant c’est lui – lui qui est dans la formation seulement parce que Stephen Johns est blessé – qui a ouvert la marque lors de cette grande finale.

> Le sommaire de la rencontre

Sans trop le savoir, Hanley a donné le ton. Parce qu’après lui, les marqueurs des Stars ont été Jamie Oleksiak et Joel Kiviranta, deux joueurs qui, sauf leur respect, ne sont probablement pas des candidats pour le Temple de la renommée.

Pendant ce temps, pendant que les Stars marquaient avec des buts de plombiers, les gros canons du Lightning étaient invisibles, en particulier sur la feuille de match.

« Je ne sais pas si nos gars auraient eu besoin d’aller prendre une douche après les 40 premières minutes de jeu », a résumé l’entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper.

C’est quand même quelque chose, tout ça, parce que si les Stars ont un avantage majeur dans cette grande finale, c’est sans doute celui-ci : le club de Dallas peut miser sur ses quatre trios pour gagner n’importe quand. Dans le cas du Lightning, si les Kucherov, Point et autres Hedman sont ordinaires, c’est la défaite assurée.

« On n’a pas suivi notre système de jeu », a résumé Yanni Gourde, de très belle façon.

Et maintenant, les Stars, après cette victoire de 4-1, ont une avance de 1-0 dans cette grande finale. Est-ce que ça veut dire pour autant que les carottes du Lightning sont cuites ? Pas du tout. La formation à l’éclair est trop talentueuse pour s’écraser de cette façon.

En même temps, les Blue Jackets de Columbus nous ont montré il y a un an ce qui peut arriver quand on s’y attend le moins dans cette ligue. Ce qui peut survenir quand une équipe pleine de talent ne travaille pas pendant 60 longues minutes chaque soir.

Le deuxième match de la série aura lieu lundi, et le Lightning devrait s’y présenter avec le proverbial couteau entre les dents. Parce que ce ne sera pas facile : rappelons ici que le gardien des Stars, Anton Khudobin, a une fiche de 9-0 avec un taux d’efficacité de ,934 lors des neuf derniers matchs où il a reçu 30 tirs ou plus. Samedi soir dans la bulle d’Edmonton, il a reçu un total de 36 tirs.

On croyait le Lightning largement favori lors de cette finale. Mais le premier match a rappelé à la bande de Jon Cooper que ce ne sera pas facile. Pas du tout.