En marquant face aux Capitals de Washington, Anthony Beauvillier a accepté de payer un certain prix : celui d’être projeté sur l’un des poteaux des buts à la suite d’une dure mise en échec de Tom Wilson. Malgré la douleur issue du choc, il est retourné sur la patinoire.

Stephen Whyno Associated Press

Du début à la fin, la séquence qui a mené au deuxième filet de Beauvillier lors du cinquième match de la série de premier tour, jeudi soir, résumait ce que sont les Islanders de New York.

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE

L’ailier gauche Anthony Beauvillier marquant son premier but, avant d’être mis en échec.

Ils possèdent la jeune vitesse, l’habileté et le talent pour vivre une longue aventure pendant les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey. Ils comptent aussi sur le réputé cadre de travail de l’entraîneur Barry Trotz et sur une endurance qui en font un adversaire coriace pour n’importe quelle formation de la LNH.

« Lorsque nous jouons de la bonne manière, nous pouvons le sentir sur le banc », a déclaré l’attaquant Josh Bailey après la victoire de 4-0 des Islanders, qui éliminait les Capitals en cinq matchs.

[Beauvillier] a vraiment relevé son jeu d’un cran. Il est devenu un meneur de premier plan pour nous et a marqué des buts importants. […] Il fait beaucoup de choses bien. C’est vraiment agréable de jouer avec lui.

Josh Bailey

Les Islanders ont du plaisir et aborderont le deuxième tour avec confiance après s’être débarrassés des Capitals. Ils affronteront soit les Flyers de Philadelphie, si ces derniers parviennent à éliminer le Canadien de Montréal, soit les Bruins de Boston.

Si les Islanders jouent comme ils l’ont fait pendant la majeure partie de leurs matchs de premier tour, les Flyers ou les Bruins auront du pain sur la planche.

« En tant qu’équipe, nous essayons toujours de dire que ce que nous faisons importe le plus. Ainsi, l’identité de notre adversaire n’a pas d’importance », a fait remarquer le défenseur Adam Pelech.

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE

Anthony Beauvillier (18) célébrant son premier but avec Devon Toews (25), Brock Nelson (29) et Jean-Gabriel Pageau (44).

« Nous essayons seulement de nous en tenir à notre plan de match et aux éléments qui nous permettent de connaître du succès. »

Jeu collectif étouffant

Ce succès passe par un jeu défensif collectif, qui commence avec les attaquants jusqu’au gardien Semyon Varlamov. Ce genre de style étouffant qui, lorsque mis en pratique correctement, peut ennuyer même les joueurs rivaux les plus talentueux.

« Nous savions quel genre d’équipe ils forment et à quel point il peut être frustrant de jouer contre eux », a observé le défenseur des Capitals John Carlson, un finaliste au trophée Norris cette saison et vainqueur de la coupe Stanley avec Trotz en 2018. « Nous n’en avons pas fait assez et pas assez longtemps. »

C’est le hockey « à la Trotz », et il fonctionne encore mieux avec des joueurs pouvant marquer des buts dans l’autre direction.

À Washington, il y avait Alexander Ovechkin, Nicklas Backstrom, Evgeny Kuznetsov, T. J. Oshie et Carlson. À New York, ce sont Beauvillier et Mathew Barzal, qui ont uni leurs efforts pour inscrire cinq buts lors du premier tour des séries.

Avec une récolte de six buts depuis le début des matchs éliminatoires, Beauvillier fait partie d’un groupe de cinq joueurs se partageant le premier rang dans cette catégorie.

Ces deux dernières semaines, j’ai essayé de jouer le mieux possible et d’aider mon équipe à gagner, et ç’a fonctionné.

Anthony Beauvillier

« Pour le reste, mon niveau de concentration demeurera le même et ce n’est pas une chose à laquelle je vais penser. »

Peu importe le prochain adversaire des Islanders, cette équipe devra penser à contenir les efforts de Beauvillier, Barzal, Bailey, d’Anders Lee et des autres membres de ce corps offensif méconnu.

Contrairement aux Capitals, qui n’ont obtenu des buts que de trois joueurs différents pendant la première ronde, les Islanders ont eu l’aide de sources variées.

« Ç’a été un effort d’équipe », a déclaré Trotz. « Personne ne pouvait dire : « Ce trio n’a pas été vraiment bon, ce trio n’a pas été vraiment bon. » […] L’objectif est d’offrir le meilleur rendement possible, et si ce meilleur rendement possible ne suffit pas et que vous ne gagnez pas, vous pouvez l’accepter. »

Le meilleur est peut-être encore à venir pour cette équipe, qui est tombée à plat lors de leur défaite aux mains des Hurricanes de la Caroline au deuxième tour des séries de 2019.

Les Islanders ont acquis une année additionnelle d’expérience depuis ce revers et ont adopté la mentalité de Trotz pendant les séries, qui fonctionne si bien.

« Nous sommes évidemment contents de passer au tour suivant, mais vous devez tourner la page », a rappelé Bailey après le match de jeudi.

« Je pense que tout le monde est conscient que la route à franchir est encore très longue. Nous devrons affronter un autre adversaire coriace, peu importe de qui il s’agira. Alors, nous savourons le moment, et ensuite, nous allons recentrer notre attention et essayer de faire ce que nous devons faire pour obtenir les résultats espérés. »