L’expérience en séries éliminatoires des Penguins de Pittsburgh a été vantée à maintes reprises au cours des dernières semaines. On connaîtra bientôt la valeur de cette expérience.

Alexis Bélanger-Champagne La Presse canadienne

Sept jours seulement après avoir repris officiellement leur campagne, les Penguins feront face à l’élimination, vendredi après-midi, dans leur série de qualification face au Canadien de Montréal.

« Nous nous sommes reposés pendant quatre mois. Nous voulons jouer plus longtemps, a affirmé l’attaquant Evgeni Malkin en visioconférence jeudi. Nous avons une excellente équipe. Nous ne voulons pas que notre parcours prenne fin demain (vendredi). »

Les Penguins ont accumulé 15 points de plus que le Canadien en saison régulière et ont disputé deux matchs de moins. Et même s’ils ont souvent eu l’avantage dans le contrôle de la rondelle depuis le début de la série, ils se sont butés à Carey Price et ont maintenant le dos au mur.

PHOTO FRANK GUNN, LA PRESSE CANADIENNE

Carey Price (31) fait l’arrêt devant Kris Letang

« Il y avait beaucoup d’éléments positifs dans les deux premiers matchs, a rappelé l’entraîneur-chef Mike Sullivan. Nous étions critiques de notre avantage numérique, mais c’était beaucoup mieux lors du troisième match. C’est plutôt à cinq contre cinq que nous avons moins bien joué, que nous nous sommes moins bien défendus quand nous n’avions pas la rondelle. »

« Il y a un sentiment d’urgence associé à ça. Nous devons le ressentir pour être à notre meilleur, a ajouté Sullivan. L’enjeu sera énorme et il n’y a pas de raison de ne pas jouer avec ce sentiment-là. »

Les Penguins devront garder un œil sur les défenseurs du Canadien. Shea Weber a inscrit un but dans le troisième match, tandis que Jeff Petry a été l’auteur du but vainqueur lors des deux gains du Tricolore. La brigade du Canadien a accumulé neuf points jusqu’ici, et celle des Penguins, trois.

« Leurs défenseurs ont été très actifs en zone offensive, a noté Sullivan. Je ne crois pas que nous ayons fait un très bon travail lors du troisième match en contrôle de la rondelle. Nous ne les avons pas suffisamment forcés à dépenser de l’énergie pour défendre leur territoire. »

Et en ce qui concerne la contribution offensive de sa brigade, Sullivan a insisté pour dire que ses défenseurs ne doivent pas forcer le jeu et prendre des risques inutiles.

« Vous devez y aller selon ce qui est dicté par le jeu », a-t-il résumé.

Sullivan n’a pas voulu dévoiler ses intentions concernant d’éventuels changements à sa formation. Il a remplacé le centre Jared McCann par Sam Lafferty lors du troisième match, et Lafferty a été relativement discret à sa première sortie en carrière en séries de la LNH.

En fait, Sullivan doit surtout espérer voir Malkin débloquer. Le centre russe a mis la table de manière spectaculaire pour un but de Patric Hornqvist mercredi, mais il s’agit de son seul point jusqu’ici dans la série.

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE

Evgeni Malkin (71)

Sullivan a répété que Malkin devait continuer à jouer de la même façon, et il croit que les résultats finiront par arriver d’eux-mêmes. De son côté,’Geno’a vanté le travail du Canadien à ses dépens.

« Nous jouons contre une équipe qui joue extrêmement bien dans son territoire. Les cinq joueurs tentent de bloquer les tirs et jouent de manière hermétique, a expliqué Malkin. Et Price est probablement le gardien de l’heure dans la ligue. Ce n’est pas facile de marquer. »

Malkin et les Penguins devront vite trouver des solutions, sans quoi leurs joueurs quitteront la bulle de la LNH à Toronto avec la mine basse.

« Nous connaissons la situation dans laquelle nous sommes, a dit Hornqvist. Personne n’a dit que les séries de la Coupe Stanley seraient faciles. »

« Nous sommes conscients du défi devant nous. Nous devons ajuster quelques détails à notre jeu, mais nous avons hâte de retourner sur la patinoire à 16 h demain », a-t-il conclu.