Shea Weber et Brendan Gallagher ont réagi sur Twitter mercredi matin à la mort tragique de George Floyd aux États-Unis.

Denis Arcand et Richard Labbé

Les deux joueurs du Canadien ont chacun publié un message à cet effet mercredi matin.

Je suis déconcerté et frustré depuis les premiers instants où j’ai vu le troublant et insensé meurtre de George Floyd. Je n’étais pas certain de comment exprimer mes sentiments. Le fait de grandir dans une petite ville ne m’a pas donné les expériences de vie pour arriver à comprendre le racisme ou même pour vraiment réfléchir à ce problème en tant que jeune individu. Mes yeux se sont ouverts à la réalité que plusieurs personnes qui ne me ressemblent pas physiquement vivent au quotidien. Le racisme est bien réel et doit être dénoncé.

Shea Weber

À noter que le message de Weber a été publié sur le site officiel du Canadien de Montréal.

« Le sport est une force qui nous unit, poursuit Weber. Il rassemble les gens. Nous devons maintenant être unis dans ce combat et devons travailler ensemble. Je ne détiens pas les solutions et ne peux pas parler par expérience ni dire à quelqu’un qui a été victime de racisme comment il devrait se sentir. Mais nous pouvons tous écouter.

« Nous devons promouvoir l’égalité et unir nos ressources et nos voix afin de provoquer un changement. Nous pouvons rendre le monde meilleur en travaillant ensemble.

« Mes pensées vont à George Floyd et à sa famille, ainsi qu’à tout le monde qui a été victime de racisme et de discrimination », écrit Weber, qui conclut avec le mot-clic #blacklivesmatter.

L’intervention de Weber apparaît aussi sur son compte Twitter :

Pour Brendan Gallagher aussi, c’est un meurtre

De son côté, Gallagher a rédigé un message similaire sur son compte Twitter. « Il y a un grand groupe de gens qui ne demande qu’à être écouté. Nous devons écouter », a-t-il écrit entre autres.

Gallagher note d’emblée sa réticence à aborder ce sujet qui n’a rien à voir avec le hockey. Mais « il est important de réfléchir et prendre position quand nous sommes témoins d’injustices et de racisme », enchaîne-t-il, soulignant que Blancs et Noirs n’ont pas la même expérience de vie. « Quand moi, une personne blanche, je vois un policier, je me sens en sécurité et protégé.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Selon Brendan Gallagher, le policier auteur du meurtre de George Floyd est un mauvais policier, protégé par un système et des supérieurs qui permettent aux mauvais éléments de conserver leur insigne de police.

« L’ennemi, ce n’est pas les policiers ; l’ennemi, ce sont les mauvais policiers et les officiers et le système qui leur permettent de conserver leur insigne de police malgré leur comportement raciste. »

Le policier auteur du meurtre de George Floyd est une mauvaise personne. Il était l’objet de 17 plaintes avant de rencontrer George Floyd. Les policiers de ce genre doivent être tenus responsables par leurs pairs, par leurs corps de police et par le système qui leur permet de demeurer dans la police.

Brendan Gallagher, sur son compte Twitter

Selon Gallagher, les actions répréhensibles des mauvais policiers salissent la réputation de la majorité des policiers – « héroïques », souligne-t-il – qui agissent pour servir et protéger la communauté.

« Tout un chacun, peu importe la couleur de sa peau, devrait pouvoir regarder un policier et savoir qu’il a devant soi quelqu’un qui est là pour aider. » Mais cela requiert que les policiers soient tenus responsables de leurs gestes, ajoute-t-il.