Il y a de plus en plus de joueurs qui estiment que la LNH devrait annuler la présente saison, et il faut maintenant ajouter le nom de Phillip Danault à cette liste.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

En conférence téléphonique mardi, l’attaquant du Canadien, qui est présentement en quarantaine en banlieue de Québec avec sa famille, estime que le monde du hockey devrait faire une croix sur la présente saison afin de mieux préparer la suivante.

PHOTO PETER MCCABE, PRESSE CANADIENNE

Le centre Phillip Danault célébrant son but avec ses coéquipiers son but contre les Hurricanes de la Caroline le 29 février 2020.

À mes yeux, ça n’a aucun sens de partir deux mois loin de ma famille pour aller finir la saison. Pour une équipe qui irait jouer en grande finale, ça voudrait dire d’être à l’écart pendant trois ou quatre mois. Ce n’est pas humain selon moi.

Philip Danault

Selon les informations qui circulent, les dirigeants de la LNH cherchent une façon de compléter la présente saison, et parmi les scénarios étudiés, il y a celui des matchs qui pourraient être présentés dans des arénas désignés au cours de l’été.

Mais une telle mécanique exigerait en premier l’approbation de l’Association des joueurs, ce qui est loin d’être une certitude, selon Danault.

« Je ne suis pas sûr que le vote des joueurs serait favorable à un tel scénario de matchs à l’été, a-t-il ajouté. Ce scénario-là a peu de sens à mes yeux et je ne suis pas le seul qui pense ainsi parmi les joueurs. »

PHOTO ÉRIC BOLTÉ, USA TODAY SPORTS

Phillip Danault profitant de l’attention accordée par Elias Lindholm lors d’un match contre les Flames de Calgary le 13 janvier 2020.

« Je comprends que certains directeurs généraux ont fait des transactions, qu’ils ont sacrifié des choix de premier tour. Si des matchs doivent être joués, qu’on joue seulement ceux des séries éliminatoires […] Pour nous, le Canadien, la meilleure chose serait de pouvoir nous concentrer immédiatement sur la prochaine saison. Si on repousse tout, ça aura un impact sur la saison suivante. »

Pour l’heure, la présente période de quarantaine imposée par la LNH à ses membres doit prendre fin jeudi. Les dirigeants de la ligue pourraient évidemment choisir de la prolonger, comme ils l’ont déjà fait.

Peu importe, les joueurs de la ligue demeurent dans l’incertitude en attendant la suite des choses. Danault, lui, essaie de garder un peu la forme, mais il admet que ce n’est pas si facile de le faire tant qu’il n’y a pas de directives précises de la part des patrons de la ligue.

« Plusieurs joueurs ne se sont pas entraînés depuis le début de la pause (le 12 mars). On est tous dans l’attente. De mon côté, j’avais des blessures, alors j’ai pris un peu de repos. En ce moment, je me prépare pour l’année prochaine. Je n’ai pas en tête de revenir. J’avais besoin d’une pause psychologique et physique. C’est ce que j’ai fait dès que la saison est arrêtée. Alors je prends surtout soin de moi. Je n’ai pas encore commencé mon programme d’entraînement estival parce qu’on n’a toujours pas reçu de date de retour au jeu. »

C’est sans compter qu’un retour au jeu précipité du monde du hockey cet été pour tenter de conclure 2019-20 impliquerait un camp d’entraînement d’environ trois semaines, une étape nécessaire pour ramener les joueurs à une bonne condition physique et aussi pour éviter les blessures sérieuses.

Et cela ajouterait sûrement à la lourdeur du portrait, à l’avis de l’attaquant québécois, qui préfère se tourner vers 2020-21. « C’est probablement mieux de se concentrer sur la saison suivante », a-t-il résumé.