(New York) Plus de peur que de mal pour Jeff Petry. Le défenseur, atteint à un pied par une rondelle samedi, devrait être à son poste mardi soir, lors du duel entre le Canadien et les Islanders, à Brooklyn.

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Petry a participé à l’entraînement matinal du CH et Claude Julien avait bon espoir que le numéro 26 soit de la formation.

Petry était rentré au banc en douleur, en troisième période du duel contre les Hurricanes, samedi, après avoir bloqué un tir de Martin Necas. Le vétéran était tout de même resté dans le match, et avait même inscrit le but gagnant en prolongation. Il a toutefois raté l’entraînement de lundi à Brossard, avant le départ de l’équipe, ce qui créait un doute quant à sa disponibilité mardi.

« Bloquer des tirs, ça a toujours été dangereux. Ça fait partie du hockey. Les tirs deviennent de plus en plus forts avec les nouveaux bâtons. Les gars peuvent aussi porter des shot blockers », a rappelé Claude Julien.

Avec le Tricolore virtuellement éliminé de la course aux séries (il est à neuf points de la dernière place y donnant accès), il sera intéressant de voir comment les blessures seront gérées. On sait déjà que la saison de Victor Mete (pied) est terminée. Quant à Jonathan Drouin (cheville), il n’a pas accompagné l’équipe pour ce voyage de trois matchs.

« Si tu peux jouer, tu vas jouer. À ce temps-ci de l’année, tout le monde est magané, a assuré l’attaquant Brendan Gallagher, un joueur qui sait très bien de quoi il parle quand il est question de douleur. Tu serais surpris de voir la condition de certains joueurs. Mais tu vois ton coéquipier le faire, tu veux le faire toi aussi. Tant que t’es capable d’aider l’équipe, tu le fais. Ce n’est pas pour des raisons égoïstes.

« On a un travail à faire, poursuit le numéro 11. On fait confiance aux médecins. Si le médecin dit que tu n’as pas de risque d’aggraver ta blessure, et que c’est seulement de la douleur, tu joues. S’il y a un risque que ça te nuise la saison prochaine, tu dois être intelligent. »

À ce sujet, les joueurs devront faire gaffe mardi. Le Barclays Center a toujours eu mauvaise réputation pour – entre autres – la qualité de la patinoire, et le spectacle de la WWE présenté ici lundi soir n’a visiblement pas aidé. Phillip Danault a parlé de véritables « nids de poule » sur la glace mardi matin !

Un match serré ?

Carey Price devrait reprendre sa place devant le filet du Canadien. Selon les médias présents au centre d’entraînement mardi matin, Thomas Greiss était le premier gardien à quitter la patinoire, ce qui suggère qu’il affrontera Price.

Du reste, il faut s’attendre à un match à bas pointage, du moins si on se fie à la tendance récente des Islanders. Dans huit de leurs neuf derniers matchs, il s’est marqué en tout cinq buts ou moins. Les insulaires ont toutefois montré une fiche de 2-5-2 au cours de cette séquence.

« C’est une équipe dure à battre. Ici à Brooklyn, ce n’est pas facile. La dernière fois qu’on est venus ici, on avait joué tout un match du début à la fin. Mais c’est une équipe qui joue homme à homme en zone défensive et c’est une des meilleures à le faire », a analysé Julien.

La formation probable du Canadien

Tatar-Danault-Gallagher
Lehkonen-Suzuki-Armia
Byron-Domi-Weal
Hudon-Evans-Weise

Chiarot-Weber
Kulak-Petry
Ouellet-Folin

Price