Après pas moins de 10 jours complets sans disputer de match, l’entraîneur des Panthers de la Floride, Joel Quenneville, lance un défi à ses joueurs : donner « tout ce qu’ils ont » au cours des 10 premières minutes du match les opposant au Canadien ce samedi après-midi.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

« On doit être prêts, car on sait qu’eux vont l’être », a dit Quenneville quelques heures avant la rencontre.

Le calendrier de la LNH offre à chaque équipe une séquence de cinq jours de repos au mois de janvier. Alors que le Tricolore a connu la sienne avant la pause du match des étoiles, celle des Panthers est venue après. Ajoutez à cela deux autres journées de congé préalables, et vous constatez que les félins n’ont pas joué depuis qu’ils ont battu les Blackhawks de Chicago le 21 janvier dernier.

De plus, non seulement les visiteurs au Centre Bell sont-ils conscients que leur adversaire a déjà disputé deux matchs cette semaine, mais ils savent pertinemment à quoi ressemble le classement dans leur division.

Malgré l’écart de 8 points qui sépare les deux équipes, les Panthers sont encore directement dans la ligne de mire du Canadien, qui aspire toujours à se hisser jusqu’aux séries éliminatoires. L’enjeu est donc primordial pour les Montréalais… mais aussi pour les Floridiens, qui doivent composer avec les Maple Leafs qui leur soufflent dans le cou.

Ils espèrent donc reprendre là où ils ont laissé avant de tomber en congé, alors qu’ils venaient d’aligner six victoires.

Pour ce faire, ils devront toutefois se méfier d’eux-mêmes. En effet, avec 3,67 buts marqués en moyenne par match, les Panthers sont l’équipe la plus prolifique du circuit. Mais ils sont aussi très généreux – leurs 3,27 buts accordés par rencontre leur valent le 25e rang de la ligue.

Quenneville ne se formalise pas de cet état de fait, quoiqu’il aimerait voir ses hommes trouver un meilleur « équilibre » entre les deux facettes de leur jeu.

PHOTO JOHN STARKS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

L’entraîneur des Panthers, Joel Quenneville

Son attaque est notamment alimentée par l’extraordinaire saison que connaît le Québécois Jonathan Huberdeau, désormais le 7e rang des marqueurs de la LNH.

« C’est un joueur qui est vraiment passé au niveau supérieur, a reconnu son entraîneur. Sa possession de rondelle et son habileté à voir les jeux font de lui un joueur d’élite. »

C’est Sergei Bobrovksy qui défendra le filet des Panthers contre le Canadien. Le gardien russe a connu toutes sortes de difficultés cette saison et montre des statistiques qui n’ont rien à voir avec celles qui lui ont valu deux trophées Vézina. Le voilà maintenant avec une moyenne de buts alloués de 3,24 et un taux d’efficacité famélique de, 898. Il a toutefois remporté cinq de ses six derniers départs.

Avec l’attaque qui se déploie devant lui, il peut encore se permettre quelques bourdes avant d’être vraiment dans le pétrin.