(Dallas) Le Canadien traverse une bonne séquence, ses indicateurs sont à la hausse, sauf un qui ne veut pas s’améliorer : le fameux désavantage numérique. Mais dans un sens, c’est peut-être une bonne nouvelle pour l’équipe.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Le Tricolore vient au 28e rang de la LNH en infériorité numérique, avec un taux de succès de 71,8 %. La semaine dernière, Claude Julien avait pris les choses en main en dirigeant lui-même les exercices de cet aspect du jeu à l’entraînement.

Le CH n’a pas donné de but en désavantage numérique depuis. En partie grâce aux ajustements apportés. Mais en partie aussi parce qu’en trois matchs, les adversaires n’ont obtenu que cinq avantages numériques : un pour Toronto, trois pour l’Arizona, un pour Vegas.

« La discipline est le meilleur outil en désavantage, a mentionné Jeff Petry, rencontré après l’entraînement matinal, samedi, en vue du match contre les Stars de Dallas. Regarde les pourcentages en désavantage. Si tu es puni six fois dans un match, les statistiques jouent contre toi. Quand tu en prends seulement deux, c’est assurément plus en ta faveur. Plus une équipe a d’occasions en avantage numérique, plus elle comprend ta stratégie à 4 contre 5. »

Les Montréalais sont effectivement des exemples en matière de discipline. Avec une moyenne de 6,5 minutes de pénalité par match, ils sont au 3e rang des équipes les plus disciplinées. Trois noms ressortent : Max Domi, Brendan Gallagher et Nick Cousins. Ces trois joueurs, réputés pour leur énergie qui dépasse parfois les limites, n’ont toujours pas été chassés cette saison.

Le cas Domi est encore plus impressionnant : il n’avait pas non plus été puni lors des 10 derniers matchs en 2018-2019. Le voici donc à 23 matchs de suite sans avoir visité le banc des pénalités.

« Ce n’est pas quelque chose à quoi on pense en tout temps. Les punitions, ça arrive et ça fait partie du jeu. On va en profiter pendant que ça dure ! », a lancé Domi.

Julien tape du pied

On a interrogé Julien ce matin sur cette discipline de ses hommes. Mais plutôt que de vanter la discipline de ses attaquants, il a plutôt souligné les problèmes de Tomas Tatar, le cancre de l’équipe dans cet aspect.

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

Tomas Tatar fait trébucher Alex Tuch lors du match contre les Golden Knights, jeudi.

« On a de meilleurs bâtons, on les garde sur la glace. Celui qui domine de ce côté-là, on le sait, c’est Tatar, et son bâton n’est pas toujours par terre, il est parfois près des gants. En général, on a de bons bâtons, ça nous permet de diminuer les punitions. Et on joue mieux défensivement, nos joueurs se replient bien et ça aide beaucoup à diminuer les punitions. »

Si on exclut les trois punitions pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire, le Tricolore a écopé de 33 punitions mineures cette saison. À lui seul, Tatar en compte huit, soit près du quart !

Les mises au jeu de Danault

En revanche, Julien s’est porté à la défense de Phillip Danault. Selon les chiffres officiels de la LNH, son taux de succès aux mises au jeu se chiffre à 49 %, ce qui représente une forte baisse par rapport à ses 55,5 % de la saison dernière.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Phillip Danault face à Tyler Bozak lors du match du 12 octobre contre les Blues

Or, le Canadien tient ses propres statistiques internes, notamment sur cet aspect du jeu. Dominique Ducharme en est responsable. « Les statistiques de la ligue varient d’un aréna à l’autre, selon la personne qui les compile », a rappelé Julien.

Et l’entraîneur-chef affirme que le taux réel de succès de Danault se situe autour de 56 ou 58 %.

Kotkaniemi encore absent

Carey Price défendra le filet du Canadien. Il devrait être opposé à Ben Bishop, puisque c’est Anton Khudobin qui était en poste hier soir à Denver, dans la victoire de 2-1 des Stars sur l’Avalanche. Les Stars sont revenus tard hier et n’ont pas tenu d’entraînement ce matin. Après un départ difficile, l’équipe a retrouvé ses repères et a gagné cinq de ses six derniers matchs.

Du reste, Julien n’apportera aucun changement. Jesperi Kotkaniemi sera absent. Blessé à l’aine, il n’a pas participé à l’entraînement ce matin.

En défense, c’est donc dire que Cale Fleury participera à un sixième match de suite. La recrue gagne visiblement la confiance de Julien, qui l’a employée pendant 17 minutes jeudi à Vegas.

Et il y aura un autre changement à observer. Le mois de novembre est commencé, donc les joueurs dévoilent peu à peu leur moustache pour la campagne Movember. Et Nate Thompson est apparu sur la patinoire avec un « Fu Manchu » qui en a rendu plus d’un jaloux.

« J’étais avec lui quand il a fait sa moustache, a révélé Domi. C’est son look, je vais essayer de faire le mien. Il a réussi. On dirait que sa moustache est peinturée ! »

Formation du Canadien

Tatar-Danault-Gallagher
Drouin-Domi-Armia
Lehkonen-Suzuki-Byron
Cousins-Thompson-Weal

Mete-Weber
Chiarot-Petry
Reilly-Fleury

Price