C'est difficile de trouver un être humain plus positif que Karl Alzner.

Mis à jour le 5 mars 2019
Jean-François Tremblay LA PRESSE

Rien ne lui efface son sourire. Même pas l'impitoyable entraînement d'une heure du Rocket de Laval, hier matin, qui s'est terminé dans l'allégresse par deux exercices de patin de ligne à ligne.

Le genre de séance qui fait suer juste à la regarder. Le genre où on voyait très clairement les joueurs combattre, sans succès, les effets de l'acide lactique.

Non, aucun problème là. Même que le vétéran de 11 saisons prend bien soin de faire comprendre à ses (très) jeunes coéquipiers qu'ils n'ont aucune raison de s'en plaindre. Alzner a un grand rôle à jouer avec le Rocket, et tant qu'à être dans la Ligue américaine, il a l'intention d'en profiter pour se rendre utile, comme il le dit lui-même. Il sait que les plus jeunes calquent souvent les plus vieux.

«Souvent, tu veux que les jeunes comprennent par eux-mêmes et vivent des expériences. J'aide pour les petites choses, les petites questions. Par exemple, s'ils rouspètent après une journée comme aujourd'hui. Certains se plaignent, se demandent si c'est comme ça ailleurs, pourquoi on le fait. Tu dois leur faire savoir que c'est normal, que ça va arriver. C'est le hockey professionnel, tu ne seras pas toujours parfaitement heureux, et tu dois l'accepter.»

«Je veux revenir dans la LNH»

Alzner n'a joué que neuf matchs avec le Canadien cette saison. Il a subi une première gifle au match d'ouverture à Toronto quand Claude Julien l'a exclu de la formation et a mis fin, du même coup, à sa séquence de 622 matchs consécutifs. Il a ensuite été laissé de côté souvent, avant de finalement se retrouver au ballottage.

Son dernier passage avec le grand club a été particulièrement cruel. Sur 17 matchs, il n'en a joué qu'un seul, un pas vilain, soit dit en passant. Il espérait profiter de ce moment pour regagner ses galons, mais ce n'est jamais arrivé.

Puis Christian Folin est arrivé à la date limite des transactions, et Alzner est retourné avec le Rocket. Il avait officiellement été supplanté par au moins sept défenseurs dans l'organigramme. Il a été déçu, mais il a compris...

«Je veux jouer dans la LNH. Je ne connais pas le plan ici, mais je ne pense pas que j'en fasse partie. Je veux être dans le plan d'une équipe, peu importe l'équipe. Je m'en fous. Je veux jouer et je veux apporter ma contribution, car je sens que j'en suis encore capable. Cette saison, je me sentais très bien. Je ne m'étais pas senti si bien depuis longtemps et de ne pas en profiter est frustrant. On verra ce qui va se passer. J'en ai une idée, mais je ne sais pas avec certitude.

«Je veux revenir dans la LNH. Je vais pousser de toutes les manières pour que ça arrive. À moins que quelque chose ne change, si je n'ai pas joué cette année, je ne peux pas m'imaginer avoir un avenir ici. C'est dommage, mais c'est la business et je comprends. Je vis bien avec ça.»

Cette «idée de ce qui va se passer», c'est essentiellement un rachat à l'été - il lui reste trois ans de contrat à 4,625 millions par saison - ou une transaction dans laquelle le Canadien retiendrait une partie de son salaire.

La barbe

Cela dit, malgré la lourdeur de la discussion, jamais on n'a senti Alzner irrité. Il a parlé avec beaucoup de candeur d'une situation professionnelle difficile. Quand il affirme qu'il vit bien avec sa situation, il ne ment pas.

Signe du temps qui passe, il porte maintenant une barbe fournie. Il la raserait bien, mais il s'est engagé à la garder auprès de trop de monde. Il trouve amusant de penser que son troisième enfant, qui naîtra d'ici quelques semaines, pourra un jour trouver des photos d'archives de son père hirsute.

Cette barbe est aussi devenue, en quelque sorte, le symbole de son actuelle traversée du désert. Mais on vous le disait plus tôt, ce n'est pas une raison pour perdre le sourire. Des exemples?

S'ennuie-t-il du luxe de la LNH, avec les beaux hôtels et les voyages nolisés en avion?

«Je n'ai jamais été une personne extravagante. J'aime les belles choses parfois, comme tout le monde, mais je me contente de n'importe quel hôtel. Ça ne change rien. Pour l'autocar, c'est agréable. Tu as tes propres quartiers et tu peux être dans la lune pour quelques heures. J'apprécie les choses simples. »

Que pense-t-il des horaires de matchs condensés de la Ligue américaine?

«C'est pareil comme la LNH : on joue au hockey pour gagner sa vie. L'horaire est même mieux, je dirais. On joue le mercredi, puis le vendredi et le samedi chaque semaine. C'est parfait. Il y a toujours les mêmes jours sans match et j'aime ça.»

Plus terre-à-terre: est-ce pénible maintenant de traverser deux ponts, depuis sa résidence de la Rive-Sud de Montréal, pour aller au bureau?

«J'aime conduire. Ce n'est pas si mal. C'est mon moment tranquille pour écouter la radio et prendre un café.»

Voilà, c'est Alzner tout craché. Le défenseur a hésité quand on lui a demandé s'il préférait être dans les gradins de la LNH ou sur les glaces de la Ligue américaine. Le dilemme est le suivant : il veut disputer des matchs, mais il veut aussi être dans la LNH. Dans tous les cas, il refuse de baisser son rythme dans la Ligue américaine, juste au cas. Il ne souhaite de malheur à personne, mais si le Canadien a besoin de lui, il sera prêt.

En attendant l'été, où il commencera probablement un autre chapitre de sa carrière. Mais fidèle à lui-même, il le fera avec un grand sourire.

- - -

Une pensée pour la famille d'Alec Reid

L'entraîneur du Rocket de Laval Joël Bouchard est encore très près de la grande famille de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Après tout, il y a été président, directeur général et entraîneur-chef. C'est donc le coeur gros qu'il a appris la mort d'un joueur de l'équipe, Alec Reid, 18 ans seulement.

«J'ai une pensée pour la famille, les parents et les amis. Pour toute l'organisation de l'Armada aussi, qui l'appréciait beaucoup. C'est malheureux. Il faut rendre hommage à un joueur que Bruce Richardson appréciait. Il a été avec lui deux ans dans le midget AAA et Bruce a fait son acquisition [des Voltigeurs de Drummondville] car il l'aimait énormément. C'était une belle relation. Je suis là pour soutenir l'organisation, même la famille s'ils ont besoin.»

Bouchard ne connaissait pas personnellement le jeune homme, mais rappelle que le hockey est une petite famille. Reid était à l'écart du jeu depuis la mi-février en raison de crises d'épilepsie. Il était suivi par des médecins depuis longtemps. Sa mort est vraisemblablement due à des complications liées à cette maladie. Reid disputait sa première saison dans la LHJMQ.