On l'avait annoncée comme la grande question de la deuxième moitié de saison : qui serait le partenaire de Shea Weber ?

Mis à jour le 13 janv. 2019
GUILLAUME LEFRANÇOIS LA PRESSE

C'est le genre de question dont la réponse n'est jamais définitive, coulée dans le béton. Surtout quand l'un des deux partenaires du duo en question a 20 ans. Mais avec la victoire de 3-0 du Canadien hier face à l'Avalanche du Colorado, on sent que le dossier du premier duo de défenseurs devient de moins en moins épineux.

Hier, Victor Mete disputait un 10match aux côtés de Weber, depuis que Claude Julien les a réunis tout juste avant Noël. Déjà là, c'était une victoire pour Mete, puisque Brett Kulak, lui, avait vu son audition prendre fin au terme du 9match.

Mais ce 10match était particulièrement significatif. La version hockey de Jumeaux (bon... Victor Mete semble dans une meilleure forme que Danny DeVito, mais vous comprenez l'idée) avait pour mandat de neutraliser le trio le plus productif de la Ligue nationale. Ajoutez à ça un impondérable : le centre de ce trio, Nathan MacKinnon, avait fait un fou de lui au dernier match en se querellant avec son entraîneur-chef au banc. L'animal blessé, nous disait Jean-François Tremblay hier.

Et comment ça s'est passé ?

L'animal blessé a finalement été bien silencieux. MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen ont totalisé cinq tirs au but, même s'ils ont passé 24 minutes sur la patinoire. Sur une de leurs rares actions dangereuses, Landeskog a contourné le filet et tenté de surprendre Price en bouclant la boucle. Price a tendu la jambière, Mete était là pour saisir le retour. C'est d'ailleurs avec son bâton qu'il a réussi la plupart de ses jeux. Il s'est même permis en deuxième période un corps-à-corps le long de la rampe avec Rantanen, à qui il concède 7 po et 30 lb. C'est Mete qui est ressorti avec la rondelle.

« Il a été solide », a jugé Phillip Danault, qui a côtoyé Mete toute la soirée puisqu'il était lui aussi confronté au premier trio du Colorado.

« [Victor] n'est pas le plus physique, mais dans le coin, son bâton est fatigant, toujours à la bonne place. Il fait circuler la rondelle rapidement. Sa vitesse, c'est sa clé. Il ne s'est pas fait déborder par MacKinnon, un des plus vites de la ligue. »

- Phillip Danault

« Il a été bon. Dans son cas, c'est la récupération de rondelle, la capacité à fermer le jeu rapidement. Il avait un bon bâton ce soir. Tous les joueurs ont leur force, quand vient le temps de fermer le jeu. Certains, c'est plus physique, d'autres, c'est la rapidité », a ajouté Julien.

Les chiffres ne mentent pas

Au cours des 10 derniers matchs, Mete a joué sa vingtaine de minutes par match. Il présente une fiche de +4. L'adversaire n'a enfilé que trois buts pendant les 180 minutes que le numéro 53 a passées sur la patinoire à cinq contre cinq. Compte tenu de la qualité de l'opposition qu'il affronte, c'est bien peu.

Si on vous balance ces chiffres, ce n'est pas pour faire de Mete un futur gagnant du trophée Norris. C'est plutôt qu'ils illustrent que Julien a trouvé une formule qui fonctionne pour son premier duo.

Le tandem n'est pas parfait. Mete fait encore ses erreurs mentales et demeure physiquement fragile. Weber revient d'une année complète sans jouer, et certains soirs, comme jeudi à St. Louis, ça paraît un peu plus.

Mais pendant que l'entraîneur cherche des solutions pour relancer son attaque, au moment où Julien a séparé des combinaisons offensives auxquelles il avait été relativement fidèle, on sent une unité défensive qui se stabilise. Jeff Petry, malgré quelques soirées difficiles, est à sa place au sein du deuxième duo. Kulak et Jordie Benn complètent le portrait, dans l'ombre.

Ce n'est certainement pas là une brigade pour aller à la guerre jusqu'en mai, mais c'est déjà beaucoup plus que ce qu'on pouvait attendre de ce groupe sur papier en septembre dernier.