John Chayka multiplie les décisions étonnantes depuis quelques années. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Mais les Coyotes de l’Arizona, les adversaires du Canadien demain soir, ont flirté avec une place en séries éliminatoires l’an dernier et ils ont une fiche à rendre jaloux bien des adversaires en début de saison : 7-3-1. 

Ils ont aussi la meilleure moyenne de buts accordés par match après celle des Bruins, 2,18, malgré la perte de l’un des membres de leur top 4, Nicklas Hjalmarsson. 

Le plan du DG des Coyotes est toutefois difficile à cerner. En février 2017, il parvient à échanger au Wild du Minnesota deux joueurs de location, Martin Hanzal et Ryan White, pour un choix de première ronde en 2017 et un choix de deuxième ronde en 2018.

Pour un club en reconstruction, voilà un échange digne de mention. Mais ce même club en reconstruction échangera aux Rangers, quelques mois plus tard, son sixième choix au total en 2017 et un défenseur prometteur, Anthony DeAngelo, pour obtenir le gardien Antti Raanta, 28 ans, et le centre Derek Stepan, 27 ans. 

Raanta a connu un brillant départ avec les Coyotes, mais les blessures l’accablent depuis deux ans. Stepan est déjà sur la pente descendante. Seulement 35 points l’an dernier, et quatre, dont un but, en onze matchs depuis le début de la saison. 

Mais malgré tout, les Coyotes gagnent.  

DeAngelo, 24 ans depuis quelques jours, connaît un fort début de saison à New York, du moins au plan offensif, avec huit points à ses neuf premiers matchs, dont six à ses trois derniers. Il a amassé 30 points en 61 matchs l’an dernier. 

New York n’a peut-être pas choisi le bon joueur au sixième rang. Lias Andersson connaît un début de carrière difficile. Il a un petit point en neuf matchs. Andersson était à quelques jours d’être repêché en 2016. Il a désormais 21 ans. L’avenir nous dira si les Rangers n’auraient pas été mieux servis par Nick Suzuki, Robert Thomas, Casey Mittelstadt ou Ryan Poehling. 

En juin 2018, Chayka échange le premier choix de l’équipe en 2013, Max Domi, pour Alex Galchenyuk. La suite est connue par la majorité des amateurs de hockey à Montréal. Domi, 24 ans, a amassé 82 points en 93 matchs depuis son arrivée à Montréal. Galchenyuk, 25 ans, a obtenu 41 points en 72 matchs. 

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Alex Galchenyuk et Max Domi

Galchenyuk a été échangé un an plus tard, cet été, avec Pierre-Olivier Joseph, un jeune défenseur de 20 ans, premier choix de l’équipe en 2017, pour Phil Kessel, 32 ans. Cherchez la logique. Kessel a six points, dont deux buts, en onze matchs depuis le début de la saison. 

Mais malgré tout, les Coyotes gagnent. 

Chayka a aussi réussi des coups très intéressants. Le défenseur Jason Demers a constitué une aubaine. Il a coûté Jamie McGinn en 2017. Demers complète le premier duo de défenseurs des Coyotes avec Oliver Ekman-Larsson. Il joue en moyenne presque 23 minutes par match. McGinn est dans la Ligue américaine. Un cadeau des Panthers de la Floride. 

Alex Goligoski et Niklas Hjalmarsson, obtenus pour de lointains choix au repêchage et des joueurs de soutien, stabilisent cette défense efficace. 

Le gardien Darcy Kuemper, le numéro un depuis un an, brillant l’an dernier et encore meilleur en ce début de saison, a été obtenu pour une bouchée de pain des Kings de Los Angeles. 

Le gros échange de l’an dernier, Dylan Strome, troisième choix au total en 2015, paraît mieux en ce moment. Le joueur obtenu en retour, Nick Schmaltz, 23 ans, a recouvré la santé et il a 11 points en autant de matchs depuis le début de la saison. Strome, 22 ans, a retrouvé sa touche récemment et il a sept points en dix matchs à Chicago. Brendan Perlini, passé aux Hawks dans la même transaction, vient d’être échangé aux Red Wings de Detroit pour Alex Regula, un défenseur de 19 ans toujours dans les rangs juniors. 

Les Coyotes semblent aussi avoir fait quelques bons coups au repêchage. Clayton Keller, septième choix au total en 2016, retrouve ses moyens, après avoir été frappé par la guigne de la deuxième saison. Il a sept points en onze matchs. 

Connor Garland, un obscur choix de cinquième ronde en 2015, a déjà six buts. Cet ancien ailier des Wildcats de Moncton avait connu une fin de saison intéressante en Arizona l’an dernier. 

Le centre Barrett Hayton, cinquième choix en 2018, deux rangs après Jesperi Kotkaniemi, a percé la formation cette année et il a trois points en quatre matchs. L’échantillon est mince, mais il montre de belles promesses. 

Le 16e choix au total en 2016, Jakob Chychrun, est un régulier de l’équipe depuis ses 18 ans, mais Chayka a donné un choix de deuxième ronde aux Red Wings de Detroit pour s’avancer de quatre rangs et le repêcher. Detroit en a profité pour mettre la main sur deux éventuels réguliers en défense avec ces deux choix, Dennis Cholowski et Filip Hronek. Ce dernier a déjà un profil supérieur à Chychrun. 

Les recruteurs ont aussi surpris plusieurs observateurs en repêchant le défenseur Victor Soderstrom au 11e rang en juin devant Matthew Boldy, Cole Caufield et Peyton Krebs. Voyons si les Coyotes ne nous font pas mentir à nouveau. 

La progression des Coyotes n’est pas linéaire, comme vous pouvez le constater. Mais pour une bonne recette, ça prend un grand chef. Jusqu’ici, Rick Tocchet accomplit un formidable travail, même si le style du club n’est pas très excitant. 

Reparlons-nous des Coyotes dans quelques mois. Voyons s’ils peuvent maintenir le rythme comme ils l’ont fait l’an dernier.

À lire

Nous avons un nouveau patron à La Presse, Jean-François Tremblay. Profitons de ses derniers instants sur le beat du Canadien pour apprécier sa plume. Aujourd'hui, il tente d'expliquer la baisse de régime de Phillip Danault en situations de mises en jeu. J'en profite pour souhaiter le plus grand des succès à Malorie Beauchemin, qui nous quitte pour passer aux sections Arts et Inspiration. Ce fut un charme de travailler pour Malorie!

À écouter

Dans le neuvième épisode de notre balado Sortie de zone, Jean-François Tremblay et Alexandre Pratt, de La Presse, ainsi que Jeremy Filosa et l’animateur Mario Langlois, du 98,5, se demandent si Jonathan Drouin peut continuer de produire au même rythme qu'il affiche depuis le début de la saison.