Charles Hudon ira gonfler les rangs du Rocket de Laval. Le verdict est tombé dimanche, il était l’un des joueurs de trop chez le Canadien de Montréal. Hier, il a été ignoré au ballottage.

Jean-François Tremblay Jean-François Tremblay
La Presse

« J’espère [que ça lui fera du bien d’aller dans la Ligue américaine] pour sa carrière et pour l’organisation, a expliqué Marc Bergevin lors d’une entrevue avec Mario Langlois, du 98,5 FM. Il va à un endroit où il y a un très bon entraîneur en Joël Bouchard. Je dis souvent aux joueurs qu’on envoie à Laval : fais-le pour toi-même. Si le joueur boude à Laval, s’il coupe les coins, il se nuit. Tu veux jouer dans la LNH, je comprends ça, je suis passé par là, mais performe. Si ce n’est pas le Canadien qui te rappelle, une autre équipe va te voir. »

Charlie Lindgren a aussi été ignoré au ballottage. Le gardien a logiquement été évincé par Keith Kinkaid, acquis sur le marché des joueurs autonomes et fort efficace en matchs préparatoires. Il y aura donc un carrousel avec Michael McNiven et Cayden Primeau chez le Rocket.

Mais revenons à Hudon, pour lire entre les lignes de cette rétrogradation. On dirait qu’à travers les années, son sort a toujours été plus important que sa véritable place dans la hiérarchie du Canadien. Il a bien connu une saison de 10 buts et 20 mentions d’aide il y a deux ans, il démontre aussi un feu sacré hors du commun, mais somme toute, son impact reste marginal.

Alors, qu’en comprendre ? Il y a plusieurs pistes de réponse. La première : Hudon était le seul joueur du Canadien développé durant l’ère Sylvain Lefebvre. Les Brendan Gallagher et Noah Juulsen ont brièvement joué sous ses ordres, mais c’était circonstanciel. Gallagher attendait la fin du lock-out, Juulsen retrouvait son rythme après une blessure à un pied.

Donc, qu’Hudon se retrouve avec le Rocket est le rappel d’une longue traversée du désert. Personne de la formation actuelle n’aura été développé par le Canadien dans la Ligue américaine entre Carey Price (repêché en 2005) et… Victor Mete (repêché en 2016), qui y a brièvement travaillé son jeu défensif la saison dernière.

Il y a aussi l’aspect québécois. L’enjeu ne fait pas consensus, mais il n’est pas à négliger pour autant. C’est après tout ce qui contribuait à rendre Hudon si attachant aux yeux de plusieurs. Le Canadien n’a repêché et développé aucun joueur québécois régulier depuis Guillaume Latendresse. C’était en 2005. Il y a bien eu Louis Leblanc et Gabriel Dumont, mais ils n’auront pas marqué l’histoire. En ce sens, Hudon était une lueur d’espoir.

La grande métamorphose

Il y a aussi le fait qu’envoyer Hudon dans la Ligue américaine confirme que le Canadien est au milieu d’un grand bouleversement, peu importe le nom que l’on veut lui donner. Au début de la dernière saison, le Canadien avait expulsé durant l’été la moitié de ses joueurs pour revoir la fameuse « attitude ».

Cette fois, si on compare la formation au premier match l’an dernier à la formation actuelle, on constate que neuf joueurs sont ailleurs. C’est énorme. Jordie Benn, Antti Niemi et Tomas Plekanec ont signé ailleurs, Hudon, Xavier Ouellet, Matthew Peca et Karl Alzner sont à Laval, Juulsen est blessé et Andrew Shaw a été échangé.

Pour comprendre l’ampleur du bouleversement chez le Canadien, sachez qu’Hudon est au troisième rang des joueurs les plus anciens au sein de l’organisation. Seuls Carey Price et Brendan Gallagher le devancent à ce chapitre.

Maintenant, Hudon et Lindgren rejoignent Alzner, Peca et Dale Weise parmi les joueurs du Rocket qui ont en poche un contrat garanti de la LNH.

« Si tu sais que tu vas mettre un joueur au ballottage et que tu ne veux pas le perdre, tu vas faire des appels pour voir s’il y a un marché, a dit Bergevin au 98,5 FM. S’il n’y a pas de marché, tu vas le mettre au ballottage. Dès que le joueur passe le ballottage, pour une organisation, un gars comme Charles a plus de valeur qu’avant. Ils t’appartiennent, ils sont là, et si tu as besoin de profondeur, tu peux les ramener. »

Sans oublier que l’équipe qui accepterait un de ces joueurs dans un échange n’aurait pas à le garder avec le grand club. Le Canadien a d’ailleurs utilisé cette stratégie avec un certain succès, par exemple en allant chercher Brett Kulak ou Nicolas Deslauriers à peu de frais.

Le Canadien a jusqu’à 17 h aujourd’hui pour retirer un dernier joueur de sa formation. Comme l’équipe n’a placé aucun vétéran au ballottage hier, ça lui laisse deux options. La première : retrancher un jeune exempté de ballottage, comme Ryan Poehling, Jesperi Kotkaniemi, Nick Suzuki ou Cale Fleury.

L’entraîneur-chef Claude Julien a un peu préparé le terrain pour Poehling samedi. « On doit prendre des décisions selon plusieurs facteurs. Le joueur a-t-il sa place ? Certains joueurs n’ont pas à passer par le ballottage. S’il n’a pas à passer et qu’on sent qu’il peut s’améliorer à Laval, on le fera. »

Bergevin, lui, a au contraire relativisé le camp de Kotkaniemi. « Un camp moyen ne me dérange pas. J’aime mieux qu’il réalise tout de suite que ce n’est pas plus facile la deuxième année. »

Sinon… et c’est Bergevin lui-même qui l’a dit au micro du 98,5 FM… « il peut y avoir une transaction aussi ».