Tout joueur qui atteint la Ligue nationale se souvient de son premier match, peu importe le chemin qu'il a parcouru pour y parvenir. Mais Bud Holloway, lui, devrait s'en souvenir encore plus que d'autres.

Mis à jour le 27 nov. 2015
Guillaume Lefrançois LA PRESSE

C'est que le sympathique Saskatchewanais vivra son baptême de la LNH... à 27 ans!

Avec la blessure d'Alexander Semin, Michel Therrien a confirmé que Holloway serait en uniforme ce soir face aux Devils du New Jersey. À l'entraînement hier, il formait un trio avec Brian Flynn et Paul Byron. «Je veux juste apprécier mon expérience, a mentionné Holloway. Je connais le système, je l'ai vu à St. John's. Je vais juste profiter de chaque minute, m'amuser et essayer de ne pas être trop nerveux.»

Repêché par les Kings de Los Angeles au troisième tour en 2006, l'ailier droit s'est exilé en Suède, puis en Suisse, après avoir passé trois saisons dans la Ligue américaine sans même avoir été rappelé. L'été dernier, il a renoncé à la ligue suisse pour accepter une entente à deux volets avec le Canadien. Sa récolte de 20 points en 18 matchs à St. John's lui a valu un rappel. Et maintenant, un match. «Tu ne sais jamais comment ça va finir, c'est un pari. Je voulais me développer en Europe et revenir ensuite. Ça a bien fonctionné, mais ça aurait pu aller dans plein de directions», estime-t-il.

Des patinoires extérieures au MSG!

Le match de ce soir sera donc l'aboutissement d'une semaine où Holloway a vu son rêve se concrétiser de jour en jour.

Ça a commencé par son rappel dimanche. Depuis, il a participé aux échauffements de son équipe. Et cette semaine, il vit son premier voyage dans un confort qu'il n'a jamais connu ailleurs.

«Ce n'est pas comme si j'arrivais directement dans un match, rappelle-t-il. J'ai eu du temps pour m'adapter. Simplement de participer à l'échauffement au Centre Bell et au Madison Square Garden, c'était spécial. J'avais la tête en l'air, je regardais tout autour de moi. C'était un sentiment incroyable.

«L'an passé, on jouait contre une équipe de troisième division suisse lors de la Coupe de Suisse. Le match avait eu lieu dans un aréna qui n'avait pas de murs! C'était simplement une patinoire et un toit. C'était assez différent du MSG! Le changement d'environnement est assez abrupt.»

Le Prudential Center ne fait peut-être pas partie des bâtiments mythiques de la LNH. Mais on devine qu'aux yeux de Bud Holloway, le domicile des Devils deviendra un brin spécial.