À la lumière des défaites face aux Sabres de Buffalo et aux Coyotes de l'Arizona, on craignait une autre contre-performance du Canadien devant un adversaire de deuxième ordre.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Et c'est précisément ce qui s'est produit.

Le sommaire du match >>

Les Oilers d'Edmonton ont effacé un déficit de deux buts, puis égalé la marque 3-3 avec seulement 24,9 secondes à faire à la troisième période avant de s'envoler avec une victoire de 4-3 en prolongation.

«Tout le match m'a déçu, a lâché Michel Therrien. Notre jeu avec la rondelle, notre jeu sans la rondelle... un très mauvais match de notre part. On a été chanceux d'obtenir un point.»

C'est Anton Lander qui a clos le débat en profitant du fait que Dustin Tokarski était agenouillé sur la glace, trompé par une passe via la bande derrière son filet.

Certains diront que l'auxiliaire de Carey Price a connu une soirée difficile, étant souvent pris hors position. Mais il a quand même hérité de la deuxième étoile et ses coéquipiers ont chanté ses louanges.

«On leur a donné des chances, mais Ticker s'est imposé, a dit Max Pacioretty, dommage qu'il ait si bien joué, mais qu'on n'ait pas été en mesure de fermer les livres pour lui.»

Les Oilers ont travaillé d'arrache-pied et après que le Canadien eut pris les devants 2-0, il est tombé complètement à plat. Très peu d'attaques soutenues et de bonnes chances de marquer. Les Oilers étaient l'équipe qui travaillait le plus fort, et ça a paru sur leur premier but. Rob Klinkhammer a aisément remporté sa bataille le long de la rampe aux dépens de Dale Weise avant de remettre à la pointe à Jeff Petry. Le tir de ce dernier a dévié sur le bâton de Matt Hendricks et, juste comme ça, les Oilers étaient au tableau.

La torpeur du Canadien s'est poursuivie durant tout le reste de la deuxième période, le temps que Ryan Nugent-Hopkins ne fasse 2-2.

Dustin Tokarski croyait être battu par un tir qu'il avait arrêté - il s'est d'ailleurs tourné la tête pour voir la rondelle dans le filet -, mais celle-ci s'est plutôt retrouvée à ses pieds. Tom Gilbert neutralisait un bâton et De La Rose a rappliqué trop vite pour empêcher que Nugent-Hopkins ne la saisisse en premier.

Le déroulement de ce match ne manquait pas de nous rappeler le départ précédent de Tokarski au Centre Bell, face aux Coyotes de l'Arizona. Dans ce match-là, il avait bénéficié d'une avance de 2-0 que ses coéquipiers et lui avaient fini par bousiller.

Un premier pour Thomas

Max Pacioretty était en voie de faire la différence dans le match lorsqu'il a inscrit son 25e but de la saison pour redonner les devants au CH en troisième période. Son lancer des poignets tout à fait mortel a bafoué le gardien Viktor Fasth.

Ce dernier, qui n'a pas exactement été à la hauteur cette année à Edmonton, a été battu par trois tirs de qualité. Le premier à avoir raison de lui est venu de Christian Thomas qui, à son 15e match dans la LNH, a finalement fait mouche et inscrit son premier but en carrière.

Sur le même jeu, Jacob De La Rose a lui aussi inscrit son premier point en carrière. Sa mention d'aide était capitale au but de Thomas, car De La Rose, dans un beau jeu défensif, a soutiré la rondelle à Iira Pakarinen en zone neutre pour prendre tout le monde à contre-pied.

Le Tricolore a doublé son avance en début de deuxième période grâce à Alex Galchenyuk qui s'est bien libéré après que P.K. Subban eut attiré un tas d'Oilers sur lui. La passe de Subban à Galchenyuk... et un tir balayé qui ne laisse aucune chance à Fasth, pour qui c'était venu un peu trop vite, justement.

Mais malgré le but de Pacioretty en troisième, ce sont les visiteurs qui ont donné le ton et qui ont attaqué, souvent en bénéficiant de surnombres.

Tokarski a parfois été laissé à lui-même, mais n'a pas toujours bien paru. Il a certes fait quelques arrêts spectaculaires en troisième - dont un bel arrêt de la jambière face à Luke Gazdic -, mais il a été chanceux de s'en tirer sur un poteau de Ryan Hamilton et sur un généreux retour de lancer au centre de l'enclave qu'il a offert à Matt Hendricks à la suite d'un deux-contre-un.

Le point commun de ces trois chances de première qualité? Regardez les noms impliqués...

Lorsque Nugent-Hopkins a obtenu un juteux retour de lancer avec 24,9 secondes à faire en troisième, celui-là n'allait pas rater sa chance.

_______________________________________________

Ils ont dit

> Dustin Tokarski: «Perdre, c'est de la merde.»

> P.K. Subban: «Il y a une foule de choses qui expliquent ce résultat... Il faut rendre hommage aux Oilers. Je pense que Dustin [Tokarski] méritait un meilleur résultat.»

> Tomas Plekanec: «Ce n'est pas plaisant d'écoper une punition comme je l'ai fait en fin de match, ce n'est pas un bon feeling. Je devrai faire plus attention la prochaine fois. En sortant du banc des punitions, je me suis retrouvé à deux contre un (avec Brandon Prust), j'ai tenté de lancer entre les patins du défenseur. C'est facile à dire ensuite, mais j'aurais dû faire la passe.»

Propos recueillis par Richard Labbé