Il était temps. Grand temps! Après trois blanchissages consécutifs, le Canadien a finalement retrouvé le moyen de marquer des buts.

Mis à jour le 30 mars 2011
François Gagnon LA PRESSE

Il en a même enfilé trois: deux en 11 secondes en milieu de premier engagement et un autre dans un filet désert en fin de match. Carey Price s'est occupé du reste, réussissant 27 arrêts, et le Tricolore a battu les Thrashers d'Atlanta 3-1.

> Le sommaire du match

> Le classement de l'Association de l'Est

Le Canadien a amorcé la rencontre en force. Après deux minutes, il s'était montré plus menaçant que lors des 60 minutes du match de samedi, qu'il a bêtement perdu 2-0 aux mains des Capitals de Washington.

Le ton était donné.

Scott Gomez, Tomas Plekanec, Andrei Kostitsyn, Michael Cammalleri sur une échappée et James Wisniewski avec un puissant tir frappé qui s'est écrasé sur le poteau, avant que Roman Hamrlik ne rate le retour, ont frappé à la porte sans arriver à déjouer le gardien Ondrej Pavelec.

Cette sortie convaincante, mais non couronnée de succès, aurait pu se tourner contre le Canadien n'eût été les arrêts importants réalisés par Carey Price en première. Affichant le calme qui le caractérise en dépit de la pression accablante des trois dernières défaites par jeu blanc encaissées par son équipe, Price s'est dressé devant Byfuglien, Boulton et Wheeler pour garder le score égal.

«Il a démontré pourquoi il est parmi les meilleurs gardiens de la LNH. Nous savions que, si nous nous occupions d'enfin lui donner un coussin pour travailler, il s'occuperait du reste. C'est exactement ce qui est arrivé», a indiqué Scott Gomez après la victoire tant attendue de son équipe.

Un but libérateur

Puis, au terme d'une mêlée autour du filet des Thrashers, Roman Hamrlik a marqué le but tant attendu. Venu appuyer l'attaque, il a poussé une rondelle libre derrière le gardien Pavelec pour soulever la foule et soulager l'ensemble de ses coéquipiers.

Ce but, le cinquième de la saison du vétéran défenseur, a stoppé à 199:01 minutes la disette qui s'étirait depuis le but de Tom Pyatt, marqué avec 6:05 à faire en troisième période du match du 20 mars dernier, au Minnesota, que le Canadien a gagné 8-1 aux dépens du Wild.

Le jeu a repris alors que les partisans célébraient toujours le but d'Hamrlik. Ils étaient d'ailleurs encore debout lorsque Mathieu Darche, à qui Scott Gomez a refilé la rondelle à l'embouchure du filet, a doublé l'avance du Tricolore.

Après avoir attendu plus de neuf périodes pour célébrer un tout petit but, les partisans du Tricolore étaient gâtés pour une deuxième fois en 11 secondes.

«Ce n'est pas comme si je marquais bien souvent. J'étais d'abord content d'avoir compté. Après quelques secondes, j'ai réalisé l'importance de ce but. C'était excitant d'entendre les cris de la foule et j'ai certainement apprécié ce bon moment», a indiqué Roman Hamrlik.

Quant à Mathieu Darche, il voyait dans ces deux buts enfilés en 11 secondes une leçon importante à tirer: «Ça démontre qu'il ne faut pas se laisser abattre quand les choses vont mal et de ne jamais rien tenir pour acquis quand ça va bien. On a marqué huit buts dans un match avant d'être blanchis trois fois de suite. Si on regarde nos deux buts de ce soir, ils sont le fruit du travail de tranchée autour du filet. Roman est venu appuyer l'attaque et j'étais bien posté, prêt à recevoir la belle passe que m'a offerte Scott. Ce n'était peut-être pas beau, mais c'était efficace. Et dans notre situation, il n'y avait que le résultat qui comptait», a analysé Darche, qui totalise maintenant 10 buts cette saison.

Atlanta a tenu promesse

La deuxième a été plus calme en dépit des 21 tirs échangés, dont 11 par le Canadien. La meilleure occasion a été bousillée par Tomas Plekanec, qui est passé dans le vide alors qu'il tentait de rediriger une passe dans une cage déserte.

Forts de six remontées gagnantes en troisième période cette saison, les Thrashers ont resserré le pointage 2-1 lorsque Nik Antropov a déjoué Carey Price au terme d'un jeu au cours duquel Hal Gill a été coupé au visage par le bâton d'un joueur des Thrashers. Les officiels n'ont pas vu l'infraction et ils ont accordé le but après s'être réunis quelques minutes devant le banc des pénalités.

Dans une cage déserte, Andrei Kostitsyn a scellé l'issue du match avec son 20e but de l'année.