Le directeur général des Blackhawks de Chicago, Stan Bowman, devrait savoir demain si son équipe, aux prises avec des contraintes salariales, pourra garder les services d'Antti Niemi. Le gardien de but, joueur autonome avec compensation, a aidé les Hawks à remporter une première Coupe Stanley en 49 ans le printemps dernier.

ASSOCIATED PRESS

Puisque Bowman et l'agent de Niemi, Bill Zito, ont été incapables d'en venir à une entente, son cas a été placé en arbitrage. La cause du joueur de 26 ans a été entendue hier à Toronto. L'arbitre a maintenant 48 heures pour rendre sa décision.

L'arbitre peut décider d'accepter la proposition de l'un des deux clans, ou accorder n'importe quelle somme entre les deux. «L'arbitre décidera, je crois, samedi (demain), a dit Bowman au cours d'une conférence téléphonique hier soir. À ce moment, nous aurons 48 heures pour accepter, laisser aller le joueur, ou l'échanger.

«Pour simplifier la chose, ça va dépendre des sommes accordées, a-t-il ajouté. Je n'embarquerai pas dans les détails financiers. Notre situation de masse salariale est très serrée. C'est ce qui fera pencher la balance.»

Niemi a reçu 826 875$ la saison dernière en tant que recrue. Il a joué tous les matchs des siens en séries sauf une période. En route vers la Coupe Stanley, il a affiché un dossier de 16-6 avec une moyenne de 2,63, un taux d'efficacité de ,910 et deux jeux blancs.

Pour demeurer sous le plafond salarial de la LNH, qui est de 59,4 millions, les Blackhawks pourraient avoir offert seulement 2 millions à Niemi, qui n'a joué que 42 matchs en saison régulière au cours de sa carrière. Il a obtenu le titre de gardien numéro un de l'équipe l'an passé, prenant part à 39 matchs en saison, avec une fiche de 26-7-4, sept blanchissages, une moyenne de 2,25 et un taux d'efficacité de ,912.

Bowman a indiqué que l'audience en arbitrage s'était déroulée dans le calme et la routine.

«Ce n'était pas du tout conflictuel, honnêtement, a dit Bowman. Les deux parties y allaient de leurs arguments. Évidemment, Antti a connu du succès et est un gros morceau de notre équipe. Mais lorsqu'on en vient au point de vue des affaires, il faut regarder les joueurs semblables et leur situation.»

Depuis qu'ils ont remporté le précieux trophée en juin, les Blackhawks ont envoyé sept joueurs sous d'autres cieux, soit par transaction ou par le marché des joueurs autonomes, dans le but de respecter le plafond salarial. La situation a été compliquée par les quelque 4 millions en prime de performance qui ont été acquis au cours de la dernière saison, mais qui compteront sur la masse salariale pour la saison 2010-2011.