Le Canadien a tenu un entraînement optionnel, samedi matin, mais il y avait seulement trois absents Scott Gomez, Mike Cammalleri et Carey Price qui a été délégué pour entreprendre le match contre les Sénateurs d'Ottawa.

Pierre Ladouceur

Dans le vestiaire du Canadien, il a évidemment été question du classement serré dans l'Association de l'Est et de ces deux matches au cours de la fin de semaine contre les Sénateurs et les Rangers à New York.

Pour l'affrontement en soirée, Jacques Martin a donc opté pour la même formation qu'il a employée lors de la victoire face aux Stars de Dallas. Donc, on parle des mêmes trios (Gionta-Gomez-Pouliot; Cammalleri-Plekanec-D'Agostini; Moen-Metropolit-Pacioretty; Laraque-Lapierre-Bergeron) et des mêmes duos (Hamrlik-Spacek; Markov-Gorges; Gill-Mara).

L'entraîneur du Canadien a souligné qu'il n'était pas inquiet même si Plekanec n'a pas inscrit son nom à la feuille de pointage à ses cinq derniers matches : «Il travaille bien en désavantage et il joue bien sur le jeu de puissance. Son trio n'a pas marqué en l'absence d'Andrei Kostitsyn, mais je n'ai rien à redire sur Tomas, un athlète exemplaire dans sa préparation et la gestion de son temps».

Au sujet des unités spéciales, Marc-André Bergeron a noté que la LNH devenait de plus en plus un circuit axé sur cette facette du jeu: «Les systèmes et les gardiens sont tellement efficaces à forces égales que les buts sont plus rares. Les matches se gagnent et se perdent souvent avec les unités spéciales. Dans notre cas, c'est avantageux puisqu'on fonctionne bien sur l'attaque massive depuis le retour d'Andrei Markov (40%) et on est également solide en désavantage».

En conclusion, on vous suggère de rester river à votre siège lorsque les arbitres lèvent le bras. Le sort du match a de fortes chances de se décider dans les deux minutes suivantes!