Source ID:; App Source:

Bilan positif à Hamilton

Ben Maxwell... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Ben Maxwell

Photo: David Boily, La Presse

Les Bulldogs de Hamilton sont en vacances eux aussi. Le club-école du Canadien a été éliminé en six matchs par les Griffins de Grand Rapids, filiale des Red Wings de Detroit, dimanche, en première ronde des séries éliminatoires de la Ligue américaine.

Le bras droit de Bob Gainey et directeur général des Bulldogs, Julien Brisebois, dresse cependant un portrait très positif de la saison de sa jeune équipe, en qui les attentes n'étaient pas très élevées.

«Ça a été la deuxième saison de l'histoire des Bulldogs en points au classement, malgré la présence de huit recrues», a souligné Brisebois, joint au téléphone hier, alors qu'il se rendait à Hamilton pour y rencontrer les joueurs.

«Les vétérans, comme Marc Denis, Alex Henry, Shawn Belle, Yanick Lehoux et Mike Glumac, n'ont pas déçu et les recrues étaient prêtes pour le défi de la Ligue américaine. En séries éliminatoires, nous avons affronté une bonne équipe qui a joué de façon presque parfaite.»

Julien Brisebois a bien aimé la progression de certains jeunes. «Bon nombre de joueurs ont été utilisés à Montréal à cause des nombreuses blessures, ils étaient donc prêts et ils ont pu nous aider à au moins nous qualifier pour les séries. Quelques-uns ont même réussi à rester; Matt D'Agostini, pour ne nommer que celui-là, sera probablement à Montréal de façon permanente.

«Il y a ensuite tous les jeunes joueurs qui ont terminé la saison à Hamilton et qui vont pousser pour un job à Montréal cet automne. Quand on se reparlera à pareille date l'an prochain, ils vont probablement s'être établis comme des joueurs de la Ligue nationale, a poursuivi Brisebois. Parmi les plus sérieux candidats, il y a Ben Maxwell, Yannick Weber, Kyle Chipchura, Greg Stewart et Max Pacioretty.»

Les coups de coeur de Julien Brisebois chez les jeunes cette année? «Certainement (le centre) Ben Maxwell (qui a amassé 58 points en 73 matchs), a-t-il répondu. Max Pacioretty (29 points en 37 rencontres) aussi. Ben doit cependant se renforcer. De ce côté-là, il a été pénalisé par ses blessures subies à ses deux dernières années junior. Mais il vient de disputer une saison complète sans être blessé. Les gens ne l'ont pas vu au mieux de sa forme avec le Canadien parce que c'est vraiment dans le dernier mois de la saison qu'il a haussé son jeu d'un cran. C'était lui le meneur du trio qu'il formait avec Yanick Lehoux et Max Pacioretty. Malheureusement, la blessure de Pacioretty (à l'aine) nous a beaucoup nui en séries. On a essayé sans succès de trouver l'autre morceau pour compléter ce trio alors que Grand Rapids avait quatre trios établis. Sinon, Greg Stewart va jouer dans la Ligue nationale. Yannick Weber aussi.»

Y'a-t-il parmi ce groupe des jeunes qui ont le potentiel pour devenir des joueurs d'impact dans la LNH?

«Tant qu'ils ne l'ont pas fait, c'est difficile de faire cette projection-là, a souligné le DG des Bulldogs. Et ça dépend de la définition de joueur d'impact. Mark Streit est-il un joueur d'impact? Si oui, alors Yannick Weber est-il capable de devenir un joueur d'impact comme lui? C'est ce qu'on espère. Il y a de ça en lui. Max Pacioretty est encore très jeune. Quand on regarde à quel point son cheminement est rapide, le plafond est très élevé côté potentiel.»

L'énigme Chipchura

Le premier choix du Canadien en 2004, Kyle Chipchura, a amassé 35 points en 51 matchs avec les Bulldogs et affiche un splendide "28 même s'il a eu à affronter les meilleurs trios adverses toute l'année. Finira-t-il par percer? Il n'a jamais rien cassé à Montréal...

«Son manque de vitesse est l'élément qui l'a empêché de demeurer dans la Ligue nationale. Mais c'est un joueur qui va avoir sa chance parce qu'il faudra le soumettre au ballottage si on veut le renvoyer dans la Ligue américaine, l'an prochain. Il joue trop bien dans la Ligue américaine, il a trop de qualités pour ne pas qu'il ait sa chance.»

Dans cette catégorie des attaquants défensifs, Julien Brisebois a vu émerger un jeune homme repêché en troisième ronde en 2006, Ryan White.

«Les gens n'en parlent pas mais il a été notre meilleur joueur en séries, haut la main. C'est le type de joueur que les entraîneurs adorent. Il se défonce, il est compétitif et, en séries éliminatoires, son patin semblait meilleur qu'à l'habitude. Il a récolté quatre points en six matchs, il a marqué des buts importants. À sa façon, même si c'était une recrue, il a joué un rôle de leader. Selon moi, il va jouer un jour dans la LNH.»

Brisebois sera aussi curieux de voir la suite des choses dans le cas de David Desharnais, qui s'est bien implanté dans la Ligue américaine cette saison.

Les Bulldogs accueilleront une nouvelle vague de recrues l'an prochain, P.K. Subban - à moins qu'il ne provoque une surprise au camp d'entraînement du Canadien - Olivier Fortier, Dany Massé, le gardien Robert Mayer et peut-être les choix de première ronde Ryan McDonagh et David Fischer, s'ils signent un contrat professionnel à la suite du camp de développement, cet été.

 




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer