Source ID:; App Source:

| Commenter Commentaires (12)

Tout un défi pour Lecavalier

Vincent Lecavalier a déjà connu des jours plus... (Photo: AP)

Agrandir

Vincent Lecavalier a déjà connu des jours plus heureux avec le Lightning. Mais le capitaine refuse de s'apitoyer sur les problèmes que connaît son équipe présentement.

Photo: AP

Je connais assez bien Vincent Lecavalier pour parvenir à le décoder. Le capitaine du Lightning a bien pesé ses mots, mardi, au téléphone. Mais je ne crois pas l'avoir déjà senti aussi déprimé.

Le Lightning a déjà vécu un changement d'entraîneur, plusieurs transactions ont été désastreuses et les victoires sont rares. À deux jours de son affrontement contre le Canadien, ce soir au Centre Bell, le Lightning occupait le dernier rang du classement général de la LNH.

«C'est sûr que ça ne va pas trop bien, évidemment...», a-t-il confié, mardi après-midi, alors qu'il venait de monter à bord de l'autobus du club.

«Quand l'équipe perd comme ça, c'est dur pour le moral. Je sais qu'il faut rester positif, mais ça serait le fun d'avoir des résultats. Dernièrement, on jouait avec plus d'énergie, mais on perdait. Hier (lundi), ça n'a vraiment pas été un bon match de notre part (revers de 5-3 devant les Bruins de Boston). Aujourd'hui, c'est une dure journée. L'entraîneur n'est pas content, c'est peut-être pour ça que je suis down. On est en décembre et on a seulement six victoires.»

Pas de commentaires

Lecavalier se referme comme une huître quand on lui demande de commenter les récentes décisions des nouveaux propriétaires. «Je ne veux pas entrer là-dedans», se contente-t-il de répondre.

On peut le comprendre. Un bon capitaine ne peut tout de même pas aller à l'encontre de la direction. Aucune déclaration fracassante de sa part, donc. De toute façon, Lecavalier n'a jamais commenté les décisions de ses patrons, bonnes ou mauvaises.

Mais ceux qui ont suivi le dossier du Lightning, ces derniers mois, n'ont pas besoin d'un dessin.

Lecavalier doit sans doute beaucoup s'ennuyer de Dan Boyle, dont les performances avec les Sharks d San Jose font de lui un sérieux candidat pour l'obtention du trophée Norris remis au défenseur par excellence. À l'heure actuelle, le Lightning n'a aucun défenseur capable de relancer l'attaque avec brio. Filip Kuba et Alexandre Picard, que Lecavalier semblait apprécier, dit-on, se débrouillaient bien dans le jeu de transition eux aussi, mais ils ont également été échangés...

Ça peut expliquer en partie pourquoi Lecavalier a amassé seulement 24 points, dont 11 buts, en 27 matchs, alors qu'il nous a habitués à plus d'un point par match depuis trois ans.

Il aime Tocchet

Le seul moment de l'entrevue où l'on sent un peu plus de positivisme chez Lecavalier est lorsqu'on évoque le nom du nouvel entraîneur, Rick Tocchet. «Honnêtement, je l'aime. Tout le personnel d'entraîneurs est solide. Tout le monde respecte Tocchet. On a un bon système de jeu et Mike Sullivan aussi fait un travail incroyable. Même si on n'a pas autant de victoires qu'on voudrait, notre jeu est meilleur depuis quelques semaines.»

Lecavalier ne jettera pas le blâme (du moins par directement) sur son ancien entraîneur Barry Melrose, même si celui-ci a écorché les vedettes du Lightning lors de son congédiement. « Ça n'allait pas bien, mais il ne faut pas toujours blâmer les entraîneurs. Tout ce que je peux dire, c'est que Rick Tocchet fait un travail extraordinaire et qu'il va vraiment aider notre équipe.»

Je lui pose alors la question de façon directe.

«C'est toi que Melrose a oublié sur le banc pendant huit minutes lors du premier week-end de la saison?»

Il y a un silence au bout du fil.

«Je ne sais pas. Je sais que je n'ai pas beaucoup joué, je ne sais pas si c'est huit minutes. Mais je sais qu'en général, je pouvais jouer plus souvent et je ne l'ai jamais caché à l'entraîneur.»

Quand on demande à Lecavalier s'il songe à quitter ce navire à la dérive, il répond qu'il est très attaché à la ville de Tampa, qu'il est le capitaine de ce club et qu'il n'est pas du genre à abandonner, peu importe l'envergure du défi.

Est-il sincère ou tente-t-il de se convaincre lui-même? Lui seul possède la réponse.

En principe, Lecavalier est lié au Lightning jusqu'en 2019-2020, puisqu'il a signé l'été dernier un contrat de 11 ans évalué à 85 millions. Il aura alors 40 ans.

C'est drôle, et c'est un feeling purement personnel, mais je n'ai pas l'impression que Lecavalier endurera très longtemps le fait de jouer pour un club médiocre, même s'il adore Tampa.

Le Lightning a besoin de se replacer très rapidement. Peut-être pas cet hiver, mais au moins l'an prochain. Et encore...




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer