Source ID:; App Source:

Raiders-Chargers: un duel sans la saveur habituelle

LaDainian Tomlinson a connu plus de succès contre... (Photo: AP)

Agrandir

LaDainian Tomlinson a connu plus de succès contre les Raiders que face à n'importe quelle autre formation de la ligue.

Photo: AP

Bernie Wilson
Associated Press
San Diego

Un an après avoir raté le Super Bowl par un seul match, les Chargers de San Diego n'ont qu'une victoire de plus que les Raiders d'Oakland.

Voilà qui peut expliquer pourquoi ce nouvel épisode de la rivalité Raiders-Chargers, créée en 1960 lors de la naissance de la Ligue américaine de football (AFL), générait si peu d'intérêt mercredi, soit quelque 24 heures avant la présentation du match.

Les Chargers ont remporté leurs dix derniers matchs face aux Raiders et le demi offensif LaDainian Tomlinson a connu plus de succès contre eux que face à n'importe quelle autre formation de la ligue. Malgré tout, des nuages flottent au-dessus de l'environnement de l'équipe.

Perçus comme de sérieux aspirants au Super Bowl, les Chargers (4-8) ont perdu leurs trois dernières rencontres et cinq de leurs six derniers matchs. Leur désolante défaite de 22-16 aux mains des Falcons d'Atlanta dimanche dernier les a, pour ainsi dire, éliminés d'une participation aux séries éliminatoires.

Les Chargers accusent un retard de trois matchs sur les Broncos de Denver, les meneurs de la section Ouest de l'Association américaine, avec quatre rencontres à jouer.

Ce duel mettra donc aux prises deux formations plus près de la queue du peloton que de son sommet, et les Raiders (3-9) pourraient rejoindre leurs rivaux en les surprenant dans leur château-fort, jeudi soir.

«À l'heure actuelle, nous sommes deux équipes en panne et pour cette raison, il n'est pas approprié de parler de rivalité», a déclaré Tomlinson.

Le demi étoile des Chargers s'est adressé à ses coéquipiers immédiatement après le revers aux mains des Falcons, les suppliant de ne pas abandonner.

«Nous devons nous assurer de terminer sur une bonne note, en jouant de façon disciplinée, en travaillant ardeur lors des séances d'entraînement et en nous préparant adéquatement dans le but de gagner un match», a confié Tomlinson quelques jours plus tard.

Depuis une difficile victoire face aux médiocres Chiefs de Kansas City, à domicile le 9 novembre, les Chargers ont subi des revers à Pittsburgh et contre Indianapolis et Atlanta, chaque fois devant leurs partisans.

En cours de route, Tomlinson n'a rien cassé. Travaillant derrière une ligne offensive méconnaissable, le spectaculaire porteur de ballon a été limité à seulement 24 verges par les Falcons, la deuxième pire performance de sa brillante carrière de huit saisons.

Meneur pour les gains au sol lors de chacune des deux dernières saisons et élu joueur par excellence de la ligue en 2006, Tomlinson n'a amassé que 794 verges et ne compte que six touchés après 12 matchs en 2008.

Il faut dire que les Chargers emploient de plus en plus le jeu aérien, et le quart Philip Rivers se classe deuxième dans la NFL au chapitre du taux d'efficacité (100,5) et a complété 23 passes de touché.

«Je l'ai dit il y a quelque temps déjà, le jeu au sol n'est plus au premier plan de notre stratégie, a rappelé Tomlinson. Je crois que nous avons amorcé une période de transition parce que nous comptons sur beaucoup de receveurs de qualité.»

Peut-être qu'un autre duel contre les Raiders servira à relancer Tomlinson, qui a inscrit plus de 100 verges par la course lors d'un même match en seulement deux occasions cette saison. Bien sûr, il a notamment réussi l'exploit face aux Raiders, le 28 septembre, récoltant 106 verges et deux touchés dans un gain de 28-18.

En carrière contre les Raiders, Tomlinson totalise 1815 verges et 18 touchés.

«Je ne sais pas pourquoi j'ai connu tant de succès contre eux, a répondu Tomlinson. Je pense que tout a commencé quand Marty (Schottenheimer, l'entraîneur en chef des Chargers entre 2002 et 2006) est arrivé ici et implanté une stratégie axée sur le jeu au sol et la robustesse. Et lorsque Norv (Turner, actuel entraîneur en chef) l'a remplacé, l'équipe a continué dans la même direction.»

De leur côté, les Raiders compléteront une sixième saison perdante d'affilée et depuis la raclée qu'ils ont subie aux mains des Buccaneers de Tampa Bay lors du Super Bowl de 2003, ils affichent un dossier global de 22-70.

Il y a deux semaines, les Raiders ont causé une énorme surprise en allant vaincre les Broncos 31-10 à Denver, avant de s'incliner contre les Chiefs, à domicile, 20-13.

«Enrageant est un mot approprié, a corroboré Tom Cable, l'entraîneur par chef intérim des Raiders. Il faut apprendre à gagner et comprendre que rien ne nous sera livré sur un plateau d'argent. Il s'est implanté une culture de perdants ces dernières années, et il faut la faire disparaître avant de penser à aller de l'avant.»




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer