(Nouvelle-Orléans) L’entraîneur-chef des Saints de La Nouvelle-Orléans, Sean Payton, a annoncé mardi qu’il quittait ses fonctions.

Mis à jour le 25 janvier
Brett Martel La Presse Canadienne

Payton a informé les Saints qu’il se retirait de son premier et seul emploi comme entraîneur-chef dans la NFL avec une fiche de 152-89 et neuf apparitions en éliminatoires en 15 saisons. Les Saints ont remporté le Super Bowl en 2009.

« Je n’aime pas le mot “retraite” », a-t-il déclaré mardi lors d’une conférence de presse à laquelle ont assisté la propriétaire de l’équipe Gayle Benson ainsi que toute la direction et le personnel d’entraîneurs.

« J’ai encore la volonté d’être impliqué dans le football. Et pour être honnête, je pourrais redevenir entraîneur un jour. Je ne crois pas que ce sera cette année, peut-être dans le futur. Ce n’est pas ce dont j’ai envie en ce moment », a-t-il justifié.

Payton est encore sous contrat pour trois saisons avec les Saints et si jamais une autre organisation voulait l’embaucher avant la fin de ce délai, elle devrait verser une compensation.

Les Saints ont fait de Payton leur entraîneur-chef en 2006, quand il a orchestré un revirement de situation surprenant au sein de l’équipe qui revenait à La Nouvelle-Orléans après l’ouragan Katrina. Les Saints avaient été déplacés de la ville pour toute la saison 2005, montrant un dossier de 3-13.

La troupe de la Louisiane a revendiqué une fiche de 10-6 et elle a atteint la finale de l’Association Nationale lors de la première saison de Payton comme entraîneur-chef.

Les Saints ont tout juste raté les éliminatoires cette saison, présentant un dossier de 9-8 lors de la première campagne suivant la retraite du quart étoile Drew Brees. Payton l’avait attiré vers La Nouvelle-Orléans en tant que joueur autonome, en 2006, et Brees a établi plusieurs records d’équipe pendant sa carrière.

Payton a raconté avoir exhorté les Saints à prendre un risque en embauchant Brees, qui venait de subir une intervention chirurgicale à l’épaule droite. Il voulait absolument obtenir le quart parce que les Saints étaient alors incapables d’attirer les joueurs de talents. Surtout que La Nouvelle-Orléans se remettait toujours de l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire des États-Unis.

Sous la tutelle de Payton, les Saints sont devenus des aspirants réguliers au titre et ils ont battu Peyton Manning et les Colts d’Indianapolis 31-17 pour remporter leur seul Super Bowl. Ils ont également perdu en finale de la Nationale contre les Rams de Los Angeles, en 2018, après que les arbitres eurent levé les yeux sur une pénalité d’obstruction.

Payton a été un membre du puissant comité de la compétition de la ligue de 2017 jusqu’à novembre dernier, quand il a quitté son poste.

« Je ne sais pas ce qui m’attend et ça fait du bien », a partagé le coach démissionnaire.

« Regardez, j’ai lu les reportages et je comprends. Je n’ai parlé à personne des médias au sujet de la possibilité de faire de la télévision ou de la radio. Peut-être que l’opportunité viendra, a-t-il poursuivi. Mais chaque fois que je lis un article qui parle de moi comme candidat pour tel ou tel poste, j’appelle mon agent et je lui demande s’il a entendu parler de quoi que ce soit. C’est correct, je crois que j’aimerais bien faire ça et que je serais assez bon. »

Payton assure qu’il n’était pas surmené ni épuisé dans ses fonctions. Il affirme même avoir savouré les défis rencontrés en 2021. Non seulement c’était la deuxième saison en pandémie, avec toute l’imprévisibilité que cela amène, mais elle a aussi débuté par un déménagement temporaire d’un mois à Dallas en raison de l’ouragan Ida.

En conférence de presse, Payton donnait plutôt l’impression d’un homme ordinaire qui a simplement réévalué sa conciliation travail-famille au cours de la pandémie et qui n’avait pas envie de voir sa vie défiler sans avoir eu la chance d’entreprendre un nouveau départ et d’essayer autre chose.

« Je sentais que le moment était le bon, pour moi, a-t-il observé. C’est une chose à laquelle je pensais. Peu de gens ont le luxe de définir leurs termes. Je l’ai vu comme une opportunité de passer plus de temps avec mes enfants, de voyager, de me remettre en forme. »

La propriétaire des Saints, Gayle Benson, a soutenu avoir tout tenté pour convaincre Payton de rester et elle avait bon espoir qu’il le ferait jusqu’à ce qu’il l’informe de sa décision mardi.

« C’était une surprise et c’est réellement un moment doux-amer, a-t-elle décrit. Je pense qu’il le mérite. C’était une merveilleuse aventure. »

Adjoint apprécié pour l’attaque des Eagles de Philadelphie, des Giants de New York et des Cowboys de Dallas, Payton a finalement décroché un poste d’entraîneur-chef. Payton a joué dans la NFL à titre de joueur remplaçant avec les Bears de Chicago, pendant la grève de 1987.

Payton a raté la saison 2012 de la NFL — tout comme l’adjoint Joe Vitt, le directeur général Mickey Loomis et quatre joueurs — après qu’une enquête eut prouvé que les Saints offraient des récompenses en argent pour des jeux clés, dont des plaqués. La suspension décernée aux joueurs a été annulée par l’ancien commissaire de la NFL, Paul Tagliabue, et Payton a pu réintégrer la ligue au début de 2013.

Pour la suite des choses, Benson a fait savoir que la recherche de candidats pour trouver un successeur s’effectuera à la fois à l’interne et à l’externe.

« On fera des recherches approfondies pour trouver la bonne personne. On fera le travail nécessaire pour choisir une personne qui sera en mesure de mener notre équipe comme Sean l’a fait », a-t-elle promis.