Contre toute attente, seulement cinq des 32 clubs de la NFL sont éliminés de la course aux séries en cette 16e semaine d’activités. Mais alors qu’une majorité d’équipes se concentrent uniquement sur leur prochain match, d’autres sont déjà en mode planification en vue de la saison morte et de la prochaine campagne.

Publié le 24 déc. 2021
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Le fameux « lundi noir » était normalement celui qui suivait le dernier dimanche de la saison, la journée où plusieurs entraîneurs-chefs se retrouvaient au chômage. La situation pourrait toutefois être différente cette année.

Pour la première fois, il sera possible pour les équipes d’interviewer des candidats d’autres équipes, généralement des coordonnateurs, pour leur poste d’entraîneur-chef lors des deux dernières semaines de la saison, ce qui n’était pas permis auparavant. La condition afin de pouvoir le faire sera d’avoir une ouverture au poste d’entraîneur-chef.

Pour le moment, seuls les Raiders de Las Vegas et les Jaguars de Jacksonville pourraient interviewer des candidats potentiels, puisqu’ils ont congédié Jon Gruden et Urban Meyer. Ils sont actuellement dirigés par des entraîneurs intérimaires, Rich Bisaccia (Raiders) et Darrell Bevell (Jaguars).

Puisqu’il restera deux semaines au calendrier régulier à partir de lundi, d’autres équipes pourraient décider de remercier leur entraîneur-chef au cours des prochains jours afin de bénéficier d’une longueur d’avance sur le plan des embauches. Voici cinq entraîneurs-chefs qui semblent actuellement vulnérables et qui pourraient perdre leur emploi prochainement.

MATT NAGY (BEARS DE CHICAGO)

Des rumeurs de congédiement circulaient déjà il y a un mois et Nagy est abondamment critiqué à Chicago. Les Bears n’ont toutefois jamais congédié leur entraîneur-chef en cours de saison. Depuis son excellente première année comme pilote des Bears (fiche de 12-4 en 2018), Nagy n’est jamais parvenu à recréer l’étincelle qui avait permis à son équipe de surprendre la NFL. Après des saisons de 8-8 en 2019 et 2020, les Bears sont déjà éliminés de la course aux éliminatoires. Qui plus est, ils n’ont pas de premier choix au prochain repêchage en raison de la transaction qui leur a permis d’obtenir Justin Fields. À voir les réactions de Nagy sur les lignes de côté lors de la défaite des Bears contre les Vikings du Minnesota, lundi soir, son niveau de stress pourrait difficilement être plus élevé…

JOE JUDGE (GIANTS DE NEW YORK)

PHOTO LYNNE SLADKY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Joe Judge

Les problèmes des Giants ont commencé avant même le début de la saison alors qu’il y a eu quelques escarmouches durant leur camp. Cette intensité ne s’est malheureusement pas transposée dans la saison puisque les G-Men ont perdu leurs trois premiers matchs et cinq de leurs six premiers. La décevante fiche de 4-10 des Giants est encore moins reluisante lorsque l’on sait qu’ils ont perdu six fois par un écart d’au moins 14 points… Le quart-arrière Daniel Jones (sixième espoir choisi en 2019), le porteur de ballon Saquon Barkley (deuxième espoir choisi en 2018) et le bloqueur à gauche Andrew Thomas (quatrième espoir choisi en 2020) n’ont pas progressé comme prévu, et une bonne part de la responsabilité revient à Judge, qui a une fiche de 10-20 en deux saisons. Un autre ancien adjoint de Bill Belichick qui n’obtient pas le succès espéré loin de Foxborough.

MATT RHULE (PANTHERS DE LA CAROLINE)

PHOTO ADRIAN KRAUSS, ARCHIVES ASSOCIATED PRES

Matt Rhule

Comme Joe Judge, Matt Rhule a une fiche de 10-20 après ses 30 premiers matchs comme entraîneur-chef dans la NFL. Rhule a connu du succès dans la NCAA, mais a beaucoup de difficulté à répéter ses exploits chez les professionnels. Quoi de neuf ? On dit que le propriétaire des Panthers, David Tepper, n’est pas particulièrement patient, mais l’homme d’affaires est un ancien propriétaire minoritaire des Steelers de Pittsburgh, qui ne changent pratiquement jamais d’entraîneur, comme on le sait. Tepper avait accordé un contrat de sept ans à Rhule, ce qui laisse présumer qu’il devrait obtenir une troisième chance de se faire valoir en 2022, même si les Panthers régressent plus qu’ils ne progressent depuis un mois de septembre prometteur. Mais si Rhule est de retour la saison prochaine, la pression sera considérable.

DAVID CULLEY (TEXANS DE HOUSTON)

PHOTO TROY TAORMINA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

David Culley

Dès l’embauche surprise de David Culley, en janvier dernier, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’une période transitoire pour les Texans, en ce sens que Culley ne serait probablement pas leur entraîneur-chef pour longtemps. Avec 45 années d’expérience comme entraîneur, dont 28 dans la NFL, Culley mériterait-il d’obtenir une autre saison ou deux pour faire ses preuves comme pilote, lui qui n’avait jamais été entraîneur-chef auparavant ? Sans aucun doute. Culley a fait ce qu’il pouvait avec une formation dégarnie cette année. Mais le directeur général des Texans, Nick Caserio, a récemment refusé de lui accorder un vote de confiance, se contentant de dire qu’il parlerait du poste d’entraîneur-chef au terme de la saison.

VIC FANGIO (BRONCOS DE DENVER)

PHOTO ISAIAH J. DOWNING, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Vic Fangio

Dans un monde idéal, les Broncos offriraient leur poste de coordonnateur défensif à Vic Fangio et il l’accepterait… Pas sûr que Fangio ait la personnalité pour être un bon entraîneur-chef. Son équipe a trop souvent été à plat cette saison, ce qui risque fort de lui coûter une potentielle place dans les éliminatoires. Il ne manque pas beaucoup d’éléments aux Broncos afin qu’ils puissent redevenir une équipe gagnante. Un quart-arrière, bien sûr, et peut-être un jeune entraîneur-chef dynamique. Les Broncos auront probablement la chance de mettre la main sur un bon quart, que ce soit au repêchage ou par voie de transaction, au cours de la saison morte puisqu’ils possèdent cinq choix dans les trois premiers tours du repêchage de 2022. Mais avant cela, l’organisation devra décider si elle ira de l’avant avec Fangio ou non.

Les prédictions de Miguel Bujold

  • Cleveland c. Green Bay : Green Bay
  • Indianapolis c. Arizona : Indianapolis
  • Detroit c. Atlanta : Atlanta
  • Baltimore c. Cincinnati : Cincinnati
  • Rams de Los Angeles c. Minnesota : Minnesota
  • Buffalo c. Nouvelle-Angleterre : Nouvelle-Angleterre
  • Jacksonville c. Jets de New York : Jacksonville
  • Giants de New York c. Philadelphie : Philadelphie
  • Tampa Bay c. Caroline : Tampa Bay
  • Chargers de Los Angeles c. Houston : Chargers de Los Angeles
  • Chicago c. Seattle : Seattle
  • Pittsburgh c. Kansas City : Kansas City
  • Denver c. Las Vegas : Las Vegas
  • Washington c. Dallas : Dallas
  • Miami c. La Nouvelle-Orléans : La Nouvelle-Orléans

    La semaine dernière : 10-5
    Total de la saison : 127-79

Trois matchs à surveiller

PHOTO MARC LEBRYK, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Darius Leonard

INDIANAPOLIS c. ARIZONA, SAMEDI, 20 h 15

Ceux et celles qui auront pris la sage décision de passer un Noël tranquille pourront au moins regarder des matchs de football si le cœur leur en dit. Après le match entre les Browns de Cleveland et les Packers à Green Bay (16 h 30), il y aura celui entre les Colts d’Indianapolis et les Cardinals de l’Arizona, deux équipes qui ne s’en vont pas dans la même direction. Tandis que les Colts continuent de s’améliorer de match en match, les Cardinals viennent d’en perdre deux de suite et sont passés du premier au cinquième rang de la Nationale. Parle-t-on vraiment d’aspirants légitimes au Super Bowl ? Permettez-moi d’en douter. Si Jonathan Taylor est la grande étoile de l’attaque des Colts, Darius Leonard est celle de la défense. Le secondeur a excellé une fois de plus contre les Patriots, samedi dernier.

BUFFALO c. NOUVELLE-ANGLETERRE, DIMANCHE, 13 h

Au moment où l’on écrivait ces lignes, la NFL n’avait pas annoncé de changements à son horaire en raison des éclosions de COVID-19 qui frappent certaines équipes, mais on vous invite à suivre la situation de près afin de ne pas avoir de mauvaises surprises… Rappelons que trois matchs ont été déplacés la semaine dernière. La deuxième rencontre en 15 jours entre les Bills et les Patriots sera essentiellement un match de championnat pour le titre de leur division. Après avoir battu Buffalo avec leur jeu au sol à Orchard Park, de quelle façon les Patriots attaqueront-ils la défense des Bills cette fois ? Les matchs Ravens-Bengals et Rams-Vikings devraient également être très intéressants dans la case horaire de 13 h, dimanche.

PITTSBURGH c. KANSAS CITY, DIMANCHE, 16 h 25

Les Chiefs sont l’une des équipes aux prises avec plusieurs cas de COVID-19. Travis Kelce et Tyreek Hill font partie de la dizaine de joueurs des Chiefs qui avaient contracté le virus en date du mercredi 22 décembre. Encore dans le coup malgré un jeu très ordinaire, les Steelers devront pouvoir compter sur leurs meilleurs joueurs à Kansas City et pour le reste de la saison. Il y a plusieurs faiblesses au sein de leur équipe, mais si Ben Roethlisberger, T.J. Watt, Cam Heyward, Minkah Fitzpatrick, Diontae Johnson et Najee Harris sont au sommet de leur forme, les Steelers pourraient se faufiler dans les éliminatoires. Quant aux Chiefs, ils sont de retour au sommet de l’Américaine et semblent se diriger vers un congé au premier tour éliminatoire et l’avantage du terrain pour le tournoi.