(Houston) Deshaun Watson a raté, mardi, une séance d’entraînement pour la première fois depuis le début du camp d’entraînement des Texans de Houston, mais l’entraîneur-chef David Culley a refusé d’expliquer pourquoi.

Kristie Rieken Associated Press

Watson se trouvait sur le terrain lors des cinq premières séances d’entraînement de l’équipe, mais n’a participé qu’aux exercices individuels. Les trois autres quarts ont pris part à des séances de groupe.

Mardi, tout avait changé. Watson ne s’est pas présenté sur le terrain alors que les joueurs des Texans ont enfilé l’équipement protecteur pour la première fois cette année. Personne ne l’a vu durant la séance d’entraînement, qui a duré près de deux heures.

L’avenir de Watson est incertain après qu’il eut demandé d’être échangé en janvier. Puis en mars, 22 femmes ont déposé des poursuites alléguant qu’il les avait agressées sexuellement ou harcelées.

Les autorités policières de Houston et la Ligue nationale de football ont lancé des enquêtes au sujet de ces allégations, mais aucune accusation n’a été déposée.

Lorsque pressé de questions au sujet de Watson, Culley a refusé de donner des détails. Il s’est limité à dire que la situation était gérée au jour le jour, dans les meilleurs intérêts de l’équipe.

Watson espère encore être échangé et il s’est présenté au camp dans le simple but d’éviter d’écoper une amende. S’il ne s’était pas rapporté, il aurait fait face à des amendes de 50 000 $ par jour.

Watson a dominé la NFL au chapitre des verges par la passe la saison dernière, et a signé une prolongation de contrat de quatre ans, d’une valeur de 156 millions, avec les Texans lors de la dernière entre-saison.

Mais il s’est montré insatisfait de la direction qu’empruntait l’équipe et, en janvier, il a demandé un échange après que les Texans eurent complété la dernière campagne avec une fiche de 4-12.