Danny Maciocia n’a pas perdu de temps depuis qu’il a été nommé directeur général des Alouettes. Moins d’un mois après son embauche, le DG peut déjà dire « mission accomplie » du côté de l’attaque. Reste maintenant la défense.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Maciocia a fait signer un contrat à long terme à son joueur le plus important, Vernon Adams fils, a consolidé sa ligne offensive en accordant de nouveaux pactes à Kristian Matte, Sean Jamieson et Landon Rice, puis, en James Wilder, a trouvé un porteur de ballon qui possède plusieurs des mêmes qualités que William Stanback. Bien joué.

Le retour d’Eugene Lewis, annoncé en début de semaine, est également une très bonne nouvelle. Lewis a été le receveur le plus constant de l’équipe au cours des deux dernières saisons, en plus d’avoir une attitude exemplaire. Selon nos espions, DeVier Posey, qui a été libéré par l’équipe, ne faisait pas l’unanimité dans le vestiaire, contrairement à ce qu’on nous avait dit l’année dernière…

B.J. Cunningham sera de retour au jeu en 2020 après avoir raté presque toute la saison en raison d’une fracture à un poignet et les jeunes Jake Wieneke, Quan Bray et Dante Absher prendront plus de place. Bref, le groupe de receveurs est dans un bon état.

Idem pour la ligne offensive, à condition que les bloqueurs Tony Washington et Chris Schleuger soient à leur poste en mai. Avec Adams fils et Matthew Shiltz comme second, les Alouettes ont deux jeunes quarts qui n’ont toujours pas atteint leur plein potentiel. Ce ne serait pas un luxe de faire signer un contrat à un vétéran comme Jeremiah Johnson ou Tyrell Sutton pour être le réserviste de Wilder, mais pour le reste, l’attaque des Alouettes est déjà construite pour la saison prochaine.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Tommie Campbell, victime du plafond salarial ?

Le plafond salarial

Comme Maciocia l’a expliqué à mon collègue Mathias Brunet, mardi, les Alouettes devront continuer de prendre des décisions judicieuses sur le plan financier. Comme la plupart des autres équipes de la LCF, les Alouettes ont très peu de marge de manœuvre sous le plafond salarial.

C’est d’ailleurs ce qui a probablement mené à l’échange qui a envoyé Bo Lokombo chez les Argonauts de Toronto et au remerciement du demi de coin Tommie Campbell, qui est maintenant un membre des Argos, lui aussi. Campbell a accepté une offre comme joueur autonome.

Il reste que Maciocia et les Alouettes devront trouver des façons de renflouer l’unité de Bob Slowik. Le coordonnateur défensif aura besoin d’au moins quatre ou cinq joueurs de qualité de plus afin de pouvoir livrer une défense de premier plan.

Les secondeurs Patrick Levels et Chris Ackie, les plaqueurs Ryan Brown et Woody Baron et le demi défensif Ciante Evans pourraient tous obtenir leur autonomie à compter de mardi prochain. En ajoutant Lokombo et Campbell, ce sont 7 des 12 partants qui ont terminé la dernière saison qui pourraient quitter l’équipe.

Réembauché récemment, le Canadien D.J. Lalama remplacera probablement Ackie comme secondeur du côté court, mais les Alouettes devront absolument trouver un joueur pour prendre la place de Levels du côté large s’il n’est pas de retour à Montréal.

Maciocia n’a pas caché lors de son embauche qu’il souhaitait améliorer la ligne défensive du club et cette équipe manque cruellement d’un chasseur de quart. Le nouveau DG ne pourra probablement pas combler toutes les lacunes de l’unité défensive avec des vétérans et devra trouver quelques perles rares à prix modique au sud de la frontière.

PHOTO FOURNIE PAR LES CARABINS DE MONTRÉAL

Junior Luke est un ancien des Carabins de Montréal.

Luke et Ménard ?

Au niveau du ratio canadien, les Alouettes semblent actuellement avoir 6 de leurs 7 partants obligatoires : Matte, Trey Rutherford, Jamieson, Henoc Muamba, Taylor Loffler (s’il est guéri de sa blessure à un genou) et Lalama. Il en manque au moins un.

Deux anciens joueurs de ligne défensive des Carabins, qui ont été dirigés par Maciocia, pourraient obtenir leur autonomie la semaine prochaine. Junior Luke et David Ménard ajouteraient à tout le moins de la profondeur à la ligne défensive et pourraient lutter pour une place de partant, tout en ne commandant probablement pas de gros salaires.

Ils pourraient partir

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Patrick Levels

Patrick Levels, secondeur côté large

Levels a été l’un des trois meilleurs joueurs défensifs des Alouettes en 2019 et l’un de leurs leaders émotifs. Il ne semble pas avoir reçu d’offre d’une équipe de la NFL, mais est en très bonne position pour obtenir un contrat intéressant dans la LCF.

Ciante Evans, demi défensif

L’un des meilleurs joueurs de l’équipe en couverture de passe, Evans devra absolument être remplacé avec un joueur de qualité s’il n’est pas de retour avec les Alouettes.

Woody Baron\Ryan Brown, plaqueurs

Les Alouettes devront probablement choisir entre Baron et Brown. Le premier est meilleur contre le jeu au sol, mais Brown réussit plus de jeux clés, notamment en rabattant des passes à la ligne de mêlée grâce à sa taille de 6 pi 6 po.

Ils pourraient arriver

Willie Jefferson, ailier défensif

Le joueur défensif par excellence serait dans la mire des Argonauts de Toronto et coûtera probablement trop cher pour les Alouettes étant donnés leurs ennuis avec le plafond salarial. La présence du chasseur de quart servirait toutefois à camoufler bien des maux.

Ed Gainey, demi défensif

C’est avec les Alouettes que Gainey a entamé sa carrière en 2012. Il a été nommé sur l’équipe d’étoiles de la LCF en 2017 et 2018, et a totalisé 18 interceptions au cours des quatre dernières saisons chez les Roughriders de la Saskatchewan.

Junior Luke et David Ménard, joueurs de ligne défensive

Deux anciens des Carabins de l’Université de Montréal et des Lions de la Colombie-Britannique que Danny Maciocia connaît bien.