(MIAMI) Clark Hunt estime que son équipe pourrait attendre une autre année avant de conclure une nouvelle entente à long terme avec Patrick Mahomes. C’est ce que le propriétaire des Chiefs de Kansas City a dit mardi.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Une chose est pratiquement assurée. Que ce soit en 2020 ou en 2021, Mahomes deviendra le joueur le mieux payé de la NFL. Le joueur par excellence de la ligue en 2018 domine le jeu comme on a rarement vu un quart-arrière le faire dans l’histoire de la NFL.

PHOTO CHARLIE RIEDEL, AP

Patrick Mahomes

C’est actuellement Russell Wilson, des Seahawks de Seattle, qui est le joueur le mieux payé de la NFL avec un salaire annuel de 35 millions. De la façon dont les salaires des quarts-arrières augmentent depuis quelques années, la moyenne de celui de Mahomes se situera probablement quelque part entre 40 et 50 millions par année.

Mahomes a tenté d’éviter les questions relatives à son contrat du mieux qu’il le pouvait en ce début de semaine du Super Bowl. Il n’en demeure pas moins que lorsqu’il aura signé son prochain contrat, Mahomes comptera pour environ 20 % de la masse salariale des Chiefs, ce qui compliquera sérieusement leur tâche au niveau du plafond salarial. C’est donc possiblement ce dimanche lorsqu’ils affronteront les 49ers de San Francisco au Super Bowl que leurs chances de gagner un championnat seront les meilleures.

« Les contrats sont importants, mais la chose qui l’est le plus pour moi, c’est d’avoir une bonne équipe. J’aimerais faire partie des Chiefs pour plusieurs années », a dit Mahomes, qui était l’un des 10 joueurs que les Chiefs ont rendus disponibles pour les médias, mardi. L’on remarque trois choses en particulier lorsqu’on voit Mahomes en chair et en os pour la première fois. Il a un « baby face », qui nous rappelle qu’il n’est âgé que de 24 ans. Il est toutefois beaucoup plus costaud qu’il semble l’être lorsqu’on le voit à l’écran. La grosseur de ses épaules et de ses cuisses explique son étonnant poids de 230 livres.

PHOTO JASEN VINLOVE, USA TODAY SPORTS

La troisième chose, c’est que Mahomes respire la bonne humeur. Ce n’est pas un hasard si tous ses coéquipiers l’adorent. Il n’enguirlande personne devant les caméras comme Tom Brady et ne boude pas sur les lignes de côté comme Aaron Rodgers.

« J’ai toujours eu la même personnalité et je n’ai jamais voulu changer. Je suis de la même façon aujourd’hui que je l’étais à l’école secondaire », a dit Mahomes.

Un athlète avant tout  

C’est dans l’univers du baseball majeur que Mahomes a grandi. Son père Pat a joué 11 saisons dans les majeures à partir de 1992. Le quart des Chiefs conservent de beaux souvenirs du temps passé dans le vestiaire des équipes pour lesquelles son paternel a joué.

« Ça fait partie de mes plus vieux souvenirs. Je me souviens que je lançais et attrapais des balles de baseball dans le vestiaire. J’ai rencontré plusieurs bonnes personnes durant ces années et j’ai pu voir ce qu’était la vie d’un athlète professionnel de près. »

Mahomes aurait pu suivre les traces de son père en optant pour une carrière au baseball. Un arrêt-court, il était vu comme un espoir de premier plan.  

« On a souvent dit de moi que j’étais un joueur de baseball qui jouait comme quart-arrière. Mais aucun de mes entraîneurs n’a essayé de changer mon style de jeu, et je pense que ce fut un facteur très important. »

Mahomes a également joué au basketball et estime que sa pratique du baseball et du basketball l’a aidé à devenir le quart exceptionnel qu’il est à présent. On a parfois l’impression de regarder une partie du jeu vidéo Madden NFL tellement Mahomes est spectaculaire.  

« J’ai appris à lancer la balle de différents angles au baseball et ça me sert bien au football. Quant au basketball, ça m’a aidé au niveau de la gestion de l’espace autour de moi. »

La super-étoile ne croit d’ailleurs pas qu’il soit essentiel pour un jeune de ne pratiquer qu’un seul et unique sport afin de connaître du succès dans sa discipline.  

« Je pense plutôt que ça aide beaucoup de pratiquer plusieurs sports. Chaque enfant est différent et tous n’ont pas le même développement. Au bout du compte, je pense que la décision devrait revenir à l’enfant. »

« D’avoir pratiqué plusieurs sports a fait en sorte que je suis devenu très compétitif sur le terrain. Je veux toujours trouver une façon de gagner et c’est l’attitude qu’il faut avoir comme quart-arrière selon moi. »

Ignoré par les 49ers

Lorsqu’il est devenu l’entraîneur-chef des 49ers de San Francisco, en 2017, Kyle Shanahan et sa nouvelle équipe détenaient le deuxième choix du repêchage. Ils l’ont finalement échangé aux Bears de Chicago, qui l’ont utilisé afin de prendre le quart-arrière Mitchell Trubisky… huit rangs de sélection avant que les Chiefs ne choisissent Mahomes.

PHOTO BILL STREICHER, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Mitchell Trubisky, lors du repêchage de 2017

Les Bears sont souvent critiqués pour cette décision et avec raison. À cette époque, les 49ers avaient toutefois besoin d’un quart-arrière, eux aussi.

« J’ai étudié le jeu de Patrick Mahomes avant le repêchage, mais manifestement pas autant que j’aurais dû le faire ! » a reconnu Shanahan, mardi.  

« On savait qu’il était un athlète phénoménal, mais on ne savait pas de quelle façon il se comporterait derrière la poche protectrice dans la NFL. S’il prendrait de bonnes décisions dans le feu de l’action. À ce moment, on jugeait qu’il aurait été très risqué de le repêcher au deuxième rang. »

Les 49ers ont acquis Jimmy Garoppolo dans un échange avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre environ six mois plus tard. La décision d’avoir ignoré un talent comme Mahomes se défend donc un peu mieux. Elle pourrait tout de même revenir hanter les Niners dimanche soir.