Il aurait fallu une surprise de taille pour que les quatre dernières équipes en lice pour le championnat national de football collégial américain ne soient pas les quatre qui ont obtenu leur laissez-passer pour les deux demi-finales, qui seront disputées le jour de l’An, comme le veut la tradition.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Il était pratiquement assuré que le comité responsable, le College Football Playoff Committee, voterait pour le Crimson Tide d’Alabama, les Tigers de Clemson, les Buckeyes d’Ohio State et le Fighting Irish de Notre Dame. Ces quatre équipes ont effectivement été classées de première à quatrième, dans l’ordre.

C’est donc dire que le Crimson Tide affrontera le Fighting Irish lors du traditionnel Rose Bowl, vendredi à 17 h à l’AT&T Stadium à Arlington. Quelques heures plus tard (à 20 h), les Tigers et les Buckeyes se disputeront le Sugar Bowl au Mercedes-Benz Superdome de La Nouvelle-Orléans. Les deux gagnants se retrouveront ensuite le 11 janvier au Hard Rock Stadium de Miami pour le match de championnat de la NCAA.

Comme la plupart des ligues sportives, le football collégial américain a dû s’ajuster en raison de la pandémie. Certaines conférences, dont le Big Ten, ont amorcé leur saison en retard ou ont été forcées d’annuler des matchs en raison de la COVID-19. Des entraîneurs et des joueurs ont également été forcés de rater des parties à cause du virus.

Certains observateurs ont d’ailleurs critiqué la décision du comité de sélection d’avoir choisi Ohio State dans le top 4, puisque l’université n’avait disputé que six matchs en 2020, soit cinq de moins qu’Alabama, Clemson et Notre Dame. Les Buckeyes (6-0) font partie du Big Ten, et trois de leurs matchs ont été annulés au cours de la saison en raison du virus.

Choc entre Lawrence et Fields

Le défi d’Ohio State ne sera toutefois pas facile, vendredi. Les Buckeyes tenteront de vaincre Trevor Lawrence, qui n’a perdu qu’une seule fois depuis qu’il est devenu le quart-arrière partant de Clemson en 2018. Les Tigers se sont inclinés devant Joe Burrow et les Tigers de LSU lors du match de championnat, l’année dernière.

Les Tigers (10-1) ont perdu une fois cette saison, mais Lawrence s’était absenté après avoir contracté le coronavirus. Notre Dame avait alors vaincu Clemson, 47-40, en deuxième prolongation, le 7 novembre.

Les deux formations se sont retrouvées le 19 décembre, lors de la finale de l’ACC (Atlantic Coast Conference). Menés par Lawrence, les Tigers n’ont cette fois fait qu’une bouchée du Fighting Irish (10-1) dans une victoire facile de 34-10.

PHOTO BRIAN BLANCO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le quart-arrière de Clemson, Trevor Lawrence

Lawrence est considéré comme le meilleur espoir à la position de quart-arrière par une majorité de spécialistes depuis Peyton Manning, il y a 22 ans. Il a notamment mené les Tigers à un titre national à sa toute première saison dans la NCAA, il y a deux ans.

En trois saisons, Lawrence a totalisé 88 passes de touché contre 16 interceptions, et a réussi 66,5 % de ses tirs. Il a également obtenu 951 verges et marqué 17 touchés au sol, faisant preuve de qualités athlétiques hors du commun pour un quart-arrière de son gabarit (6 pi 6 po et 220 lb).

À moins qu’il choisisse de jouer une quatrième saison à Clemson, scénario qu’il n’a pas exclu, Lawrence est pratiquement assuré d’être le premier espoir sélectionné au repêchage de la NFL en avril. Vendredi soir, nous aurons la chance de voir les deux meilleurs espoirs disponibles se mesurer l’un à l’autre, le second étant Justin Fields.

Fields est le partant des Buckeyes depuis le début de la saison 2019. Il avait amorcé sa carrière universitaire au sein des Bulldogs de l’Université de la Géorgie avant son transfert à Ohio State. En trois saisons, Fields a réussi 68,9 % de ses passes et a lancé 60 passes de touché, contre seulement huit interceptions. Comme Lawrence, il est un quart polyvalent ; il a gagné 1024 verges au sol en trois ans.

PHOTO AARON DOSTER, USA TODAY SPORTS

Le quart-arrière des Buckeyes d’Ohio State, Justin Fields

Outre les deux quarts-arrières, le porteur de ballon Travis Etienne (Clemson), le joueur de ligne offensive Wyatt Davis (Ohio State) et le demi de coin Shaun Wade (Ohio State) sont les principaux joueurs des Tigers et des Buckeyes qui devraient être de hauts choix au repêchage dans la NFL au printemps.

Saban et le Crimson Tide

Les succès des Tigers ont commencé avant l’arrivée de Lawrence en 2018, eux qui participeront aux demi-finales du championnat national pour la sixième année de suite. L’équipe de Dabo Swinney avait remporté le championnat national en 2016 alors que Deshaun Watson était son quart-arrière.

Les deux plus récents titres (2016 et 2018) de Clemson ont été remportés aux dépens du Crimson Tide d’Alabama, qui est LA référence du football collégial américain depuis plus d’une décennie. Nick Saban et ses joueurs ont été sacrés champions cinq fois au cours des 11 dernières années (2009, 2011, 2012, 2015 et 2017).

PHOTO BRYNN ANDERSON, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

L’entraîneur du Crimson Tide d’Alabama, Nick Saban

Il s’agira toutefois d’un retour en demi-finale pour Alabama, qui n’a pas fait partie du top 4 l’année dernière. Une exclusion qui s’explique en grande partie par la blessure qu’avait subie le quart-arrière Tua Tagovailoa.

Invaincu, le Crimson Tide (11-0) est largement favori pour remporter son match de vendredi contre Notre Dame. Comme c’est le cas tous les ans depuis longtemps, de nombreux joueurs d’Alabama seront choisis tôt au repêchage de la NFL dans quelques mois, dont le demi de coin Patrick Surtain II et les ailiers espacés De’Vonta Smith et Jaylen Waddle. Dans le camp du Fighting Irish, le secondeur Jeremiah Owusu-Koramoah et le bloqueur Liam Eichenberg seront deux des joueurs à suivre.

PHOTO KEITH SRAKOCIC, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le secondeur Jeremiah Owusu-Koramoah, du Fighting Irish de Notre-Dame

La confrontation que souhaitent voir la grande majorité des amateurs de football collégial lors de la finale du 11 janvier est celle qui opposerait Clemson à Alabama, et les probabilités semblent très bonnes que c’est ce qui se produira. Et si les Tigers devaient remporter un troisième championnat en cinq ans dans quelques semaines, ils prouveraient hors de tout doute qu’ils ont supplanté le Crimson Tide en tant que plus grande puissance de la NCAA.

Le fonctionnement du comité de sélection

Le comité de sélection (College Football Playoff Committee), qui est responsable de choisir les quatre équipes qui participeront aux demi-finales du championnat de la NCAA, est composé de 13 personnes. Elles se rencontrent de cinq à sept fois par saison et soumettent leur classement personnel des 25 meilleures équipes de la NCAA. Selon le Washington Post, ces rencontres ont toujours lieu dans un hôtel de l’aéroport international de Dallas-Fort Worth. La dernière réunion du comité se déroule généralement à la mi-décembre, et c’est à ce moment que sont connues les quatre équipes qui participeront aux demi-finales du championnat national. Ce processus est en place depuis la saison 2014. Toujours selon le Post, 27 personnes ont fait partie du comité jusqu’à maintenant. Il s’agit souvent d’entraîneurs-chefs, de directeurs athlétiques d’universités ou tout simplement de citoyens éminents, comme l’ancienne secrétaire d’État des États-Unis Condoleeza Rice, qui a fait partie du comité de 2014 à 2016. Les critères de sélection sont notamment le degré de difficulté du calendrier des équipes considérées et le résultat des matchs lorsque celles-ci se sont affrontées.