(East Rutherford) Meurtris, dans le gros pétrin et désespérés de remporter leur première victoire de 2020. Ces mots décrivent à la fois les Broncos de Denver et les Jets de New York, qui s’affronteront jeudi au MetLife Stadium tandis que leurs saisons sont parties en vrilles.

Dennis Waszak fils
Associated Press

Leurs entraîneurs-chefs sentent déjà la soupe chaude et leurs formations sont ravagées par les blessures.

Ce n’est peut-être pas l’affrontement rêvé pour une heure de grande écoute, mais le résultat de cette rencontre pourrait avoir des conséquences intrigantes.

« Nous comprenons la situation dans laquelle nous nous trouvons, a déclaré l’entraîneur des Broncos, Vic Fangio. Nous ne pouvons pas changer le passé. Tout ce que nous pouvons faire c’est de se préparer pour notre prochain match. Je crois que nous avons la bonne attitude. »

Les Broncos et les Jets ont tous deux une fiche de 0-3 pour une deuxième saison consécutive. Les deux clubs tenteront d’éviter de perdre leurs quatre premiers matchs de la saison pour la première fois de leur histoire. À moins d’une nulle, les choses s’empireront pour l’une de ces deux formations.

Ce mauvais départ a fait en sorte que Fangio et son vis-à-vis des Jets, Adam Gase, ont essuyé un barrage de critiques. Les rumeurs font état du congédiement de Gase dès vendredi si l’équipe s’incline.

PHOTO TREVOR RUSZKOWSKI, USA TODAY SPORTS

Le quart des Jets de New York, plaqué par le demi défensif Kenny Moore des Colts d’Indianapolis le 27 septembre.

« Je dois m’assurer que les joueurs soient dans le bon état d’esprit, a dit Gase. Quand les critiquent pleuvent et que l’ambiance est négative, c’est à ce moment que la force de caractère de chacun doit se manifester. Il faut travailler et se sortir de cette mauvaise posture. »

Plus facile à dire qu’à faire, bien sûr.

Les Jets ont été mauvais en attaque et Sam Darnold n’a pas joué comme un quart sur le point de passer au niveau supérieur à sa troisième saison. La défensive est dangereusement poreuse. La liste des blessés des Jets est plus longue qu’une facture d’épicerie.

Les Broncos ont sensiblement les mêmes problèmes. Quand leur formation de 53 joueurs a été finalisée, elle comptait 18 participations au Pro Bowl. N’en reste plus que deux, celles de Melvin Gordon. Von Miller, Jurell Casey, Courtland Sutton, Phillip Lindsay et A. J. Bouye sont tous sur le carreau.

Ils sont aussi sur le point de faire appel à leur troisième quart différent. Brett Rypien effectuera son premier départ dans la NFL à la place de Jeff Driskell, cloué au banc. Driskell avait pris la place de Drew Lock, blessé.

« Peu importe qui joue, présentement, ça nous prend une victoire », a noté Rypien, le neveu de Mark Rypien, joueur par excellence du Super Bowl en 1992.

___

Le journaliste de l’Associated Press Arnie Stapleton, à Englewood (Colorado), a contribué à cet article.