(Washington) Le Washington Post a révélé dans un article mercredi d’autres cas de harcèlement sexuel répertoriés au sein de l’organisation de l’équipe de football de Washington et a recueilli des témoignages qui mettraient le propriétaire de l’équipe, Dan Snyder, dans l’embarras.

Associated Press

Le Post a rapporté qu’une ancienne meneuse de claque a confié que Snyder l’avait invitée dans sa chambre d’hôtel avec l’un de ses amis. Le quotidien a également révélé qu’un cadre de longue date, Larry Michael, avait réalisé d’autres vidéos de meneuses de claque qui n’ont pas été rendues publiques.

Snyder a publié une déclaration niant ces allégations. Il a également affirmé qu’il n’avait pas été mis au courant de ces incidents.

« Je tiens à déclarer sans équivoque que cela ne s’est jamais produit, a soutenu Snyder à propos du rapport selon lequel il aurait invité l’une des meneuses de claque dans une chambre d’hôtel en 2004. De plus, je n’ai aucune connaissance des vidéos mentionnées dans l’histoire qui datent d’il y a une dizaine d’années. Je n’ai pas demandé à ce qu’elles soient produites et je ne les ai jamais vues. »

Après le premier article du Post qui traitait du sujet le mois dernier, Snyder a promis un changement de culture au sein de l’organisation et a entamé une enquête indépendante. Le commissaire Roger Goodell a déclaré que la NFL continuerait à suivre l’enquête menée par l’avocate Beth Wilkinson et en examinerait les conclusions avant de prendre des mesures.

« Nous condamnons fermement le comportement et l’environnement de travail non professionnels, les comportements dérangeants et odieux allégués dans le rapport. C’est totalement incompatible avec nos normes et ça n’a pas sa place dans la NFL », a déclaré Goodell.

Le dernier article du Post cite 25 autres femmes qui ont déclaré avoir été victimes de harcèlement sexuel alors qu’elles travaillaient pour l’équipe. Elles ont décrit un lieu de travail dans lequel des patrons masculins, des collègues et des joueurs faisaient régulièrement des commentaires sur leur corps et leurs vêtements, des allusions à caractère sexuel et des avances non désirées.

Snyder a déclaré que ce genre de comportement n’avait « pas sa place » au sein de l’organisation ou « dans notre société ». Il a répété qu’il avait l’intention d’améliorer la culture du club et a souligné qu’il serait plus vigilant à l’avenir.

« J’assume l’entière responsabilité de la culture de notre organisation, a rappelé Snyder. J’ai commencé à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que l’équipe de football de Washington soit une organisation diversifiée, inclusive et respectueuse de tous. »