Le contrat entre Khari Jones et les Alouettes était finalisé depuis un bon moment déjà. L’annonce n’a cependant été faite que mardi, notamment parce qu’il y a un moratoire non officiel dans les jours qui précèdent le match de la Coupe Grey dans la LCF.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Mais c’était le secret le moins bien gardé en ville. Tôt ou tard, les Alouettes et Jones allaient conclure une nouvelle entente. Le nouveau contrat de Jones est d’une durée de trois ans.   

« Je voulais rester avec les Alouettes et à Montréal. Alors lorsque j’ai senti que c’était réciproque, j’étais très confiant qu’on trouverait un terrain d’entente. Je savais que ce n’était qu’une question de temps », a raconté Khari Jones au bout du fil depuis son domicile en Colombie-Britannique.

Jones demeurera également le coordonnateur offensif des Alouettes, du moins pour un certain temps. Il ne semble toutefois pas fermé à l’idée de céder ces responsabilités éventuellement s’il juge que c’est nécessaire.  

« C’était important pour moi de m’assurer de conserver ces responsabilités. C’est une partie de mon travail que j’aime beaucoup et je pense que je me suis amélioré comme coordonnateur la saison dernière. »

Jones a discuté avec tous les entraîneurs de l’équipe depuis la fin de la saison, il y a un peu plus de deux semaines. Bien qu’il soit encore trop tôt pour annoncer le retour ou le départ de ces hommes, Jones souhaite pouvoir le faire prochainement.

« Rien n’a encore été décidé au sujet des autres entraîneurs de l’équipe, mais j’aimerais qu’ils puissent connaître leur sort assez rapidement. Est-ce que ce sera avant qu’on nomme notre nouveau directeur général ? Je ne le sais pas. Mais il est important pour les entraîneurs de savoir ce qui les attend. Je me suis déjà retrouvé dans leur situation, alors je comprends parfaitement leur situation. »  

Impliqué dans le processus

Jones a confirmé qu’il était impliqué dans la recherche de l’équipe pour trouver son prochain directeur général. Le contraire aurait été étonnant puisqu’il devra travailler étroitement avec cette personne. Une bonne relation de travail sera donc essentielle.  

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Khari Jones

« Je serai effectivement impliqué dans le processus et c’est agréable d’y participer. En fin de compte, ce ne sera toutefois pas ma décision », a voulu préciser Jones. « Peu importe qui sera le prochain DG, je veux avoir une bonne entente avec cette personne. »

Jones a réitéré qu’il appréciait beaucoup travailler avec Éric Deslauriers, qui a été le coordonnateur du personnel des joueurs la saison dernière. « J’ai particulièrement aimé travailler avec Éric. Il a été mon bras droit au niveau du personnel des joueurs. »

« Le processus pour trouver notre prochain DG est encore très jeune. Certains noms ont commencé à circuler, mais je ne vais pas commenter. »

Regard sur 2020

Même si les Alouettes ont connu leur meilleure saison en sept ans sous les ordres de Jones, leur succès reste fragile. Tous les membres de l’organisation savent qu’ils devront prouver que leur belle campagne et leur fiche de 10-8 n’étaient pas un mirage. Pour ce faire, l’équipe devra redoubler d’ardeur et Jones le comprend.  

« Je veux décompresser de la saison un petit peu, mais je suis déjà très excité en vue de la prochaine. Je vais regarder beaucoup de football et de vidéo (des matchs des Alouettes en 2019) afin de trouver des façons d’améliorer l’équipe. »

« Il y a certains aspects précis qu’on doit améliorer, mais on doit tout améliorer. On forme une jeune équipe et je m’attends à ce que tous nos joueurs s’améliorent. »

« Je travaille déjà sur un calendrier pour notre saison morte. Dès que notre nouveau directeur général aura été embauché et que notre groupe d’entraîneurs sera en place, on se réunira afin de parler concrètement de ce qu’il faudra accomplir au cours des prochains mois. »