Adam Sinagra, le quart-arrière étoile des Dinos de Calgary, va disputer son dernier match de football universitaire, samedi, en finale de la Coupe Vanier.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Joueur par excellence au pays la saison dernière après avoir établi plusieurs records, des gains aériens de 3233 verges notamment, Sinagra est encore considéré comme le meilleur quart du réseau canadien, et l’entraîneur-chef Wayne Harris mise sur lui pour guider les Dinos vers la victoire.

Originaire de Pointe-Claire, Sinagra avait excellé dans le réseau civil de l’Ouest-de-l’Île, puis au cégep John-Abbott, mais des blessures l’ont empêché d’obtenir toute la visibilité qu’il méritait. Tout de même étrange que cet étudiant-athlète de 6 pi 1 po ait dû s’exiler dans l’Ouest.

« En fait, peu d’équipes se sont intéressées à moi, rappelle-t-il. Je n’ai parlé qu’avec les gens de McGill, Bishop’s, Carleton et surtout Calgary. Je voulais m’éloigner un peu de la maison et j’ai senti que les Dinos m’offraient la meilleure occasion de vivre une belle expérience, comme étudiant et comme athlète, tout en jouant pour un des meilleurs programmes de football au Canada. »

Appelé à jouer dès sa première saison, en 2016, après une blessure du quart-arrière attitré Jimmy Underdahl, Sinagra a mené les Dinos jusqu’à la Coupe Vanier, où ils se sont inclinés de justesse devant le Rouge et Or de l’Université Laval.

Stoppé en demi-finale en 2017, puis en finale de conférence l’année dernière, Calgary a dû patienter jusqu’à cette année avant d’avoir une autre occasion de remporter son premier titre canadien depuis 1995.

« Je pense que c’est un peu une affaire de maturité, explique Sinagra. Comme des leçons qu’il faut apprendre afin de progresser et de devenir une meilleure équipe. Nous avons vraiment beaucoup travaillé depuis quatre ans afin d’offrir à notre programme un premier titre en près de 25 ans. Nous avons eu beaucoup de succès, mais il nous reste une chose à accomplir : remporter la Coupe Vanier. »

Une saison compliquée

Même s’ils ont enlevé le titre de leur conférence avec une fiche de six victoires et deux défaites, la dernière saison a été compliquée pour les Dinos. « Cela a sûrement été la saison la plus difficile de ma carrière, estime Sinagra. Nous avons affronté beaucoup d’adversité, plusieurs blessures en particulier, qui nous ont obligés à travailler encore plus fort.

« Cela n’a pas été facile au début des séries [une victoire de 47-46 contre Manitoba], mais tout semble être tombé à la bonne place juste au bon moment et nous jouons notre meilleur football de la saison depuis deux semaines. Nos unités spéciales apportent une belle contribution. »

Notre défense a vraiment été incroyable. Je pense vraiment que cette défense est l’une des meilleures au pays, sinon la meilleure.

Adam Sinagra

« En attaque, notre ligne offensive nous permet de contrôler la ligne de mêlée et nous pouvons lancer le ballon où nous voulons sur le terrain. Dans l’ensemble, nous avons vraiment un bel équilibre, et tous les éléments de l’équipe se complètent très bien, ce qui est essentiel pour avoir du succès en séries. »

Sinagra est bien conscient que la défense des Carabins de l’Université de Montréal est aussi très forte : « C’est probablement la deuxième meilleure, après la nôtre. Nous avons étudié les films de leurs matchs, décelé leurs tendances, leurs points forts. Ils essaient de surprendre leurs adversaires, mais mon expérience m’aide à bien comprendre les défenses en face de nous, à deviner ce que nos adversaires essaient de faire pour nous stopper.

« Déguiser certaines couvertures est une chose, mais on ne peut déguiser toute la défense ! Il y a toujours un joueur sur le terrain qui donne la clé de ce qui se prépare, qui permet de savoir qui va foncer sur moi, qui va reculer. Il faut donc toujours garder la tête bien haute, garder son calme et tenter de contrôler son rythme cardiaque ! »

Plusieurs amis et membres de la famille de Sinagra seront dans les gradins à Québec, samedi. « Disputer mon dernier match universitaire dans ma province, c’est un peu comme boucler la boucle », explique-t-il, en s’excusant d’avoir perdu son français depuis son départ dans l’Ouest.

« Et j’espère profiter de ce retour à la maison pour aider les Dinos à remporter cette Coupe Vanier qu’ils attendent depuis trop longtemps ! »